MALHERBE FRANÇOIS DE (1555-1628)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Équilibre et clarté

Cette même volonté d'ordre, ce besoin de structures fortement marquées expliquent qu'il existe une doctrine de Malherbe.

Elle s'est constituée de bonne heure puisqu'en 1606, déjà, il écrivit un commentaire des œuvres de Desportes qui était l'application de ses principes. Il s'y tint jusqu'à la fin de sa vie. Il les enseignait à des jeunes gens qui l'avaient pris pour maître. Après 1615, il fit davantage. Il reçut régulièrement chez lui, non seulement des poètes, mais des gens de lettres occupés surtout de prose. À partir de ce moment, il ne fut plus seulement un maître de poésie, mais un maître de la langue.

Replacée dans l'histoire, sa doctrine revêt une signification précise. À cette époque où, en Italie, les moderni s'opposent aux antiquari, Malherbe est un moderne. Il a rompu avec la poésie des humanistes, et Ronsard n'est plus pour lui qu'un auteur dépassé. Chez les Anciens, il n'apprécie ni Homère ni Virgile, mais les auteurs en qui les modernes retrouvent avec raison leur propre goût, Sénèque le Tragique, Ovide, Martial, et par-dessus tout Stace.

C'est dire que Malherbe n'est pas pleinement un classique. On serait en droit plutôt de l'appeler baroque puisqu'il partage avec les baroques le goût de l'outrance, la recherche des extrêmes ingéniosités. Pourtant, on aurait tort de le rattacher aux baroques pour les vers qu'il compose après 1605, puisqu'en principe il ne se laissait pas entraîner aux excès, d'ailleurs savoureux, de Laugier de Porchères par exemple.

Ce n'est donc pas par le sens de la mesure ni par la discrétion des moyens qu'il s'est imposé. C'est par un sentiment admirable de l'équilibre des formes et une exigence de netteté poussés à l'extrême. Il construit ses phrases et ses strophes avec une rigueur inconnue avant lui. La combinaison des mètres et des rimes n'est pas pour lui un problème accessoire de l'art poétique, elle n'est pas davantage un jeu gratuit. Elle lui fournit le moyen d'affirmer sa pensée avec plus de force.

C'est pour la même raison qu'il attache tant d'importance à la langu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur honoraire à la faculté des sciences humaines de Paris

Classification


Autres références

«  MALHERBE FRANÇOIS DE (1555-1628)  » est également traité dans :

ŒUVRES POÉTIQUES, François de Malherbe - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 570 mots

François de Malherbe (1555-1628), poète officiel de Henri IV et de Louis XIII, fit paraître, de son vivant, différentes pièces poétiques dans des éditions collectives, des livrets de ballets, des livres d'airs de cour, ou sous forme de feuilles volantes, de manuscrits recopiés, de plaquettes. Il n'était pas encore nécessaire, pour un poète de co […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oeuvres-poetiques-francois-de-malherbe/#i_5608

FRANCE (Arts et culture) - La langue française

  • Écrit par 
  • Gérald ANTOINE, 
  • Jean-Claude CHEVALIER, 
  • Loïc DEPECKER, 
  • Françoise HELGORSKY
  •  • 15 783 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De la fixation à l'éthique »  : […] On ne songe certes plus assez à louer la Renaissance de tout ce qu'elle a dépensé d'efforts pour faire du français la plus riche et la plus féconde des langues. En revanche peut-être s'est-on trop extasié sur les exercices d'ascèse fustigeante où se complut Malherbe. Le fait en tout cas est là, indiscutable : ce diable d'homme sut imposer ses oracles et faire respecter ses sentences d'une manière […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-arts-et-culture-la-langue-francaise/#i_5608

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XVIIe s.

  • Écrit par 
  • Patrick DANDREY
  •  • 7 323 mots

Dans le chapitre « La poésie »  : […] En poésie, par exemple, parmi les quelque quatre cents poètes qui publient entre 1600 et 1630, la modernité du lyrisme véhément de Théophile de Viau , naturaliste, imaginatif et rebelle, diffère en tout de celle de Malherbe , raisonnée et architecturée, coulée dans le moule des formes prosodiques héritées de l’antique, pourtant en rupture revendiquée avec la « passion mythologique » qui caractéris […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-francaise-xviie-s/#i_5608

MAYNARD FRANÇOIS (1582-1646)

  • Écrit par 
  • Jean MARMIER
  •  • 339 mots

Son principal biographe n'a pas réussi à imposer l'orthographe Mainard. Fils d'un conseiller au parlement de Toulouse, il est reçu avocat, puis, attiré par les lettres, vient à Paris comme secrétaire de la reine Margot à l'hôtel de Sens, rendez-vous de poètes (1605 ?). C'est alors qu'il aurait écrit le Philandre , poème pastoral d'authenticité contestée ; il rime aussi avec soin des pièces obscène […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-maynard/#i_5608

Voir aussi

Pour citer l’article

Antoine ADAM, « MALHERBE FRANÇOIS DE - (1555-1628) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/francois-de-malherbe/