FURET FRANÇOIS (1927-1997)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

S'il est difficile de brosser le portrait de François Furet, un homme qui a dénié toute vertu explicative aux biographies, il est néanmoins possible d'établir quelques jalons dans une vie, réussie dans le domaine professionnel comme dans la sphère de l'opinion publique, et une œuvre représentative de toute une génération d'historiens, consacrées l'une et l'autre par son élection à l'Académie française, le 21 mars 1997, au fauteuil de Michel Debré.

François Furet est né à Paris le 27 mars 1927, dans un milieu bourgeois ; son père, banquier, lié aux grandes familles catholiques du Choletais, publie en 1950 un livre sur l'histoire de Cholet, digne de l'école des Annales. Après des études au lycée Janson-de-Sailly et des activités dans la Résistance, puis des ennuis de santé, François Furet obtient l'agrégation d'histoire en 1954. Se détournant de l'enseignement, il est attaché de recherches au C.N.R.S. dès 1956, entre à la VIe section de l'École pratique des hautes études (par la suite École des hautes études en sciences sociales), comme sous-directeur d'études en 1961, puis est directeur d'études en 1966 et préside cet organisme de 1977 à 1985. Ayant créé l'institut Raymond-Aron, dans la mouvance de l'école, il le dirige jusqu'en 1992. Parallèlement, il intervient dans des universités étrangères, avant d'être professeur permanent à l'université de Chicago à partir de 1982.

Cette réussite professionnelle se double d'une implication durable dans la vie publique française. Militant communiste jusqu'en 1956, il participe à l'élaboration des réformes de l'enseignement supérieur engagées par Edgar Faure après 1968, tient régulièrement des rubriques dans l'hebdomadaire Le Nouvel Observateur. Cet intérêt pour les interventions au plus haut niveau se poursuit dans la création de la Fondation Saint-Simon (en 1982), lieu de rencontre où des universitaires, des hommes politiques et des responsables économiques envisagent les problèmes de notre époque dans une optique libérale.

Son œuvre est l'écho de cette double orientation. Commencée da [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FURET FRANÇOIS (1927-1997)  » est également traité dans :

L'INVENTION DE LA SCIENCE. LA NOUVELLE RELIGION DE L'ÂGE INDUSTRIEL (G. Carnino)

  • Écrit par 
  • Anne RASMUSSEN
  •  • 1 079 mots

Dans le chapitre « Science, croyance et République »  : […] Sur un sujet propice à la réflexion épistémologique, Guillaume Carnino prend ici le parti d’une approche résolument historienne qui contextualise la notion de « science » au xix e  siècle et enquête avec précision sur l’émergence du terme, ses réquisits et les représentations qui lui sont associées. Deux questions liminaires fournissent une trame à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-invention-de-la-science-la-nouvelle-religion-de-l-age-industriel/#i_97628

NOLTE ERNST (1923-2016)

  • Écrit par 
  • Christoph BRÜLL
  •  • 1 261 mots

Dans le chapitre « Au cœur de la querelle des historiens »  : […] Il apparaît alors notoirement comme l’un des meilleurs spécialistes de l’histoire du fascisme. Le grand tournant intervient avec la publication, en 1986, d’un article dans le quotidien libéral-conservateur Frankfurter Allgemeine Zeitung intitulé « Le passé qui ne veut pas passer ». Ce texte déclenche la « querelle des historiens » qui voit, entre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-nolte/#i_97628

OZOUF MONA (1931- )

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN
  •  • 913 mots

Philosophe étudiant l'histoire, chercheur pensant l'éducation, essayiste réfléchissant sur le roman – on pourrait ajouter Française née en Bretagne –, Mona Ozouf a suivi un itinéraire dont les tensions apparentes prennent sens dans une grande quête de l'unité. Présenté, avec une précision distanciée, dans son ouvrage Composition française , ce parc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mona-ozouf/#i_97628

RÉVOLUTION FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Jean-Clément MARTIN, 
  • Marc THIVOLET
  •  • 29 477 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une école et ses opposants »  : […] Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, qui a vu l'État français brûler les livres de Georges Lefebvre et fêter les victimes de la Vendée, tandis que la Résistance se rattachait volontiers au nationalisme révolutionnaire, l'histoire de la Révolution française consacre les grandes figures de l'érudition militante de gauche que sont Ernest Labrouss […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/revolution-francaise/#i_97628

Pour citer l’article

Jean-Clément MARTIN, « FURET FRANÇOIS - (1927-1997) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-furet/