WRIGHT FRANK LLOYD (1867-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Dans la nature des matériaux »

De cette fugue, qui lui vaudra vingt années de persécutions et de très graves difficultés financières, on a donné de nombreuses interprétations. La plus convaincante est celle que propose N. K. Smith : Wright se sentait suffoquer dans la vie suburbaine de Oak Park. Il avait vécu à Chicago l'épopée de la métropole, il en avait subi la fascination ; mais, tout comme Whitman, Thoreau et Emerson, il la détestait – exaltant le rêve d'une existence libre, au contact de la nature. Oak Park était une expérience négative sous un double aspect : ni ville ni campagne, mais un compromis, la périphérie. Sensible à tout ce qu'un tel compromis comporte de faux, il suit son impulsion hérétique et anarchiste. Et il accomplit un geste qui conditionnera son activité pendant un quart de siècle, de 1910 à 1935, mais qui apparaît inévitable pour la régénération de sa personnalité d'homme et aussi de poète.

Dans la nature des matériaux est la recherche qui définit les principales œuvres du second cycle, à savoir les Midway Gardens de Chicago (1914), l'Imperial Hotel de Tōkyō (1916-1922), les villas californiennes de 1920 à 1924. On a parlé, et non sans raison, d'une phase « expressionniste ». Alors que les rationalistes européens pratiquent une architecture décharnée, par élimination du poids et de l'épaisseur et réduction à des cloisons bidimensionnelles qui visent un idéal de transparence et de légèreté, Wright creuse, déchire, agresse le bois, la pierre, la brique, le ciment, le métal et le verre, afin d'en extraire des messages spécifiques, de posséder les secrets de la matière jusqu'à ses fibres les plus intimes. Chargeant de décorations les salles de l'Imperial Hotel, il semble revenir en arrière, au xixe siècle ; mais les résultats de cette entreprise sont évidents dans les villas californiennes, et surtout dans « La Miniatura » de Pasadena (1923), où les blocs de béton sont perforés de telle sorte que la lumière, plutôt que de pénétrer à travers des trous pratiqués dans les murs, semble leur être intégrée.

En 1911, sur la terre de ses ancêtres, à Spring Green, dans le Wisconsin, il commence la construction de Taliesin, communauté qui comprend habitation, école, atelier et ferme. Détruite à deux reprises par des incendies, elle est reconstruite, agrandie, enrichie, incarnant un système de vie en perpétuelle transformation.

C'est à cette époque que Wright découvre l'Arizona : près de Chandler, en 1927, il aménage Ocotillo Desert Camp selon des formes extravagantes et en biais qui annoncent les habitations des communautés hippies. Lorsqu'en 1938, poussé par une soif angoissée et indomptable de liberté, il voudra édifier une autre Taliesin, c'est dans le désert de l'Arizona qu'il choisira de la situer.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'architecture, auteur, président du Comité international des critiques d'architecture

Classification

Autres références

«  WRIGHT FRANK LLOYD (1867-1959)  » est également traité dans :

MAISONS DE LA PRAIRIE DE FRANK LLOYD WRIGHT - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 542 mots

1889 Maison Wright, Oak Park, Illinois. La maison personnelle de F. L. Wright est à l'origine de petites dimensions ; il l'agrandira en 1895-1898. Elle s'inspire de l'architecture traditionnelle américaine, notamment du shingle style (utilisation du pan de bois). L'architecte n'a que vingt ans.1891 Maison Charnley, […] Lire la suite

ROBIE HOUSE , Chicago (F. L. Wright)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 231 mots

Probablement la plus aboutie des « maisons de la Prairie » construites par l’architecte américain Frank Lloyd Wright (1867-1959), la Robie House, située à Chicago à l’angle de deux rues de Hyde Park, se distingue avant tout par ses spectaculaires volumes horizontaux et ses toitures largement débordantes. Leu […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Béton

  • Écrit par 
  • Bernard HAMBURGER
  •  • 3 185 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le porte-à-faux »  : […] Il est assez difficile de déterminer l'origine de ce procédé technique qui est le développement de l'encorbellement classique en pierre. François Hennebique, dans sa propre maison construite en 1904 en béton armé, imagine une tour octogonale reposant sur des porte-à-faux de quatre mètres. Le béton armé permet, en effet, de construire non seulement des poutres s'avançant plus ou moins au-delà des […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Plastique

