FURET FRANÇOIS (1927-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

S'il est difficile de brosser le portrait de François Furet, un homme qui a dénié toute vertu explicative aux biographies, il est néanmoins possible d'établir quelques jalons dans une vie, réussie dans le domaine professionnel comme dans la sphère de l'opinion publique, et une œuvre représentative de toute une génération d'historiens, consacrées l'une et l'autre par son élection à l'Académie française, le 21 mars 1997, au fauteuil de Michel Debré.

François Furet est né à Paris le 27 mars 1927, dans un milieu bourgeois ; son père, banquier, lié aux grandes familles catholiques du Choletais, publie en 1950 un livre sur l'histoire de Cholet, digne de l'école des Annales. Après des études au lycée Janson-de-Sailly et des activités dans la Résistance, puis des ennuis de santé, François Furet obtient l'agrégation d'histoire en 1954. Se détournant de l'enseignement, il est attaché de recherches au C.N.R.S. dès 1956, entre à la VIe section de l'École pratique des hautes études (par la suite École des hautes études en sciences sociales), comme sous-directeur d'études en 1961, puis est directeur d'études en 1966 et préside cet organisme de 1977 à 1985. Ayant créé l'institut Raymond-Aron, dans la mouvance de l'école, il le dirige jusqu'en 1992. Parallèlement, il intervient dans des universités étrangères, avant d'être professeur permanent à l'université de Chicago à partir de 1982.

Cette réussite professionnelle se double d'une implication durable dans la vie publique française. Militant communiste jusqu'en 1956, il participe à l'élaboration des réformes de l'enseignement supérieur engagées par Edgar Faure après 1968, tient régulièrement des rubriques dans l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur. Cet intérêt pour les interventions au plus haut niveau se poursuit dans la création de la Fondation Saint-Simon (en 1982), lieu de rencontre où des universitaires, des hommes politiques et des responsables économiques envisagent les problèmes de notre époque dans une optique libérale.

Son œuvre est l'écho de cette double orientation. Commencée dans le domaine de l'histoire sociale et économique, sous la tutelle d'Ernest Labrousse, elle s'infléchit vers l'histoire culturelle. Le tournant est attesté par la publication, au milieu des années 1960, d'un livre présentant la Révolution française à un large public, rédigé avec Denis Richet. Contestant les leçons de l'école marxisante liée à Albert Soboul, cet ouvrage insiste sur les « dérapages » précoces de l'évolution politique conduisant vers la Terreur. Considéré comme un intrus dans un domaine spécifique, François Furet tire des années de débats passionnés qui suivent le recueil d'articles Penser la Révolution française, qui donne la clé de son œuvre. Il y dénonce les a priori du « catéchisme révolutionnaire » délivré depuis la Sorbonne (qui le qualifie de « révisionniste »), il instaure une nouvelle historiographie, citant Tocqueville et Cochin, récuse l'idée de la rupture révolutionnaire et estime que la Révolution est terminée, puisque notre société n'est plus orientée par les luttes héritées du xviiie siècle.

Dans une nouvelle série de livres publiés entre 1986 et 1991, il approfondit son analyse des apports de l'historiographie et de la progressive élaboration des concepts marxistes. La Révolution française est ainsi pensée par lui dans sa dimension culturelle et politique, puisque c'est là que s'est opéré, entre 1787 et 1789, le basculement des principes du gouvernement et des références politiques. Il estime que ce qui se produit par la suite relève d'une deuxième révolution, liée à l'action des sociétés de pensée et à l'influence des philosophes utopistes. Ceux-ci enracinent un discours commémoratif, libèrent la violence, dont le paroxysme est atteint pendant la Terreur, et entraînent le pays dans une politique d'essence totalitaire. L'enfermement quasi originel des révolutionnaires dans un système de langage et de pensée les conduit à des surenchères idéologiques, les coupe du réel et les incite à faire le bonheur des hommes malgré eux. Ainsi, pour lui, 1793 serait dans 1789 comme le ver dans le fruit, et contiendrait 1917. Cela le conduit à dire qu'il faut rompre avec le jeu historiographique du xixe siècle, déjà clos par la IIIe République, qui a mené la Révolution à son port, et récuser l'historiographie ultérieure absorbée par sa rencontre avec la Révolution bolchevique, annoncée par 1793. Michelet, Quinet auraient ainsi contribué à créer autant qu'à transmettre une tradition républicaine inspirée par une vision légendaire et militante de la Révolution française, léguant des idées reçues (sur les catégories, les datations, etc.) que les recherches du xxe siècle n'auraient pas remises en cause mais introduites dans une exégèse sans recul.

