DYNAMO (exposition)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au printemps de 2013, trois grandes institutions parisiennes ont fait le choix de réactualiser les recherches d’un certain nombre d’artistes que l’histoire de l’art a qualifiés de « cinétistes ». Ainsi, au Palais de Tokyo, une monographie était consacrée à Julio Le Parc et le Centre Georges-Pompidou présentait un ensemble d’œuvres de Jesus Rafael Soto (27 février-20 mai 2013). Quant à la direction des Musées de France, elle offrait sous le titre Dynamo les cimaises du Grand-Palais (10 avril-22 juillet 2013) aux pionniers en la matière et aux artistes contemporains qui interviennent, comme leurs aînés, sur la perception visuelle. En 1967, Frank Popper les définissait ainsi: « Les démarches des cinétistes des années 1950 ont contribué à la dématérialisation de l’objet d’art dans l’architecture et l’environnement et à l’activation participative du spectateur. »

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Maïten BOUISSET, « DYNAMO (exposition) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynamo-exposition/