  • Écrit par 
  • Hubert TONKA
  •  • 3 124 mots

Dans le chapitre « Architecture et industrie »  : […] L'architecture ne peut se détacher totalement de la progression des forces productives. L'économie esthétique de laquelle participe l'architecture est reliée conflictuellement aux dernières découvertes de l'industrie ; la brutalité de la production industrielle se heurte à la finesse de la composition artistique ; il y a une opposition culturelle entre laideur et beauté ; en effet, ou bien le cho […] Lire la suite

BAUHAUS

  • Écrit par 
  • Serge LEMOINE
  •  • 4 457 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La pensée diffusée »  : […] Dès sa création, le Bauhaus provoqua de nombreuses réactions : une affiche placardée sur les murs de Weimar, « la ville de Goethe », demandait aux habitants de participer, le 22 janvier 1919, à une manifestation pour la défense de la Hochschule für bildende Kunst, « menacée de ruine par la prédominance exclusive d'une certaine tendance ». D'un autre côté, l'initiative de Gropius exerça un attrait […] Lire la suite

ESPACE, architecture et esthétique

  • Écrit par 
  • Françoise CHOAY, 
  • Jean GUIRAUD
  • , Universalis
  •  • 12 326 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'architecture moderne et l'espace-temps »  : […] L' architecture du mouvement moderne, qui s'est affirmée dans les années 1920, s'était donné pour tâche, par la voix de ses théoriciens, de créer un espace dont la nouveauté serait à la fois formelle et esthétique, mais aussi symbolique. La fin du néo-classicisme et l'éclectisme architectural de la seconde moitié du xix e  siècle, généralement considérés comme signes d'une crise profonde ou même d […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - L'architecture

  • Écrit par 
  • Claude MASSU
  •  • 12 012 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Frank Lloyd Wright »  : […] La même revendication d'indépendance artistique par rapport à l'Europe sous-tend l'œuvre du plus grand des disciples de Sullivan : Frank Lloyd Wright (1867-1959). Dans ses « maisons de la Prairie » construites entre 1895 et 1910, il cherche à définir un habitat unifamilial. Il entreprend ce qu'il appelle une « destruction de la boîte » avec un jeu de terrasses, de débords des toits qui prolongent […] Lire la suite

GUGGENHEIM MUSÉE

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 815 mots
  •  • 1 média

Institution au rayonnement international, le musée Guggenheim possède et expose des objets d'art moderne et contemporain à New York et dans diverses autres villes sous l'égide de la fondation Solomon R. Guggenheim, créée en 1937. La fondation fédère ainsi le musée Solomon R. Guggenheim à New York, la collection Peggy Guggenheim à Venise, le musée Guggenheim de Bilbao et le Deutsche Guggenheim à […] Lire la suite

HITCHCOCK HENRY-RUSSEL (1903-1987)

  • Écrit par 
  • Jérôme COIGNARD
  •  • 1 040 mots

Pionnier du style international dont il fut le plus ardent défenseur, auteur d'une vingtaine d'ouvrages, devenus pour la plupart des ouvrages de référence, l'historien de l'architecture Henry-Russel Hitchcock est mort d'un cancer à New York le 19 février 1987. Cet insatiable érudit était une figure populaire de l'Université américaine, entre Harvard et New York. Constamment enveloppé de la fumée […] Lire la suite

MUSÉES AMÉRICAINS DE L'APRÈS-GUERRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 646 mots

1943-1959 Musée Guggenheim, New York , Frank Lloyd Wright (1867-1959). L'architecte applique une conception originale du parcours muséal, en créant une rampe hélicoïdale qui mène le visiteur jusqu'au sommet du musée. Ce schéma rend toutefois impossible une libre déambulation à travers l'espace. 1961-1962 Musée d'Oakland, Californie, Kevin Roche (1922-2019). L'architecte refuse toute construction […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bruno ZEVI, « WRIGHT FRANK LLOYD - (1867-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/frank-lloyd-wright/