BAECK LEO (1873-1956)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après des études rabbiniques et universitaires à Breslau et à Berlin, Leo Baeck, qui devait être un des trois maîtres spirituels du judaïsme allemand (avec Martin Buber et Franz Rosenzweig), occupa la chaire rabbinique à Oppeln, Düsseldorf et Berlin et fut aumônier militaire durant la Première Guerre mondiale. Il devint bientôt membre du comité du Central-Verein deutscher Staatsbürger jüdischen Glaubens, l'organisation centrale du judaïsme allemand. En 1933, il refusa de quitter l'Allemagne nazie et présida désormais aux destinées des juifs de son pays. Déporté à Theresienstadt en 1943, il y vécut en « témoin de la foi », encourageant les siens à triompher de l'épreuve. En 1945, il quitta l'Allemagne pour l'Angleterre, puis pour les États-Unis, où il enseigna l'histoire des religions au Hebrew Union College de Cincinnati. Adepte de la tendance dite libérale du judaïsme, Leo Baeck plaçait l'essence du judaïsme entre le mystère et le précepte ; il insistait sur le caractère éthique de la Loi, auquel se subordonnent les observances rituelles. Pour lui, face au christianisme, foi « romantique » par excellence, le judaïsme en tant que religion « classique » œuvre à l'amélioration de ce monde. Tout en sympathisant avec les aspirations sionistes, il considérait que l'esprit du judaïsme s'incarne partout où une communauté juive vit authentiquement sa foi. Il exprima sa pensée dans de multiples articles (parus surtout dans Central-Vereins Zeitung, Der Morgen, Jüdische Rundschau et des ouvrages majeurs, notamment Das Wesen des Judentums (« L'Essence du judaïsme », 1905) et Dieses Volk (« Ce peuple » [Israël], 1955-1957). En son honneur fut créé à Jérusalem en 1955 le Leo Baeck Institut, qui consacre ses activités à l'histoire du judaïsme allemand, possède trois établissements (Jérusalem, Londres et New York, ce dernier abritant une bibliothèque et des archives d'une grande richesse) et publie à Tel-Aviv un Bulletin des Leo Baeck Instituts, en allemand, ainsi qu'une série de monographies en plusieurs langues.

—  Gérard NAHON

Écrit par :

  • : directeur d'études émérite à l'École pratique des hautes études (Ve section, sciences religieuses)

Classification

Pour citer l’article

Gérard NAHON, « BAECK LEO - (1873-1956) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/leo-baeck/