VIÈTE FRANÇOIS (1540-1603)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Viète est célèbre aujourd'hui en tant qu'inventeur de l'algèbre moderne. Or, à son époque, il était plus connu comme maître des requêtes et conseiller privé d'Henri IV que comme mathématicien. Toute sa vie est en effet marquée par cette dualité d'une carrière politique brillante et d'un ardent travail de cabinet sur les plus hauts problèmes posés par les mathématiques du xvie siècle.

Son œuvre scientifique a beaucoup souffert de ses nombreuses occupations politiques et du peu de temps qu'elles lui laissaient. Il reste néanmoins que la contribution de Viète au développement des mathématiques à la fin du xvie siècle est fort importante. Elle se caractérise par l'introduction systématique de la représentation littérale dans les problèmes algébriques, tant pour les inconnues que pour les quantités connues, ce qui présente le principal avantage de traiter le cas général et non les cas particuliers et de s'intéresser à la structure des problèmes plutôt qu'à leur expression.

Un homme d'État et un savant

Né à Fontenay-le-Comte (Vendée) en 1540, François Viète, fils d'Estienne Viète et de Marguerite Dupont, se trouve par sa mère cousin de Barnabé Brisson. Il portait le nom de seigneur de La Bigotière, du nom de la métairie qu'il possédait près de Foussay. Il fit ses études de droit à la faculté de Poitiers et entra dans la vie active comme avocat au siège de Fontenay-le-Comte. Secrétaire particulier de Jean de Parthenay-Larchevêque, il demeure quelques années au domaine du parc de Soubise.

Nommé conseiller au parlement de Bretagne en 1573, il y séjourne en fait assez peu, occupé qu'il est par ses travaux mathématiques et les missions confidentielles que lui confie le roi. On retrouve ensuite sa trace à Paris en 1579 où il publie son premier ouvrage : le Canon mathematicus, accompagné du Liber singularis.

Nommé maître des requêtes de l'hôtel du roi en 1580, il est démis de sa fonction en 1585, à la suite de conflits entre les familles de Guise et d'Albret au sujet de Françoise de Ro [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : chargé de recherche au Laboratoire d'études et de recherches en sciences humaines appliquées de la Société Kodak-Pathé.

Classification


Autres références

«  VIÈTE FRANÇOIS (1540-1603)  » est également traité dans :

ÉQUATIONS ALGÉBRIQUES

  • Écrit par 
  • Jean ITARD
  •  • 5 787 mots

Dans le chapitre « La théorie « générale » des équations »  : […] Ces relations apparaissent déjà chez Viète, dans le seul cas où toutes les racines sont positives, mais c'est Harriot, en 1630, dans ses œuvres posthumes, et surtout Albert Girard, en 1629, qui leur donnent toute leur extension. Girard, d'autre part – et il sera suivi par Newton – exprime les sommes des puissances des racines en fonction des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equations-algebriques/#i_36837

NOTATION MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Hans FREUDENTHAL
  •  • 10 386 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les lettres »  : […] Comparée à l'usage mathématique des lettres depuis Viète, la pratique des lettres dans la géométrie grecque paraît bien primitive. On se sert de lettres en tant que noms d'objets, mais, à partir de ces symboles, on ne construit que très imparfaitement des mots et des phrases. Si une figure est construite pas à pas, on donne à chaque nouveau point […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/notation-mathematique/#i_36837

NUMÉRIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 5 699 mots

Dans le chapitre « Méthode des approximations successives »  : […] Cette méthode est reprise par Viète en 1600 et par Wallis en 1660, pour la résolution des équations algébriques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/calcul-numerique/#i_36837

RÉELS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DHOMBRES
  •  • 15 294 mots

Dans le chapitre « Les séries et les méthodes algorithmiques »  : […] le premier terme est au second, et la notationsera employée jusqu'au xixe siècle. La somme des n premiers termes, est donnée par Euclide, et Viète, en 1593, donne pour < 1 la somme infinie : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nombres-reels/#i_36837

Pour citer l’article

Jean GRISARD, « VIÈTE FRANÇOIS - (1540-1603) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-viete/