FRANCISCAINS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Moyen Âge franciscain

Le problème interne à l'organisation de l'ordre, et qui s'impose tout de suite, consiste en la difficulté pour ses membres d'être volontairement pauvres. Les frères veulent le demeurer, mais tout se ligue pour les en empêcher, et d'abord la nécessité d'asseoir leur propre expansion. Autre est la condition économique de la demi-douzaine de premiers compagnons, autre celle d'un grand ordre, adoptant des structures cléricales puis une institution quasi monastique, et sans cesse sollicité de créer des fondations nouvelles, de l'Angleterre à la Syrie et de la Pologne au Portugal. François est mort en 1226, marqué miraculeusement en son corps par des plaies semblables à celles du Christ crucifié. Dès 1230 apparaît, avec la bulle Quo elongati, le premier essai de solution du problème de la pauvreté, solution qui est aussi la première brèche ouverte dans une conception absolue de cet idéal ; la bulle prend en considération l'enchaînement des fictions juridiques sur le propriétaire réel des biens meubles et immeubles dont les frères sont usagers. On aboutit ainsi, sous le pontificat de Jean XXII, en 1322, avec la bulle Ad conditorem, à l'institution d'un système de personnes interposées entre les frères et les propriétaires, qui réduit à rien l'idéal initial. Les frères restent à l'écart de bien des préoccupations financières ou économiques, tout en étant à l'extérieur parfaitement « à l'aise », en vivant de mendicité presque exclusive et en organisant des secours pour subvenir à la misère des plus pauvres (monts-de-piété).

Aux xiiie et xive siècles, d'autres problèmes internes se posent au monde franciscain, car la sauvegarde de l'idéal du fondateur ne concerne pas seulement la pauvreté évangélique. Le généralat de saint Bonaventure, maître à l'Université de Paris, a joué un rôle décisif dans l'évolution de l'ordre, qui s'amorce vers 1220 avec l'entrée en masse de clercs dans la fraternité. N'ayant pas connu François ni été formé par lui, Bonaventure laisse de côté une partie de l'idéal non conformiste de l'i [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FRANCISCAINS  » est également traité dans :

ALEXANDRE DE HALÈS (1185 env.-1245)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 943 mots

Originaire de Hayles (Halès en français), dans le comté de Gloucester, Alexandre de Halès, premier franciscain à enseigner à l'Université de Paris, y fut d'abord un des principaux maîtres séculiers. Il était bachelier sententiaire entre 1120 et 1126. Outre ses Questiones disputate antequam esset frater , on connaît sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-de-hales/#i_12505

ANGELES JUAN DE LOS (1536-1609)

  • Écrit par 
  • Bernard SESÉ
  •  • 390 mots

Franciscain espagnol, Juan de los Angeles occupa de hautes charges dans son ordre : provincial, prédicateur de l'impératrice Marie, confesseur du monastère des Descalzas Reales à Madrid. Imbu de culture classique il n'en est pas moins profondément inscrit dans la tradition mystique franciscaine (celle de saint Denis, de saint Bonaventure et de Hugo de Saint-Victor) qu'il relie à l'école rhénane (T […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-de-los-angeles/#i_12505

ANTOINE DE PADOUE saint (1195 env.-1231)

  • Écrit par 
  • Gilbert GIANNONI
  •  • 1 094 mots

Qu'importe qu'Antoine (Fernando) soit né en 1195 ou en 1191 puisqu'on est démuni pour en trancher, ou qu'il soit de lignée noble et puissante comme il est de tradition hagiographique ? Compter Godefroy de Bouillon dans sa parenté n'ajouterait rien à celui qui fut plus vraisemblablement simple fils de Lisbonne. Le paradoxe est qu'un des saints les plus figurés, les plus invoqués — le saint des obje […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-de-padoue/#i_12505

APOSTOLIQUES SECTE DES (XIIIe s.)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 112 mots

Épiphane signale sous le nom d'apostoliques ou apotactiques une secte manichéenne du iv e et du v e  siècle qui professe le refus du mariage, la continence et le détachement des biens matériels. Le terme « apostolique » reparaîtra au xii e siècl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/apostoliques-secte-des/#i_12505

