ROSENZWEIG FRANZ (1886-1929)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Théologien juif allemand élevé dans une famille fortement assimilée, Franz Rosenzweig, après une « tentation chrétienne », entreprit d'affranchir la pensée juive de la philosophie et, avec Martin Buber et Leo Baeck, ouvrit des voies neuves à la pensée juive contemporaine. Entre 1905 et 1913, à la suite d'études de droit et de philosophie, il subit l'influence de l'historien Frédéric Meinecke puis du juif converti au protestantisme Eugen Rosenstock-Huessy. Peu satisfait du rationalisme hégélien, il songe à adopter le christianisme ; un office de Kippur auquel il assiste dans une synagogue berlinoise l'en détourne. Entre 1913 et 1921, il subit l'influence d'Hermann Cohen et entre en relation avec Martin Buber. Sous l'uniforme, durant la Première Guerre mondiale, il écrit son œuvre maîtresse L'Étoile de la rédemption (Der Stern der Erlösung, 1921). Il crée à Francfort-sur-le-Main une académie d'études juives pour adultes (freies jüdisches Lehrhaus), où enseignent les meilleurs savants juifs allemands. Paralysé les huit dernières années de sa vie, il parvient à poursuivre une œuvre féconde (traduction des poèmes de Juda Halévy, traduction de la Bible avec Martin Buber), à observer les préceptes pratiques du judaïsme ; un titre rabbinique lui est conféré. Face aux doctrines de la raison et de l'impersonnel, il s'attache à l'acquisition subjective, existentielle du vrai, souligne la relation de Dieu avec l'homme par la révélation envisagée comme un processus continu. L'amour de Dieu pour l'homme rend possible l'amour de l'homme pour son prochain, qui conduit à la rédemption du monde. Dans cette perspective, christianisme et judaïsme sont deux alliances valables : d'une part, « voie éternelle » offerte au monde païen, d'autre part « vie éternelle » accordée au peuple juif afin qu'il poursuive le Royaume de Dieu, hors du flot de l'histoire jusqu'à la Rédemption. Stimulante pour la réflexion contemporaine, l'œuvre de Rosenzweig reste mal connue du public francophone. Il en existe une traduction anglaise par William Hallo (New York, 1971) et une traduction hébraïque par Joshua Amir (Jérusalem, 1970).

—  Gérard NAHON

Écrit par :

  • : directeur d'études émérite à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification


Autres références

«  ROSENZWEIG FRANZ (1886-1929)  » est également traité dans :

BUBER MARTIN (1878-1965)

  • Écrit par 
  • Dominique BOUREL
  •  • 1 692 mots

Dans le chapitre « Entre érudition et militantisme »  : […] À partir de 1906, ce sont les grands ouvrages sur le hassidisme, Die Geschichten des Rabbi Nachman , Die Legenden des Baalschem (1908) qui culmineront avec Die Erzählungen der Chassidim en 1949 (trad. franç. 1963). Mais il s'intéresse aussi aux religions non juives ainsi que le montrent son anthologie des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/martin-buber/#i_45429

TÉMOINS DU FUTUR. PHILOSOPHIE ET MESSIANISME (P. Bouretz) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Sylvie COURTINE-DENAMY
  •  • 1 010 mots

Pierre Bouretz nous offre un prolongement de la somme de Julius Guttmann ( Histoire des philosophies juives. De l'époque biblique à Franz Rosenzweig , 1996) en regroupant neuf philosophes juifs, de culture allemande, nés entre 1842 et 1905, à l'aube d'un xx e  siècle apocalyptique : Hermann Cohen, Franz Rosenzweig, Walter Ben […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/temoins-du-futur-philosophie-et-messianisme/#i_45429

TŌRAH

  • Écrit par 
  • Roland GOETSCHEL
  •  • 2 855 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La Tōrah et la critique moderne »  : […] L'ouverture des juifs à la culture occidentale et leur progressive émancipation provoquèrent chez les penseurs juifs une nouvelle attitude à l'égard de la Tōrah. Spinoza fut, à travers son Tractatus theologico-politicus (1670), l'un des fondateurs de la critique biblique. Le philosophe d'Amsterdam ne vit plus dans la Tōrah qu'un pur traité politique destiné à l'État des Hébre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/torah/#i_45429

Pour citer l’article

Gérard NAHON, « ROSENZWEIG FRANZ - (1886-1929) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/franz-rosenzweig/