Cette double dénonciation, d'une historiographie illusionniste qui ne reconnaît pas les principes politiques qui l'animent et d'une tradition aveugle sur ses présupposés, permet de comprendre le dernier ensemble des ouvrages publiés par François Furet. Celui-ci poursuit l'histoire de l'héritage révolutionnaire et dénonce la séduction que les approches révolutionnaires et marxisantes ont opérée sur les intellectuels ; Le Passé d'une illusion est en cela une des conclusions essentielles de cette quête. Son œuvre n'a donc jamais cessé d'être polémique et profondément ancrée dans les débats des trente dernières années. Elle a épousé et illustré les grandes évolutions de l'opinion, accompagnant la faillite du système totalitaire soviétique et des illusions du progrès, jusque dans la récusation des analyses socio-économiques. Elle critique les pratiques empiriques des historiens, asservies à l'historiographie commémoratrice. Elle réaffirme le primat du récit et de la synthèse interprétative, au moment où la communauté intellectuelle s'interroge sur les fondements de ses connaissances.

Sacré « roi de la Révolution » en 1989, tant sa place dans les médias a été considérable, alors qu'il ne jouait officiellement aucun rôle dans l'organisation du bicentenaire, François Furet aura incarné brièvement la réconciliation improbable entre la recherche et l'Académie sur le sujet historique qui les avait le plus opposées depuis le début de ce siècle.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  FURET FRANÇOIS (1927-1997)  » est également traité dans :

DÉBAT LE, revue

  • Écrit par 
  • Laurent LEMIRE
  •  • 1 247 mots

Dans le chapitre « Traiter les problèmes de fond »  : […] Pour alimenter Le Débat , Pierre Nora et Marcel Gauchet font appel à des historiens comme François Furet pour livrer une autre approche de la Révolution française et du rôle du Parti communiste, tandis que l’historien médiéviste Jacques Le Goff prend ses distances avec l’école des Annales. Pendant quatre décennies, la revue accompagne la vie intellectuelle française en traitant notamment de la mo […] Lire la suite

L'INVENTION DE LA SCIENCE. LA NOUVELLE RELIGION DE L'ÂGE INDUSTRIEL (G. Carnino)

  • Écrit par 
  • Anne RASMUSSEN
  •  • 1 079 mots

Dans le chapitre « Science, croyance et République »  : […] Sur un sujet propice à la réflexion épistémologique, Guillaume Carnino prend ici le parti d’une approche résolument historienne qui contextualise la notion de « science » au xix e  siècle et enquête avec précision sur l’émergence du terme, ses réquisits et les représentations qui lui sont associées. Deux questions liminaires fournissent une trame à cette grille de lecture. La première s’interroge […] Lire la suite

NOLTE ERNST (1923-2016)

  • Écrit par 
  • Christoph BRÜLL
  •  • 1 261 mots

Dans le chapitre « Au cœur de la querelle des historiens »  : […] Il apparaît alors notoirement comme l’un des meilleurs spécialistes de l’histoire du fascisme. Le grand tournant intervient avec la publication, en 1986, d’un article dans le quotidien libéral-conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung intitulé « Le passé qui ne veut pas passer ». Ce texte déclenche la « querelle des historiens » qui voit, entre autres, des intellectuels comme le philosophe Jür […] Lire la suite

OZOUF MONA (1931- )

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 913 mots

Philosophe étudiant l'histoire, chercheur pensant l'éducation, essayiste réfléchissant sur le roman – on pourrait ajouter Française née en Bretagne –, Mona Ozouf a suivi un itinéraire dont les tensions apparentes prennent sens dans une grande quête de l'unité. Présenté, avec une précision distanciée, dans son ouvrage Composition française , ce parcours retrace expériences et épreuves vécues, trans […] Lire la suite

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 478 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une école et ses opposants »  : […] Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, qui a vu l'État français brûler les livres de Georges Lefebvre et fêter les victimes de la Vendée, tandis que la Résistance se rattachait volontiers au nationalisme révolutionnaire, l'histoire de la Révolution française consacre les grandes figures de l'érudition militante de gauche que sont Ernest Labrousse (pour sa Crise de l'économie française à la fin […] Lire la suite

SÉRIELLE HISTOIRE

  • Écrit par 
  • Olivier LÉVY-DUMOULIN
  •  • 1 246 mots

Dans le chapitre « Principes et origine »  : […] L'histoire sérielle est le fruit d'une greffe réussie au cours des années 1930. En France, l'héritage de la sociologie durkheimienne, qui traite les faits sociaux comme des choses, est la source de cette approche. S'appuyant sur la transposition de la démarche sociologique à l'économie réalisée par François Simiand au début du xx e  siècle, le mouvement vers une histoire sérielle prend forme avec […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Clément MARTIN, « FURET FRANÇOIS - (1927-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-furet/