FRANCEL'année politique 2004

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le basculement à gauche d'une majorité de départements

Marquées par des taux d'abstention également plus faibles qu'en 1998 et un gain de participation de 2,6 points entre les deux tours, les élections cantonales, tenues aux mêmes dates que les régionales, accentuèrent la tendance qui, depuis 1998 avait vu la gauche conquérir de nouveaux exécutifs départementaux (gain de 11 départements par rapport à 2001 et perte d'un seul). Sur les mêmes cantons soumis à renouvellement, la droite recule de 3,4 points au premier tour par rapport à 1998 tandis que le P.S. obtient 26,2 p. 100 des suffrages exprimés, contre 23,6 p. 100 en 1998. Le P.C.F. passe de 10 à 7,6 p. 100 ; les Verts progressent légèrement de 3,4 à 4,1 p. 100. Quant au F.N., même s'il obtient 20,98 p. 100 des suffrages lorsqu'il se maintient au second tour, il ne totalise que deux sièges en raison du mode de scrutin. Ces tendances devaient se poursuivre puisque, lors d'élections cantonales partielles qui suivirent, sur neuf cantons de droite six passèrent à gauche.

France : élections cantonales (1988-2004)

Tableau : France : élections cantonales (1988-2004)

Évolution des forces politiques au premier tour des élections cantonales depuis 1988 en France métropolitaine (pourcentage des suffrages exprimés) 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Ces consultations eurent une conséquence directe sur les élections sénatoriales du 26 septembre. Sans remettre en cause la prédominance de la droite sur la Haute Assemblée qui, en application de la loi organique du 30 juillet 2003, s'augmente de dix nouveaux membres (il en compte désormais 331), le scrutin vit l'U.M.P. perdre huit sièges – et ainsi la majorité absolue – et le P.S. progresser de neuf, tandis que le PC en gagnait deux et les Verts trois. La nouvelle donne allait voir s'accroître le rôle pivot des trente-six membres de l'U.D.F. (qui n'appartiennent pas tous au groupe « Union centriste »). Ces élections sénatoriales virent également l'arrivée au palais du Luxembourg de l'ancien dirigeant du P.C.F., Robert Hue, ainsi que le retour de Charles Pasqua, défait aux européennes, et regagnant là son immunité parlementaire. Après un duel au sein de l'U.M.P. entre le président sortant, Christian Poncelet, et l'ancien ministre, Alain Lambert, le premier devait être finalement réélu à la présidence du Sénat. Quant au Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, il était réélu dans la Vienne.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

France : élections régionales de 2004

France : élections régionales de 2004
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

France : élections régionales (1986-2004)

France : élections régionales (1986-2004)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : composition des conseils régionaux (1992-2004)

France : composition des conseils régionaux (1992-2004)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections cantonales (1988-2004)

France : élections cantonales (1988-2004)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Voir aussi

Les derniers événements

9-23 septembre 2004 France. Le non de Laurent Fabius à la Constitution européenne

Le 9, Laurent Fabius, interrogé sur France 2 sur la ratification par référendum de la Constitution européenne, indique qu'il votera non si des « réorientations » ne sont pas envisagées dans les domaines de l'emploi, du budget et des délocalisations. Le numéro deux du Parti socialiste (P.S.) exige ainsi que le président Chirac obtienne la révision du pacte de stabilité, une augmentation des dotations budgétaires communautaires relatives à la recherche, à l'investissement et à la formation, une harmonisation fiscale en vue de lutter contre les délocalisations et une directive protégeant les services publics. […] Lire la suite

4-25 novembre 2003 Union européenne. Assouplissement du pacte de stabilité pour la France et l'Allemagne

Le déficit budgétaire de la France pour 2004 doit dépasser, pour la troisième année consécutive, la borne des 3 p. 100 du P.I.B. posée par le pacte de stabilité et de croissance de juin 1997. Le 20, la Commission exige des efforts similaires de la part de l'Allemagne. Le 25, sur l'initiative de Berlin et de Paris, le conseil des ministres de l'Économie et des Finances de l'Union européenne (conseil Ecofin) décide de suspendre l'application du pacte de stabilité pour la France et pour l'Allemagne. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2004 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2004/