FRANCEL'année politique 2015

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

François Hollande devant le Congrès, Versailles, novembre 2015

François Hollande devant le Congrès, Versailles, novembre 2015
Crédits : E. Feferberg/ Pool/ AFP

photographie

France : abstentionnisme au premier tour des élections cantonales (1982-2011) et départementales (2015)

France : abstentionnisme au premier tour des élections cantonales (1982-2011) et départementales (2015)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections cantonales (1988-2011) et départementales (2015)

France : élections cantonales (1988-2011) et départementales (2015)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections régionales de 2015

France : élections régionales de 2015
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Tous les médias


Une opposition désunie

Malgré les progrès électoraux de la droite aux élections départementales et, dans une moindre mesure, régionales, l’opposition a du mal à définir un projet susceptible de la rassembler. L’alliance du parti Les Républicains (ex-U.M.P.), de l’U.D.I et du MoDem aux élections départementales et régionales cache mal les désaccords qui la fissurent. Au mois de mai, le nouveau nom de l’U.M.P., rebaptisé « Les Républicains » par Nicolas Sarkozy, est approuvé par 83,28 p. 100 des militants. Ce succès est moins mitigé que la réélection de l’ancien président de la République à la tête du parti en 2014, mais il n’est pas unanime. Le faible taux de participation (45,74 p. 100) en témoigne. Les divisions de la droite continuent d’ailleurs à s’étaler sur la place publique. L’approche des primaires prévues pour 2016, en vue de la présidentielle de 2017, réveille les rivalités personnelles entre les principaux candidats : Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et François Fillon. Les désaccords de fond se cristallisent autour de cet antagonisme. L’ancien président de la République, en panne dans les sondages, durcit sa ligne. Il critique les accords de Schengen, parfois la construction européenne elle-même, défend le droit du sang, veut restreindre l’accueil des réfugiés et choisit de s’en prendre au gouvernement aussitôt après les attentats de novembre… La ligne d’Alain Juppé est plus centriste et modérée. Quant à François Fillon, il se fait le chantre du libéralisme économique, tout en affirmant haut et fort son soutien à la Russie de Poutine (engagée en Ukraine et en Syrie dans une stratégie peu compatible avec celle de la France). Nicolas Sarkozy, plus prudent sur la Syrie, n’en appelle pas moins à un réchauffement des relations de la France avec Moscou et se refuse à condamner l’annexion de la Crimée [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2015 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2015/