SCHELLING FRIEDRICH WILHELM JOSEPH VON (1775-1854)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La crise des « Âges du monde » (1808-1827)

En s'obstinant néanmoins à édifier le second volet de son système, la « philosophie de l'esprit », Schelling découvre de plus en plus l'erreur qui fut sienne d'instituer comme principe de la philosophie un « sujet » neutre, une simple « essence ». À partir de 1809, il revient donc à un sujet personnel qui n'est plus, comme avant 1801, le moi, mais qui porte le nom propre de Dieu. C'est donc avant tout une exigence interne qui, à un certain moment, amène la philosophie schellingienne à se définir comme religieuse, bien qu'il ne faille pas négliger complètement le rôle tenu par les circonstances extérieures.

Jusqu'en 1820, Schelling vit assez tristement à Munich, privé de ce stimulant indispensable qu'est pour lui le public universitaire. En 1809, il a perdu Caroline Michaelis-Schlegel, sa première femme et son inspiratrice, qu'il avait épousée en 1803 après une longue et parfois dramatique liaison (il se remariera trois ans plus tard avec une amie de celle-ci, Pauline Gotter). Il s'est brouillé avec Hegel, puis avec Friedrich Heinrich Jacobi, qu'il foudroie en 1812 dans un magnifique pamphlet – le dernier texte important qu'il ait publié. Car sa production tarit peu à peu. Après les Recherches philosophiques sur l'essence de la liberté humaine (1809), il commence, en 1810, la rédaction des Âges du monde (Die Weltalter), qui se présentent comme un récit de la vie de l'absolu, mais dont il n'écrivit jamais que la première partie (celle relative au « passé » de l'univers), sans d'ailleurs la publier. Ce travail sans cesse renoncé et repris l'obséda pendant dix ans. En 1820, sa santé l'oblige à abandonner Munich et à s'établir dans la petite ville universitaire d'Erlangen. Il y donne quelques cours et y élabore sa philosophie de la mythologie, où passèrent la plus grande partie des matériaux des Âges du monde. Et, en 1827, après une éclipse de plus de vingt ans, Schelling reparaît enfin sur la scène philosophique comme professeur à la nouvelle université de Munich.

La « ph [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCHELLING FRIEDRICH WILHELM JOSEPH VON (1775-1854)  » est également traité dans :

COURS D'INTRODUCTION À LA PHILOSOPHIE DE LA MYTHOLOGIE (F. W. J. von Schelling)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 1 278 mots

Longtemps ignorée en France, car suspectée d'irrationalisme, la « dernière philosophie » de Schelling commence à être mieux connue. C'est ainsi qu'une équipe (G.D.R. Schellingiana-C.N.R.S.) entraînée par Jean-François Courtine et Jean-François Marquet a proposé une nouvelle version du Cours d'introduction à la […] Lire la suite

RECHERCHES PHILOSOPHIQUES SUR L'ESSENCE DE LA LIBERTÉ HUMAINE, Friedrich Wilhelm Joseph von Schelling - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 828 mots

Les Recherches philosophiques sur l'essence de la liberté humaine et les sujets qui s'y rattachent sont pratiquement le dernier livre paru du vivant de F. W. J. von Schelling (1775-1854) qui, cependant, continuera à élaborer sa pensée pendant près de quarante-cinq ans. Ce texte difficile et célèbre – il en existe cinq traductions en franç […] Lire la suite

TEXTES ESTHÉTIQUES (F. W. J. Schelling)

  • Écrit par 
  • Elisabeth DÉCULTOT
  •  • 970 mots

Les réflexions sur l'art du philosophe allemand Friedrich Wilhelm Schelling (1775-1854) ont eu une incidence majeure sur l'histoire intellectuelle allemande des années 1790-1820, et ce pour deux raisons. Non seulement elles ont exercé une influence importante sur de nombreux écrivains, philosophes et artistes de cette période – parmi lesquels Goethe, Hegel ou encore le paysagiste Josef Anton Koch  […] Lire la suite

DIEU - Problématique philosophique

  • Écrit par 
  • Jacques COLETTE
  •  • 5 672 mots

Dans le chapitre « Dieu et le « cogito » »  : […] L'ensemble des philosophèmes véhiculés depuis le début de l'ère chrétienne par la littérature patristique puis, après saint Augustin, par les théologiens représente le trésor conceptuel dont se nourrira la philosophie moderne. Il se compose ou dérive autant des termes hérités de la philosophie grecque que des formules bibliques. Ainsi « le nom qui est au-dessus de tout nom » (Philipp., ii , 9) la […] Lire la suite

