TAYLOR FREDERICK WINSLOW (1856-1915)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ingénieur de formation, mais ayant successivement occupé tous les postes de la hiérarchie d'une usine, Taylor a d'abord été employé par la Bethlehem Steelwork avant de consacrer sa vie, en tant que consultant, à la propagation de ses idées. Il est le créateur de l'organisation scientifique du travail, couramment désignée par le sigle O.S.T. Ses vues ont été exprimées dans Shop Management, 1904, et dans Principles of Scientific Management, 1911 (trad. Principes d'organisation scientifique, Paris, 1927, ou La Direction scientifique des entreprises, Paris, 1967). Impressionné par les restrictions volontaires de productivité de la part des travailleurs, Taylor estime qu'il convient de définir une norme de travail, travail fait, il s'entend, par un « homme de première classe », dans des conditions favorables et selon des façons d'opérer qui lui ont été enseignées au terme d'une analyse soigneuse (the one best way). Cette norme doit être acceptable par l'employeur et le salarié (en tant que fair day's work). Il s'agit ensuite de persuader le travailleur de réaliser cette norme, cela grâce à un système judicieux de rémunération aux pièces que les disciples de Taylor, Gantt et Gilbreth, amenderont.

La clé de ce cadre théorique est la distinction tranchée entre conception et exécution : « Vous n'êtes pas ici pour penser », disait Taylor aux travailleurs. Pour lui, aucun conflit fondamental n'existe entre employeur et salarié ; la prospérité de l'un est liée à la prospérité de l'autre. D'où l'hostilité au syndicalisme (il y a coïncidence entre le développement de l'O.S.T. et la campagne antisyndicale d'open shop des entrepreneurs américains) et à la négociation collective (puisque le salaire est déterminé « scientifiquement »), attitudes qui s'estomperont heureusement chez les disciples.

Se caractérisant par trois idées essentielles : l'utilisation maximale de l'outillage, la suppression de tout geste inutile dans les mouvements humains, la préparation du travail, le taylorisme peut se définir comme la conjugaison optimale, recherchée scientifiquement, de la machine et de l'effort humain.

États-Unis : la prospérité, 1920-1929

États-Unis : la prospérité, 1920-1929

vidéo

C'est la révolution aux États-Unis dans les années 1920, une révolution fondée sur le progrès technique : la diffusion des chaînes de montage et d'assemblage, apparues à la veille de la Première Guerre mondiale, prolonge les réflexions de l'ingénieur Taylor sur l'organisation... 

Crédits : The Image Bank

Afficher

—  Guy CAIRE

Écrit par :

  • : professeur de sciences économiques à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification


Autres références

«  TAYLOR FREDERICK WINSLOW (1856-1915)  » est également traité dans :

PRINCIPLES OF SCIENTIFIC MANAGEMENT, Frederick Winslow Taylor - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Francis DEMIER
  •  • 1 033 mots
  •  • 1 média

Les Principles of Scientific Management (Principes de management scientifique) qui sont publiés en 1911 ne constituent pas la première œuvre importante de Frederick Winslow Taylor (1856-1915). Ce dernier avait déjà été reconnu par l'American Society of Mechanical Engineers qui rassemblait l'avant-garde des ingénieurs et i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/principles-of-scientific-management/#i_19041

ADMINISTRATION - La science administrative

  • Écrit par 
  • Jacques CHEVALLIER, 
  • Danièle LOCHAK
  •  • 3 207 mots

Dans le chapitre « L'élargissement progressif du champ de la science administrative »  : […] À l'origine, la science administrative est, sans doute possible, la science de l'administration publique, ce qui s'explique fort bien compte tenu du contexte historique et politique dans lequel elle prend naissance : l'apparition d'une science appliquée de l'administration, ancêtre de la science administrative, coïncide en Europe avec la mise en place de structures étatiques et administratives mod […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/administration-la-science-administrative/#i_19041

AUTOMOBILE - Histoire

  • Écrit par 
  • Alfred MOUSTACCHI
  •  • 5 984 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « De l'artisanat à la grande série »  : […] Dès la fin du xix e  siècle, l'automobile est au point. Toutefois, elle ne s'est pas encore complètement débarrassée des concepts du carrosse hippomobile. En effet, la technique nécessite un conducteur-chauffeur spécialisé, capable de lancer le moteur et de faire preuve d'une certaine force pour diriger le véhicule et changer les vitesses. Il est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/automobile-histoire/#i_19041

ENTREPRISE - Gestion d'entreprise

  • Écrit par 
  • Elie COHEN
  •  • 6 974 mots

Dans le chapitre « Gestion de la production »  : […] La gestion de la production a longtemps constitué le cœur du système de gestion des entreprises dans des économies où la réalisation de biens matériels exigeait d'abord une combinaison efficace de capital matériel, de matières premières, d'énergie et de travail humain. Dès lors, l'organisation de l'activité productive a pu être longtemps confondue avec le contenu même de la gestion dans des théor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entreprise-gestion-d-entreprise/#i_19041

FAYOL HENRI (1841-1925)

  • Écrit par 
  • Guy CAIRE
  •  • 307 mots

Élève de l'École des mines, puis ingénieur, Fayol devient, en 1888, directeur général d'un grand groupe minier et métallurgique. Frappé par les insuffisances que présente l'organisation du travail dans ce groupe, il s'attache à définir de nouvelles règles de gouvernement de l'entreprise et livre, en 1916, ses réflexions dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/henri-fayol/#i_19041