L'ART RELIGIEUX DE LA FIN DU MOYEN ÂGE EN FRANCE. ÉTUDE SUR L'ICONOGRAPHIE DU MOYEN ÂGE ET SUR SES SOURCES D'INSPIRATION (É. Mâle) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Daniel RUSSO
  •  • 1 046 mots

Dans le chapitre « Sous le signe de saint François »  : […] Émile Mâle poursuit dans ce domaine une réflexion qu'il avait amorcée dans sa thèse sur l'art du xiii e  siècle, puis continuée dans différentes contributions données, dans les années qui suivirent, à des revues ou à des ouvrages collectifs, tel son article sur la « peinture monumentale » en France, au Moyen Âge, paru en 1905 dans la grande […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-art-religieux-de-la-fin-du-moyen-age-en-france-etude-sur-l-iconographie-du-moyen-age-et-sur-ses-sources-d-inspiration/#i_12505

BÉGUINES & BÉGARDS

  • Écrit par 
  • Marie-Madeleine DAVY, 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 2 434 mots

Dans le chapitre « Origine et développement »  : […] L'afflux de mendiants dans les villes, qui draine de la campagne un surplus de main-d'œuvre, a justifié la nécessité d'institutions charitables dont les membres, se consacrant au travail manuel et aux œuvres de piété, offrent de surcroît l'exemple d'une pauvreté volontairement assumée au nom du Christ. D'abord composées de femmes, veuves et déshéritées, auxquelles se mêlent souvent quelques lettré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beguines-et-begards/#i_12505

BERNARD DÉLICIEUX (mort en 1320)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 619 mots

Né à Montpellier, entré chez les Frères mineurs en 1284, Bernard Délicieux était lecteur, c'est-à-dire professeur, au couvent de Carcassonne, dans lequel en 1296 plusieurs citoyens de la ville poursuivis par les inquisiteurs vinrent chercher refuge. Bernard et les autres religieux défendirent les accusés avec tant d'énergie que les poursuivants n'osèrent passer outre. L'année suivante, l'inquisite […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernard-delicieux/#i_12505

BERNARDIN DE SIENNE saint (1380-1444)

  • Écrit par 
  • Paul RENUCCI
  •  • 903 mots

Noble siennois de la lignée des Albizzeschi, Bernardin fut en Italie le prédicateur de son siècle. Entré chez les Franciscains en 1402 à l'issue d'une maladie où il fut visité par un songe, il déploya de 1405 jusqu'à sa mort une activité aussi intense que variée au service de son ordre et d'un idéal religieux dont la coloration lui valut quelques difficultés à la cour de Rome. Il se consacra parti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernardin-de-sienne/#i_12505

BONAVENTURE saint (1217-1274)

  • Écrit par 
  • Edith WEBER
  •  • 1 294 mots

Jean Fidanza, dit Bonaventure, né à Bagnoregio (près d'Orvieto) en 1217, étudie à la faculté des arts de Paris de 1236 à 1242. En 1243, il entre dans l'ordre des Franciscains à Paris et poursuit ses études de théologie jusqu'en 1248, sous la direction d'Alexandre de Halès. Bachelier biblique de 1248 à 1250, il commente à Paris l'Évangile selon Luc (commentaire sans doute remanié plus tard) et comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonaventure/#i_12505

BONETA NAPROUS (morte en 1325)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 222 mots

Mystique millénariste, proche de l'aile dite « spirituelle » du mouvement franciscain, Naprous Boneta s'apparente par l'esprit aux visionnaires cisterciennes que l'orthodoxie du xiii e siècle avait su se concilier. Mais l'exaltation de sa pensée, prônant la pauvreté volontaire selon le message de François d'Assise, coïncide avec l'hostilité crois […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/naprous-boneta/#i_12505

BONIFACE VIII (1235-1303)

  • Écrit par 
  • Marie-Dominique CHENU
  •  • 1 629 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le pontife »  : […] La tumultueuse politique de Boniface ne doit pas faire oublier son gouvernement général de l'Église. Le retour à l'Évangile, opéré par les ordres mendiants depuis un siècle, avait discrédité la chrétienté féodale, mais n'avait point dégagé l'Église de ses pouvoirs constantiniens ; et d'Innocent III, l'ami de François d'Assise et de Dominique le Prêcheur, les successeurs avaient plus conservé le pr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/boniface-viii/#i_12505