ESPRIT, philosophie

  • Écrit par 
  • Pierre CLAIR, 
  • Universalis
  •  • 2 149 mots

Dans le chapitre « L'âge classique (XVIIe-XVIIIe s.) »  : […] Descartes et ses disciples n'attachent pas grande importance à une discrimination de l'âme et de l'esprit. Il ne s'agit là que d'une façon de parler. Le second terme est, néanmoins, privilégié par La Forge, dont l'ouvrage porte ce titre suggestif : Traité de l'Esprit de l'Homme, de ses facultés et fonctions, et de son union avec le corps . On trouve ici une intéressante étude du fonctionnement du […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 893 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De Schelling à Hegel »  : […] La Critique du jugement ouvre l'époque moderne de l'esthétique. C'est d'abord à la faveur de ce qu'enseigne Kant que Goethe peut voir dans le Beau l' Urphänomenon (le phénomène premier) et que Schiller décèle en l'art une puissance infinie, susceptible d'embrasser, dans l'« illimité » du jeu, toutes les tentatives humaines – cela grâce à la limitation réciproque de l'instinct sensible et de l'in […] Lire la suite

FICHTE JOHANN GOTTLIEB (1762-1814)

  • Écrit par 
  • Alexis PHILONENKO
  • , Universalis
  •  • 8 846 mots

Dans le chapitre « L'acte libre du savoir »  : […] La Wissenschaftslehre de 1801 est un cours en partie dirigé contre Schelling et Bardili, qui prétendaient limiter la philosophie des Principes à un idéalisme subjectif. Fichte montre que le point de départ n'est pas le savoir entendu au sens psychologique, mais le savoir pur. Or, la détermination formelle du savoir, comme tel, est d'être « savoir absolu ». En d'autres termes, « le savoir n'est […] Lire la suite

HEGEL GEORG WILHELM FRIEDRICH - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 270 mots

27 août 1770 Naissance de Georg Wilhelm Friedrich Hegel, à Stuttgart. 1788-1790 Il est boursier au Stift de Tübingen où il a pour condisciples Hölderlin et Schelling. 1793-1796 Précepteur à Berne. Premiers écrits théologiques ( Positivité de la religion chrétienne , Vie de Jésus ). 1797-1799 Il travaille comme précepteur à Francfort-sur-le-Main. Rédige L'Esprit du christianisme et son destin . […] Lire la suite

IDÉALISME ALLEMAND

  • Écrit par 
  • Jacques d' HONDT
  •  • 7 090 mots

Dans le chapitre « Un gouffre entre l'homme et la nature »  : […] L'aventure singulière de l'idéalisme allemand se préparait de longue date, mais c'est bien Kant qui l'a véritablement engagée, en rompant avec la métaphysique traditionnelle. Le dogmatisme de Leibniz et de Wolff, se targuant d'une connaissance exhaustive de l'absolu, ne lui parut plus offrir les défenses théoriques suffisantes contre ce qu'il tenait pour les principaux dangers : il a cru sauver l' […] Lire la suite

JACOBI FRIEDRICH HEINRICH (1743-1819)

  • Écrit par 
  • Valerio VERRA
  •  • 2 836 mots

Dans le chapitre « L'issue nihiliste de Schelling »  : […] Le ton de la polémique de Jacobi avec Schelling fut très âpre, même si, à l'origine, les rapports personnels des deux hommes avaient été assez cordiaux. En 1805, Jacobi avait accepté une invitation à s'installer à Munich pour réorganiser l'Académie des sciences dont il avait été nommé président. En cette qualité, dès 1806, il eut l'occasion de rencontrer Schelling ; il débattit même avec lui le t […] Lire la suite

NATURE PHILOSOPHIES DE LA

  • Écrit par 
  • Maurice ÉLIE
  •  • 6 379 mots

Dans le chapitre « Physique et philosophies de la nature »  : […] D'un point de vue historique, il semble que cette distinction n'ait pas toujours existé, si l'on admet que les penseurs présocratiques furent indissolublement physiciens et philosophes de la nature, eux qui cherchèrent l' Archè , le principe des choses, s'interrogèrent sur leurs éléments, terre, air, eau ou feu, ainsi que sur leurs modes de composition et de séparation. Ainsi, l'idée de transforma […] Lire la suite

NIETZSCHE FRIEDRICH - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Francis WYBRANDS
  •  • 316 mots

