FRANCEL'année politique 2015

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une opposition désunie

Malgré les progrès électoraux de la droite aux élections départementales et, dans une moindre mesure, régionales, l’opposition a du mal à définir un projet susceptible de la rassembler. L’alliance du parti Les Républicains (ex-U.M.P.), de l’U.D.I et du MoDem aux élections départementales et régionales cache mal les désaccords qui la fissurent. Au mois de mai, le nouveau nom de l’U.M.P., rebaptisé « Les Républicains » par Nicolas Sarkozy, est approuvé par 83,28 p. 100 des militants. Ce succès est moins mitigé que la réélection de l’ancien président de la République à la tête du parti en 2014, mais il n’est pas unanime. Le faible taux de participation (45,74 p. 100) en témoigne. Les divisions de la droite continuent d’ailleurs à s’étaler sur la place publique. L’approche des primaires prévues pour 2016, en vue de la présidentielle de 2017, réveille les rivalités personnelles entre les principaux candidats : Nicolas Sarkozy, Alain Juppé et François Fillon. Les désaccords de fond se cristallisent autour de cet antagonisme. L’ancien président de la République, en panne dans les sondages, durcit sa ligne. Il critique les accords de Schengen, parfois la construction européenne elle-même, défend le droit du sang, veut restreindre l’accueil des réfugiés et choisit de s’en prendre au gouvernement aussitôt après les attentats de novembre… La ligne d’Alain Juppé est plus centriste et modérée. Quant à François Fillon, il se fait le chantre du libéralisme économique, tout en affirmant haut et fort son soutien à la Russie de Poutine (engagée en Ukraine et en Syrie dans une stratégie peu compatible avec celle de la France). Nicolas Sarkozy, plus prudent sur la Syrie, n’en appelle pas moins à un réchauffement des relations de la France avec Moscou et se refuse à condamner l’annexion de la Crimée par la Russie. Alain Juppé, de son côté, prend nettement ses distances vis-à-vis de la russophilie de ses concurrents.

Entre les deux tours des régionales de décembre, la question de l’attitude à adopter devant les succès du F.N. ravive les tensions à droite, qui aboutissent à l’éviction brutale de Nathalie Kosciusko-Morizet de la vice-présidence des Républicains. La volonté du président des Républicains d’affirmer son autorité sur le parti – ce dont témoigne cette éviction décidée par Nicolas Sarkozy lui-même –, n’empêche pas le nombre des adhérents de refluer tout au long de l’année 2015.

L’année du F.N., avant de se conclure par les meilleurs scores électoraux de son histoire, est en grande partie occupée par le conflit qui oppose la présidente du parti, Marine Le Pen, à son père. Pour avoir repris ses propos sur les chambres à gaz « un détail de la Seconde Guerre mondiale », Jean-Marie Le Pen est exclu du parti. La domination de Marine Le Pen sur le Front national semblerait désormais sans partage, sans la concurrence de plus en plus flagrante d’un autre membre de la famille, Marion Maréchal-Le Pen, adepte d’une ligne nettement moins « normalisée » que celle préconisée par sa tante. Les listes menées par les deux femmes aux régionales obtiennent d’ailleurs des scores similaires (plus de 40 p. 100).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Médias de l’article

François Hollande devant le Congrès, Versailles, novembre 2015

François Hollande devant le Congrès, Versailles, novembre 2015
Crédits : E. Feferberg/ Pool/ AFP

photographie

France : abstentionnisme au premier tour des élections cantonales (1982-2011) et départementales (2015)

France : abstentionnisme au premier tour des élections cantonales (1982-2011) et départementales (2015)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections cantonales (1988-2011) et départementales (2015)

France : élections cantonales (1988-2011) et départementales (2015)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections régionales de 2015

France : élections régionales de 2015
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

1er-29 avril 2014 France. Nomination du gouvernement de Manuel Valls

Ces dernières, hormis le minimum vieillesse et les minima sociaux, doivent être gelées jusqu'en octobre 2015. Ces mesures sont vivement contestées par nombre de parlementaires socialistes. Le 28, Manuel Valls annonce que les pensions de retraite inférieures à 1 200 euros mensuels ne seront pas concernées par la mesure de gel des prestations sociales, et que le gel du point d'indice des fonctionnaires fera l'objet d'un réexamen chaque année. […] Lire la suite

3-29 juin 2011 Grèce. Adoption d'un nouveau plan de rigueur

À la suite de la grève générale du 11 mai – la deuxième de l'année –, des milliers de personnes « indignées » se rassemblent quotidiennement depuis le 25 mai sur la place Syntagma, à Athènes, ainsi que dans d'autres villes du pays, pour exprimer leur hostilité à la classe politique. Le 15, tandis que les syndicats organisent une troisième journée de grève générale contre le plan d'austérité du gouvernement, le mouvement des « indignés » appelle à former une chaîne humaine autour du Parlement, à Athènes. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2015 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2015/