BOSNIE-HERZÉGOVINE

  • Écrit par 
  • Emmanuelle CHAVENEAU, 
  • Renaud DORLHIAC, 
  • Nikola KOVAC, 
  • Noel R. MALCOLM
  • , Universalis
  •  • 13 482 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Antiquité et Moyen Âge »  : […] Quand les Romains conquirent le territoire de l'actuelle Bosnie, au cours des ii e et i er  siècles avant notre ère, les populations qu'ils rencontrèrent appartenaient surtout à des tribus illyriennes. La majeure partie de la Bosnie moderne fut alors incorporée à la province romaine de Dalmatie. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bosnie-herzegovine/#i_12505

CAPUCINS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 293 mots

Ordre religieux dont le groupe constitue l’une des trois branches actuelles de la famille franciscaine, les deux autres étant celle des franciscains et celle des conventuels. Cette congrégation a été fondée en 1525 à Ancône par un jeune « observant », Matthieu de Bascio. Prétendant restaurer la vie franciscaine primitive jusque dans la manière de se vêtir, les premiers « frères mineurs de la vie é […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capucins/#i_12505

COLETTE DE CORBIE sainte (1381-1447)

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 245 mots

Déjà âgés, Robert Boylet et Marguerite Moyon eurent une fille qu'en l'honneur de saint Nicolas ils appelèrent Nicolette, mais qui fut connue sous le diminutif de Colette. À sa mort en 1399, son père, charpentier de l'abbaye de Corbie, confia sa fille à l'abbé. Ce dernier voulut la marier, elle refusa. Après plusieurs essais de vie religieuse, elle devint recluse à Corbie en 1402. Quatre ans plus t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/colette-de-corbie/#i_12505

CONVENTUELS

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 285 mots

Dans l'histoire des Frères mineurs, les Conventuels constituent une branche qui, au xiii e siècle même, s'opposa aux Spirituels et qui, plus tard, face aux Observants, se vit reconnaître un statut autonome au sein de la famille franciscaine. Prédicateurs itinérants, en majorité laïcs, les premiers disciples de saint François, attachés à la règle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conventuels/#i_12505

CORDELIERS

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 59 mots

Désignation populaire des Frères mineurs, ou Franciscains, en France, par allusion à la cordelle de leur costume. L'usage de ce surnom est attesté dès le xiii e siècle. Lors de la Révolution française, un club politique s'installa dans le couvent des Cordeliers de Paris (rue de l'École-de-Médecine) et en prit le nom. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cordeliers/#i_12505

DUNS SCOT JEAN (1266 env.-1308)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC
  • , Universalis
  •  • 6 225 mots

Le franciscain Duns Scot – le Docteur subtil – attire par une certaine modernité de pensée plus encore qu'il ne rebute par les difficultés ou les finesses de son système. Une des clefs du scotisme est sa réaction contre le primat de l'intellect, lié à une certaine lecture d'Aristote. Plus proche d'Avicenne (980-1037) que d'Averroès (1126-1198), Duns Scot développe une métaphysique des essences. Sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-duns-scot/#i_12505

FRATICELLES

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 1 100 mots

L'appellation de fraticelles, de l'italien fraticelli , désigne les dissidents les plus radicaux de la faction dite « spirituelle » qui, dans l'ordre franciscain, oppose à l'aile conventuelle ou orthodoxe la volonté de pratiquer la pauvreté volontaire selon la règle intangible de saint François. Bien que, dans sa condamnation, Jean XXII applique le terme à l'ensemble des spir […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fraticelles/#i_12505

INQUISITION

  • Écrit par 
  • Marcelin DEFOURNEAUX, 
  • Yves DOSSAT
  •  • 5 832 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le XIIIe siècle et l'apogée de l'institution »  : […] Des tribunaux ont fonctionné régulièrement dans le midi de la France. À Avignon et à l'est du Rhône où il avait à faire surtout à des vaudois, l'inquisiteur Guillaume de Valence eut, en 1246, des difficultés avec les Avignonnais qui en vinrent même à libérer des prisonniers. À Montpellier, le dominicain Pierre de Marseillan poursuivit les cathares et les vaudois jusqu'à la suppression du tribunal, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/inquisition/#i_12505

JEAN XXII, JACQUES DUÈSE ou D'EUZE (1245-1334) pape (1316-1334)