15 octobre 1844 Naissance de Friedrich Wilhelm Nietzsche, à Röcken, près de Leipzig, d'une famille de pasteurs. 1858-1864 Solides études secondaires classiques au collège de Pforta. 1865 Études de philologie grecque, à Bonn. Il rencontre l'helléniste Ritschl. Il écrit de nombreuses études philologiques et découvre la pensée de Schopenhauer. 1869 Nietzsche est nommé professeur de philologie cla […] Lire la suite

OPPOSITION CONCEPT D'

  • Écrit par 
  • Émile JALLEY
  •  • 18 813 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Freud et la pensée romantique »  : […] D'après certains historiens, « il serait peut-être temps aujourd'hui de s'interroger sur les sources romantiques du freudisme » (A. Faivre, 1974). Inspiré par le célèbre cours que donna Alexandre Kojève de 1933 à 1939 sur la Phénoménologie de l'esprit de Hegel ( Introduction à la lecture de Hegel , 1947), Lacan a pressenti, bien que de façon partielle et partiale, les liens qui rattachent la pen […] Lire la suite

PANTHÉISME

  • Écrit par 
  • Robert MISRAHI
  •  • 7 630 mots

Dans le chapitre « Le panthéisme après Spinoza »  : […] Il reste paradoxal, cependant, de dire que Dieu se pense. La Substance une et infiniment infinie est sans détermination dans le système spinoziste de la Nature. Il semble donc bien que Dieu ne soit plus en réalité qu'un mot ou un système axiomatique de la Nature : en fait, le spinozisme est un athéisme. On pourrait l'établir. L'orthodoxie, finalement, n'a pas tort de voir dans le panthéisme l'un […] Lire la suite

PATRISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 8 815 mots

Dans le chapitre « Un nouvel univers spirituel »  : […] On pourrait ainsi penser que les Pères de l'Église, en concevant le christianisme comme une philosophie, ont complètement hellénisé le christianisme. La réalité est beaucoup plus complexe. Le donné évangélique originel, même transformé ou déformé, est toujours resté présent. Des éléments étrangers à la tradition hellénique exigèrent, pour être exprimés dans le langage de la philosophie hellénique, […] Lire la suite

RÉVÉLATION

  • Écrit par 
  • Bernard DUPUY
  •  • 3 751 mots

Dans le chapitre « La pensée philosophique moderne »  : […] La notion grecque de logos a permis à la théologie chrétienne de rendre compte de la révélation accordée d'abord aux patriarches et à Moïse, puis advenue en Jésus-Christ comme rencontre d'une personne, elle-même Verbe divin. Cette donnée a été mise en cause pour la première fois par Spinoza ( Tractatus theologico-politicus ), pour qui l'attribution à Dieu du concept de personne est une représenta […] Lire la suite

SCHLEGEL FRIEDRICH VON (1772-1829)

  • Écrit par 
  • Alexis PHILONENKO
  •  • 2 355 mots

Dans le chapitre « Le « Dialogue sur la poésie » »  : […] Le Dialogue sur la poésie ( Gespräch über die Poesie , 1800) marque l'apogée du jeune Schlegel qui a voulu montrer comment il dominait toutes les tendances de son époque. Les personnages sont en fait des contemporains : Amalie fait songer à Caroline Schlegel, Marcus doit être August Wilhelm von Schlegel, le personnage de Ludoviko est peut-être Fichte, plus sûrement Schelling. Il est bon de remarq […] Lire la suite

SPENCER HERBERT (1820-1903)

  • Écrit par 
  • Bernard VALADE
  •  • 3 676 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Passage de la physique mécaniste à la métaphysique de l'inconnaissable »  : […] L'unification théorique à laquelle Spencer est ainsi parvenu doit beaucoup à la Correlation of Physical Forces de W. Grove, ouvrage, d'ailleurs cité par Carpenter, antérieur d'un an au mémoire de Helmholtz Sur la conservation de la force (1847), dont Ostwald a dit toute l'influence qu'il a exercée au xix e siècle sur l'histoire des idées. Sans doute pouvait-il également attribuer à Humboldt une c […] Lire la suite

TÜBINGEN UNIVERSITÉ DE

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 327 mots

La prospérité de l'université de Tübingen, fondée théoriquement par Sixte IV en 1476 et réellement par le comte Eberhard de Wurtemberg l'année suivante, fut assurée avant même sa confirmation par l'empereur Frédéric III (1484). Dotée dès le début de quarante maîtres et vouée par ses fondateurs au savoir, ce fut l'une des premières universités allemandes — peut-être parce que le poids des tradition […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-François MARQUET, « SCHELLING FRIEDRICH WILHELM JOSEPH VON - (1775-1854) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-wilhelm-joseph-von-schelling/