BRADLEY FRANCIS HERBERT (1846-1924)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'irrécusable relation

Les distinctions que nous opérons ont leur origine hors de notre pensée et tout ce que celle-ci fait, c'est de manifester quelque chose qui est une différence antérieure à elle. Sans doute ne sommes-nous pas capables d'expliquer tout le développement de notre pensée, car il faudrait expliquer comment il se fait que quelque chose de non relationnel prenne un aspect relationnel. Cela, nous ne le pouvons pas, et tel est le moment gnostique de la pensée de Bradley ; il nous met en présence de ce mystère qu'est la naissance de la dualité à partir de l'unité.

Parfois, en effet, nous sommes tout près d'une contemplation mystique. Il n'y a pas, dit-il alors, d'aspect du monde qui ne soit inclus dans l'infini. Il n'y a nulle part un fait si fragmentaire et si pauvre qu'il n'ait pas d'importance pour ce que Bradley appelle l'univers. Il y a de la vérité dans toute idée, si fausse qu'elle soit, il y a de la réalité dans toute existence, si légère qu'elle apparaisse. Partout, nous sommes donc en contact avec ce qu'il appelle la vie indivise de l'Absolu. Cette vie indivise se fait avec les phénomènes transmués ; mais tous les phénomènes ne sont pas transmués d'égale façon ; car les uns sont plus hauts que les autres. C'est là un point que Bradley ne met pas toujours dans une égale lumière, mais qu'il a cependant énoncé dans sa théorie des degrés de réalité. Le laid, le mal, l'erreur sont des aspects subordonnés, mais c'est par là même dire que ce sont des aspects réels. Naturellement, la beauté, le bien, la vérité sont plus proches de l'Absolu ; mais, par rapport à l'Absolu, ils ne sont que des approximations, approximations qui nous satisfont plus que le mal et l'erreur, mais qui ne sont cependant que des approches. Le dernier chapitre de la première partie de ce livre nous rappelle étrangement la fin de la première partie du Parménide de Platon et même certaines critiques adressées par Aristote à Platon, ainsi que certaines objections de Hegel à Kant : « La séparation de l'univers est indéfendable et ne fait que doubler nos difficultés. »

Ainsi, pour un moment, nous restons tête à tête avec les phénomènes. Puisque ce qui apparaît apparaît, cela est. Cela a beau être inconsistant, cela a beau n'être pas vrai au sujet du réel, nous ne pouvons pas lui refuser l'existence ou même le séparer de la réalité, car « cela a un caractère positif qui est indubitable ; et nous aurons beau déclarer que cela est une apparence, cela n'a aucun lieu dans lequel vivre sinon la réalité ». La réalité sans l'apparence ne serait rien, mais en quel sens l'apparence appartient-elle à la réalité ? C'est à le préciser qu'est consacrée la deuxième partie.

Réconcilier l'Un et ce qui n'est pas l'Un

La réalité doit être une, ce qui ne signifie pas qu'elle exclut la diversité, mais bien au contraire qu'elle l'inclut. Elle a une surabondance dans laquelle toutes les incohérences partielles sont résolues et restent cependant comme une harmonie plus haute. Tel est donc le premier point qui porte sur l'unité du réel.

Nous pouvons ajouter que ce réel, cet Absolu, est expérience ; quand nous parlons de quelque chose, nous l'attribuons à l'expérience ; il ne s'agit pas d'une expérience particulière, mais d'un tout immédiat, immédiat comme le sentiment, mais à un niveau supérieur ; car, si le sentiment est au-dessous de la distinction et de la relation, l'Absolu maintient en lui et transcende toutes les distinctions, toutes les relations.

En troisième lieu, nous pouvons conclure que, l'Absolu n'admettant aucune division entre l'idée et l'existence, il y a en lui un surplus du plaisir sur la douleur. De là, nous passons à l'idée qu'il est perfection.

C'est en suivant ces lignes que Bradley pense pouvoir établir un système de notre univers. On voit en quel sens il continue la pensée de Hegel, mais en la faisant retourner vers celle de Parménide. L'histoire, la temporalité ont cessé d'avoir chez Bradley la fonction qu'elles avaient chez Hegel. Nous nous trouvons en présence d'un dualisme : la dualité est constituée par les apparences et par l'Absolu ; l'Absolu n'est pourtant pas fait d'autre chose que des apparences. C'est donc une dualité qui se révélera comme n'en étant pas une, quand nous nous plaçons en philosop [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur honoraire à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris

Classification

Autres références

«  BRADLEY FRANCIS HERBERT (1846-1924)  » est également traité dans :

ROYCE JOSIAH (1855-1916)

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 592 mots

S'inscrivant, avec Francis Herbert Bradley et Bernard Bosanquet dans la ligne de l'« idéalisme » hégélien — étiquette que les intéressés récusent néanmoins —, Josiah Royce reprend, pour l'essentiel de son apport philosophique, le problème que posait le premier de ces trois penseurs anglo-saxons au sujet du rapport de l'individu avec l'absolu. Tandis que, pour Bradley, nous sommes en contact avec l […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean WAHL, « BRADLEY FRANCIS HERBERT - (1846-1924) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/francis-herbert-bradley/