GANTT SYSTÈME DE

  • Écrit par 
  • P. SCHAEFER
  •  • 332 mots

Système de fixation de salaires qui apporte des primes au rendement aux ouvriers et associe les cadres de maîtrise à l'accroissement du rendement des équipes sous leurs ordres. Pour la fixation du salaire ouvrier, le système de Gantt atténue le système de Taylor, considéré comme trop rigoureux. Les tarifs différentiels de Taylor fixaient en effet le salaire horaire proportionnellement à la product […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-de-gantt/#i_19041

GESTION FINANCIÈRE - Contrôle de gestion

  • Écrit par 
  • Henri BOUQUIN
  •  • 4 883 mots

Dans le chapitre « Aux origines du contrôle de gestion »  : […] Celui-ci est apparu, sous sa forme actuelle, en 1921 chez General Motors et, peu de temps après, chez DuPont de Nemours, dont l'actionnariat était en partie commun. Le conseil d'administration de General Motors était présidé par Pierre Samuel DuPont de Nemours, qui confia la direction générale puis la présidence à Alfred Sloan, auquel un financier, venu de DuPont, fut adjoint, Don Brown. Ces deux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gestion-financiere-controle-de-gestion/#i_19041

LES LOGIQUES DE L'ENTREPRISE (A. Moutet)

  • Écrit par 
  • André THÉPOT
  •  • 1 665 mots

Les nombreux articles d'Aimée Moutet avaient attiré depuis longtemps l'attention des historiens et des économistes. Sa thèse soutenue en 1992 sur la Rationalisation dans l'économie française au XX e  s. arrivait à point. En effet, ses recherches menées à partir de 1974 s'intégraient dans le mouvement de rem […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-logiques-de-l-entreprise/#i_19041

MACHINES-OUTILS

  • Écrit par 
  • René LE BRUSQUE, 
  • Jean-Paul MATHIEU
  •  • 9 057 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « États-Unis »  : […] L'industrialisation des États-Unis n'en était encore qu'à ses débuts avant 1840, mais, dès 1850, son industrie métallurgique prenait la seconde place dans le monde. La population du pays, passant de 31 millions d'habitants en 1860 à plus de 76 millions en 1900, avec un niveau de vie de plus en plus élevé, exigeait des productions de biens de consommation considérables et la guerre de Sécession exi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/machines-outils/#i_19041

ORGANISATION DES ENTREPRISES

  • Écrit par 
  • Pierre ROMELAER
  •  • 4 951 mots

Dans le chapitre « La structure mécaniste »  : […] Dans une structure mécaniste, le travail du centre opérationnel est effectué sur la base de procédures élaborées par des départements spécialisés, de type méthodes dans l'industrie, ou informatique et organisation dans les entreprises de services. Les organisations de fabrication de masse et les entreprises de « services de masse » (compagnies d'assurances, banques, entreprises de télé-marketing) […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/organisation-des-entreprises/#i_19041

ORGANISATIONS THÉORIE DES

  • Écrit par 
  • René DAVAL
  •  • 5 301 mots

Dans le chapitre « Le taylorisme »  : […] C'est Taylor qui, en 1911, a jeté les bases de la théorie des organisations, en émettant l'idée que la direction d'une entreprise est une science, au même titre que celle de l'ingénieur, et non un don propre à certaines personnes. Le bon directeur est celui qui organise l'entreprise de façon à donner satisfaction à l'employeur, comme à l'employé, pendant un fonctionnement de longue durée. Pour cel […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theorie-des-organisations/#i_19041

SALARIAT

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 8 712 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Vers la société salariale »  : […] Au tournant du siècle, l'émergence progressive de la production de masse a fait voler en éclats ce modèle concurrentiel. Aux États-Unis et en Allemagne, les grandes unités industrielles rationalisent la production : Taylor puis Ford comprennent que, pour produire moins cher, c'est la grande série qui est la clé, bien plus que la compression des salaires. Les gains de productivité permettent d'aug […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/salariat/#i_19041

TRAVAIL DIVISION DU

  • Écrit par 
  • B. BREVAN
  •  • 936 mots
  •  • 1 média

Platon est un des premiers philosophes à avoir remarqué qu'« on fait plus et mieux et plus aisément, lorsque chacun ne fait qu'une chose, celle à laquelle il est propre » ( La République ). Sur ce point, philosophes, économistes, sociologues et anthropologues semblent s'accorder. Il n'est guère de sociétés, aussi restreintes soient-elles, qui ne connaissent une division des t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/division-du-travail/#i_19041

TRAVAIL SOCIOLOGIE DU

  • Écrit par 
  • François VATIN
  •  • 4 463 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De l'organisation du travail à l'organisation scientifique du travail »  : […] L'idée d'« organisation » est issue du saint-simonisme ; l'expression « organisation du travail » est popularisée par Louis Blanc qui, dans un opuscule portant ce titre, régulièrement réédité entre 1839 et 1848, promouvait un ordre social du travail en lieu et place de l'anarchie marchande (ce qui inspira en partie l'expérience malheureuse des Ateliers nationaux de 1848). Au début du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sociologie-du-travail/#i_19041

Pour citer l’article

Guy CAIRE, « TAYLOR FREDERICK WINSLOW - (1856-1915) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/frederick-winslow-taylor/