  • Écrit par 
  • Decima L. DOUIE, 
  • Universalis
  •  • 961 mots

Né en 1245 dans une famille bourgeoise aisée de Cahors, Jacques Duèse, ou D'euze, étudie le droit canonique et le droit romain à Paris et Orléans. Chancelier de Charles II d'Anjou en 1309, il est créé cardinal en 1312. Élu pape à Lyon le 7 août 1316 pour succéder à Clément V sous le nom de Jean XXII, il va faire d'Avignon la résidence permanente du Saint-Siège. Les premières années de son pontif […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-jean-xxii/#i_12505

MICHEL DE CÉZÈNE (mort en 1342)

  • Écrit par 
  • Edina BOZOKY
  •  • 260 mots

Ministre général de l'ordre des Franciscains, appartenant à la tendance des spirituels. Né à Cesena, Michel fait ses études à Paris (1315-1316), où il devient maître en théologie ; il est élu ministre général des Frères mineurs au chapitre général de Naples, en 1316. Il essaie d'abord de réconcilier les deux camps adverses (les spirituels et les Frères de la communauté) qui, à l'intérieur de l'ord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/michel-de-cezene/#i_12505

MONASTIQUE ARCHITECTURE

  • Écrit par 
  • Carol HEITZ
  •  • 8 280 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Franciscains et Dominicains »  : […] Il faut évoquer les ordres mendiants dont on connaît l'essor en Italie au début du xiii e  siècle. À leurs débuts, Franciscains et Dominicains négligèrent délibérément toute réalisation spectaculaire, et la première moitié du xiii e  siècle ne comporte pas à proprement parler d'architecture franci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-monastique/#i_12505

OCKHAM GUILLAUME D' (1290 env.-env. 1349)

  • Écrit par 
  • Maurice de GANDILLAC, 
  • Jeannine QUILLET
  •  • 6 684 mots

À l'époque où naît Ockham, saint Bonaventure et saint Thomas sont morts depuis plus de quinze ans et leur aîné Albert le Grand leur a survécu d'assez peu. Ni Raymond Lulle ni Roger Bacon, l'un largement quinquagénaire, l'autre probablement septuagénaire, n'ont cessé leurs combats, souvent prophétiques mais, dans la perspective de leur temps, plus ou moins marginaux. Si les condamnations de 1277, o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-d-ockham/#i_12505

OLIVI ou OLIEU PIERRE JEAN (1248 env.-env. 1298)

  • Écrit par 
  • Edina BOZOKY
  •  • 318 mots

Frère mineur, de la tendance des « spirituels », né à Sérignan, en Languedoc, mort à Narbonne. Après des études à Paris, Pierre Jean Olivi (ou Olieu) commence à enseigner en 1270 et fait ses débuts dans la littérature théologique par des commentaires sur les quatre livres des Sentences de Pierre Lombard. Il y exprime ses aspirations joachimistes et s'y déclare partisan du re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/olivi-olieu/#i_12505

PIERRE AURIOL (1280-1322)

  • Écrit par 
  • Francis RUELLO
  •  • 671 mots

Théologien franciscain, né près de Gourdon, dans le Quercy. En 1304, Pierre Auriol étudie à l'université de Paris, où il suit peut-être l'enseignement de Jean Duns Scot. En 1312, il enseigne au studium generale des Frères mineurs de Bologne et, en 1314, à celui de Toulouse. Il est licencié en théologie en 1318. De 1318 à 1320, date de son élection à la charge de provincial d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-auriol/#i_12505

RICHARD DE MEDIAVILLA ou DE MIDDLETON (1249 env.-entre 1300 et 1308)

  • Écrit par 
  • Édouard-Henri WÉBER
  •  • 308 mots

Maître franciscain qui enseignait à Paris durant le dernier quart du xiii e  siècle. Les historiens n'ont pas encore réussi à établir si son origine était française (Menneville, ou Moyenneville) ou anglaise (on connaît un nom de famille Menneville, Middletown). On incline pour l'origine française, car un document relate l'élection de Richard à Met […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/richard-de-mediavilla-de-middleton/#i_12505

ROGER BACON (1212/1220-1292)

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 1 837 mots

Dans le chapitre « Un souci de réorganiser le savoir »  : […] Né dans le Dorsetshire entre 1212 et 1220, Roger Bacon étudie les arts à Oxford puis à Paris, où il conquiert la maîtrise et où il est l'un des premiers à commenter la Physique et la Métaphysique d'Aristote. De retour à Oxford en 1247, il se consacre aux « études expérimentales » sous l'influence de Robert de Lincoln (Grosseteste) puis entre dans l'ordre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roger-bacon/#i_12505

ROQUETAILLADE JEAN DE (XIVe s.)

