Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

GABO NEEMIA PEVSNER dit NAUM (1890-1977)

Que l'amplitude de l'onde oscillatoire donnée par un mécanisme de fortune à une simple tige de métal puisse engendrer un volume virtuel, fuselé, et que cet objet si modeste soit aujourd'hui considéré comme l'une des plus importantes sculptures du xxe siècle – et le point d'origine d'un grand nombre de recherches contemporaines – est comme la démonstration symptomatique de l'extraordinaire fécondité de chacune des innovations de Neemia Pevsner, dit Naum Gabo.

L'espace hors limites

La minimalité de l'effet visuel est, dans la célèbre Construction cinétique de 1920, inversement proportionnelle à la totale nouveauté de la réponse donnée à la question que posait dès 1912 (avec la Guitare de Picasso et le Développement d'une bouteille dans l'espace de Boccioni) toute la sculpture moderne : comment mettre en forme un volume sans lui conférer toujours la monumentalité pesante de la masse, comment sculpter l'espace sans toujours le borner dans les limites d'un bloc, si évidé soit-il ? Cette œuvre est sans doute la première sculpture mobile importante de notre histoire (les essais des futuristes italiens n'étaient guère convaincants) ; c'est, en outre, la première fois qu'un volume plastique, fictif, illusoire, impalpable et diaphane est engendré par la répétition d'un mouvement trop rapide pour que la vision humaine parvienne à le décomposer. La persistance rétinienne, sur laquelle se fonde tout le cinématographe, passionnera les artistes du xxe siècle (de Lissitzky et des membres du Bauhaus aux auteurs ultérieurs de happenings « cinétiques »), mais Gabo abandonnera cette voie (après avoir prévu de grandioses fêtes de lumière dans les ciels nocturnes). En effet, l'importance visuelle que prenait fatalement le poids du mécanisme moteur, au détriment du travail proprement sculptural, en ces temps où la miniaturisation technique n'existait pas encore, lui semblait conduire à de profonds malentendus : il ne s'agissait plus pour lui du sempiternel hymne à la machine, commun aux avant-gardes des années 1920, du futurisme italien au constructivisme russe.

Pourtant, bien que le Manifeste réaliste soit à tort souvent pris pour le programme du constructivisme (alors qu'il n'emploie même pas ce vocable), l'œuvre de Gabo et celle des membres de ce large mouvement ont un fonds commun : l'interrogation essentialiste que toute pratique artistique de la modernité voulut porter sur ses conventions, ses fondements (codes formels et matériaux) et sa finalité. Tatline avait été en 1913 le seul à comprendre, au cours d'un bref voyage à Paris, l'ampleur des découvertes de Picasso dans ses fragiles constructions de papier. Et si Gabo, en 1916-1917, sculpte en Norvège une remarquable Tête de femme (Museum of Modern Art, New York) dont les plans facettés s'agencent dans le creux rassurant d'une encoignure (une sorte de boîte triangulaire, ouverte, s'offre pour fond à ce faux bas-relief), ce n'est pas sans rapport avec les « reliefs-encoin » qu'avait réalisés Tatline à Moscou dès 1915, dont pourtant il ne pouvait avoir eu connaissance.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'histoire de l'art à l'université Harvard
  • Universalis : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

Naum Gabo, «Linear Construction n<sup>o</sup> 2»

Naum Gabo, «Linear Construction no 2»

Autres références

  • CONSTRUCTIVISME

    • Écrit par Andréi NAKOV
    • 3 373 mots
    • 2 médias
    Un des « ingénieurs » les plus inspirés de la pensée constructiviste – le sculpteur russe Naum Gabo (1890-1977) – écrit que le cubisme n'a été pour lui qu'une phase préliminaire. Le cubisme parisien constitue en effet, avec le futurisme italien, la source de la réflexion des...
  • PEVSNER LES

    • Écrit par Georges T. NOSZLOPY
    • 2 316 mots
    ... en 1911, Pevsner (Anton Pevsner, né à Orel en 1886 et mort à Paris en 1962) s'engage dans une carrière artistique avec plus de détermination que Gabo (Naum Neemia Pevsner, né à Briansk en 1890 et mort aux États-Unis en 1977) ; ce dernier, en effet, se rend à Berlin pendant l'été de 1910, puis à...
  • SCULPTURE - L'espace sculptural

    • Écrit par Henri VAN LIER
    • 3 271 mots
    • 3 médias
    À l'occupation de l'espace se rattache encore l'importance de la matière. Le Nylon de Gabo, désubstantialisé, convient à des volumes relationnels (masse = énergie = courbure d'espace). Au contraire, dans les civilisations fidèles à l'idée de la nature, la matière se présente d'ordinaire comme substance...

Voir aussi