FRANCEL'année politique 2004

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un gouvernement malmené

Les déboires électoraux de la droite – qui alimentèrent en retour de fortes critiques à l'encontre du Premier ministre, jusqu'au sein de son propre camp – trouvent leur cause dans l'insatisfaction ressentie envers le gouvernement dirigé par Jean-Pierre Raffarin. Si l'on excepte les gouvernements d'Édith Cresson et d'Alain Juppé, le taux de mécontentement à l'égard de Matignon atteignit des niveaux records dans l'opinion. Selon les baromètres publiés chaque mois par T.N.S. Sofres, alors que 40 p. 100 des Français ne faisaient pas confiance au Premier ministre en décembre 2002 (contre 53 p. 100 qui lui faisaient confiance), ils étaient 69 p. 100 en décembre 2003 (contre 29 p. 100), le taux culminant à 72 p. 100 en mai 2004 pour atteindre encore 70 p. 100 en décembre. Envers le président de la République, ce même taux dépasse également le plus souvent 60 p. 100 au cours de l'année 2004 (65 p. 100 en mai), démentant l'idée courante que, sous la Ve République, l'impopularité du chef de gouvernement polarise les griefs et préserve la popularité du « monarque républicain ». Cette défiance accompagne le pessimisme des Français qui ont majoritairement le sentiment que « les choses ont tendance à aller plus mal ».

Dans ce contexte, jusqu'au remaniement limité de fin novembre consécutif au départ de Nicolas Sarkozy du gouvernement, l'incertitude a été permanente en 2004 quant au départ ou au maintien de Jean-Pierre Raffarin à la tête du gouvernement, ces rumeurs affaiblissant la position du Premier ministre, en butte par ailleurs au manque de discipline de certains ministres et aux critiques, parfois ouvertes, de membres importants du parti majoritaire, notamment de Jean-Louis Debré, président de l'Assemblée nationale et réputé proche de Jacques Chirac. Une distance à son égard a pu apparaître également dans les propos du président lors de son entretien télévisé du 1er avril 2004 consécutif au premier remaniement décidé dans la foulée de l'échec de la droite aux r [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

France : élections régionales de 2004

France : élections régionales de 2004
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

France : élections régionales (1986-2004)

France : élections régionales (1986-2004)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : composition des conseils régionaux (1992-2004)

France : composition des conseils régionaux (1992-2004)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections cantonales (1988-2004)

France : élections cantonales (1988-2004)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau





Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Les derniers événements

4-25 novembre 2003 • Union européenne • Assouplissement du pacte de stabilité pour la France et l'Allemagne.

Le 4, les ministres des Finances de la zone euro accordent un sursis de trois semaines au gouvernement français pour présenter des propositions de réduction de son déficit budgétaire, avant d'engager une procédure de sanctions à l'encontre de Paris. Le déficit budgétaire de la France pour 2004 [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2004 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2004/