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 402 mots

L'aile franciscaine des spirituels, attachés au respect strict de la pauvreté volontaire, a fourni à l'alchimie plusieurs adeptes. Connu sous les noms, français, de Roquetaillade, catalan, de Rochatallada et, latin, de Rupescissa, l'auteur du traité De la quintessence est né en Catalogne et a fait ses études à Toulouse, où il s'initia aux travaux d'Arnaud de Villeneuve. Préd […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roquetaillade-jean-de/#i_12505

SABATIER PAUL (1858-1928)

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 393 mots

Historien protestant français, élève d'Auguste Sabatier à Paris et Cévenol comme ce dernier, mais sans parenté avec lui. Pasteur à la paroisse française de Strasbourg, puis dans le Vivarais, Paul Sabatier est contraint par sa santé d'abandonner le ministère. Sur le conseil de Renan, il devient l'historien de saint François d'Assise, dont il publie une Vie (bientôt mise à l'I […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sabatier-paul-1858-1928/#i_12505

SAHAGÚN BERNARDINO DE (1500?-1590)

  • Écrit par 
  • Jacques LAFAYE
  •  • 843 mots

Ce religieux franciscain, d'origine galicienne ou portugaise (il s'appelait Ribeira), avait pris en religion, selon l'usage de son ordre, le nom de sa ville natale en Castille. Il est donc connu comme Fray Bernardino de Sahagún. Étudiant à l'université de Salamanque, il entra en religion au couvent des Franciscains réformés et partit comme missionnaire au Mexique en 1529. Cette circonstance devait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bernardino-de-sahagun/#i_12505

SAVONAROLE JÉRÔME (1452-1498)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 2 079 mots

Dans le chapitre « La crise »  : […] Le fond même de la pensée du nouveau maître de Florence n'a rien de scandaleux. Mais ses outrances de langage écartent de lui les plus sages, cependant que ses propos et ses actes constituent un danger pour les puissances en place. La société n'est guère portée à suivre les voies du puritanisme mystique au-delà de cette période de tension que soutient la prédication de Savonarole. Quant à la commu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jerome-savonarole/#i_12505

SIXTE IV, FRANCESCO DELLA ROVERE (1414-1484) pape (1471-1484)

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 206 mots

De famille pauvre, Francesco della Rovere, futur Sixte IV, dut sa réussite à la carrière qu'il fit d'abord dans l'ordre des Frères mineurs, dont il devint ministre général en 1464. Cardinal en 1467, il fut élu pape en 1471. Il se distingua moins par la croisade qu'il entreprit, avec peu de succès, contre les Turcs que par la persévérance de sa politique en faveur de sa famille religieuse (il accru […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/francesco-sixte-iv/#i_12505

TIERS ORDRES

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 956 mots

Forme d'agrégation de personnes du monde à un grand ordre religieux. Il faut en chercher l'origine, antérieurement à l'apparition des ordres mendiants, dans le genre de vie des « pénitents », hommes ou femmes, célibataires ou mariés, qui, par le port d'un habit spécial, une pratique régulière de la prière, une plus stricte observance en matière d'abstinence et de jeûnes, le renoncement aux fêtes m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tiers-ordres/#i_12505

VITAL DU FOUR (1260 env.-1327)

  • Écrit par 
  • Denis COUTAGNE
  •  • 499 mots

Né à Bazas dans la province d'Auch en Gascogne, Jean du Four prit, en entrant dans l'ordre des Frères mineurs, le nom de Vital. Envoyé en 1285 au studium generale de Paris, il commenta les Sentences . Après un temps de régence à l'université, autour de 1292-1294, il gagna Montpellier, où il fut lecteur et où il s'initia à la médecine. Il vint ensuite en […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vital-du-four/#i_12505

Pour citer l’article

Willibrord-Christiaan VAN DIJK, « FRANCISCAINS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/franciscains/