MALHERBE FRANÇOIS DE (1555-1628)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « poète du Louvre »

La vie de Malherbe explique la différence que l'on décèle entre les quelques poésies qu'il compose avant 1605 et tout ce qui est postérieur à cette date. En fait, l'œuvre véritable de Malherbe, celle qui le caractérise et a marqué l'histoire de notre poésie, ce sont les pièces de vers qu'il a composées comme poète de cour, ou, comme on disait plus précisément, comme « poète du Louvre ».

Ce sont, d'abord et avant tout, des odes à sujet politique. Quand le roi part à la tête d'une armée pour rétablir l'ordre en Limousin ou à Sedan, quand Marie de Médicis s'efforce de calmer l'agitation des princes en 1614 ou bien s'en va marier son fils à la fille du roi d'Espagne, quand Richelieu se dispose à écraser les protestants à La Rochelle, Malherbe écrit des odes qui développent la justification de la politique royale et en annoncent d'avance la victoire. Parfois, moins glorieusement, sa tâche consiste à servir, dans quelque sonnet, les amours du roi ou bien ceux de quelque grand seigneur de la cour. Ou bien, quand la régente prépare une de ces fêtes somptueuses qui sont alors en pleine vogue, Malherbe compose une entrée de ballet qui lui permet d'ailleurs de glisser de nouveaux éloges pour la monarchie française.

À cette poésie politique, il convient d'associer étroitement la poésie religieuse. Dans la France de Henri IV et de Marie de Médicis, la religion est liée à l'ordre monarchique. Ce n'est pas tellement le sentiment religieux qui importe, mais l'affirmation d'un ordre.

Ces conditions historiques et concrètes, dans lesquelles s'est créée l'œuvre de Malherbe, en expliquent les caractères. Elles font apparaître l'injustice des reproches qui lui ont été souvent adressés.

On est frappé par l'outrance des éloges que Malherbe fait des grands de ce monde. Leur fausseté gêne le lecteur moderne. On sait trop bien qu'ils n'étaient ni des dieux, ni même des demi-dieux. La monarchie française n'était pa [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire à la faculté des sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  MALHERBE FRANÇOIS DE (1555-1628)  » est également traité dans :

ŒUVRES POÉTIQUES, François de Malherbe - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 570 mots

François de Malherbe (1555-1628), poète officiel de Henri IV et de Louis XIII, fit paraître, de son vivant, différentes pièces poétiques dans des éditions collectives, des livrets de ballets, des livres d'airs de cour, ou sous forme de feuilles volantes, de manuscrits recopiés, de plaquettes. Il n'était pas encore nécessaire, pour un poète de co […] Lire la suite

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la fixation à l'éthique »  : […] On ne songe certes plus assez à louer la Renaissance de tout ce qu'elle a dépensé d'efforts pour faire du français la plus riche et la plus féconde des langues. En revanche peut-être s'est-on trop extasié sur les exercices d'ascèse fustigeante où se complut Malherbe. Le fait en tout cas est là, indiscutable : ce diable d'homme sut imposer ses oracles et faire respecter ses sentences d'une manière […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 11 625 mots

Dans le chapitre « La poésie »  : […] En poésie, par exemple, parmi les quelque quatre cents poètes qui publient entre 1600 et 1630, la modernité du lyrisme véhément de Théophile de Viau , naturaliste, imaginatif et rebelle, diffère en tout de celle de Malherbe , raisonnée et architecturée, coulée dans le moule des formes prosodiques héritées de l’antique, pourtant en rupture revendiquée avec la « passion mythologique » qui caractéris […] Lire la suite

MAYNARD FRANÇOIS (1582-1646)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 339 mots

Son principal biographe n'a pas réussi à imposer l'orthographe Mainard. Fils d'un conseiller au parlement de Toulouse, il est reçu avocat, puis, attiré par les lettres, vient à Paris comme secrétaire de la reine Margot à l'hôtel de Sens, rendez-vous de poètes (1605 ?). C'est alors qu'il aurait écrit le Philandre , poème pastoral d'authenticité contestée ; il rime aussi avec soin des pièces obscène […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Antoine ADAM, « MALHERBE FRANÇOIS DE - (1555-1628) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-malherbe/