FRANCEL'année politique 2004

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une droite non stabilisée

Ces difficultés de l'action gouvernementale sont pour partie liées au malaise de la droite. Certes, celui-ci est inséparable d'un problème de personnes, mais il ne s'y réduit pas. C'est d'abord, le pari gagné par François Bayrou de maintenir une U.D.F. indépendante, qui n'enregistra guère de défections au sein de ses rangs après la création du grand parti d'Alain Juppé ; capable de tenir tête à une U.M.P. largement majoritaire sans être réellement hégémonique, elle s'est constituée en instance de surveillance critique du gouvernement. Ensuite, la faiblesse de l'U.M.P. en termes d'apport doctrinal pour le gouvernement donna l'impression d'un certain flottement quant à l'orientation de la droite. Parfois tentée par un libéralisme plus manifeste (en matière fiscale, de droit du travail, de protection sociale), la droite manifeste aussi son refus de réformes trop radicales et sait faire preuve d'une sensibilité plus sociale, encouragée par le président de la République. Au sein du gouvernement comme du groupe parlementaire U.M.P., des penchants divers, sinon incompatibles, cohabitent. Par ailleurs, les difficultés personnelles d'Alain Juppé, condamné en 2004 en première instance à dix ans d'inéligibilité et dix-huit mois de prison avec sursis – peine finalement réduite en appel, en fin d'année, à un an d'inéligibilité et quatorze mois avec sursis – dans l'affaire des « emplois fictifs » de la mairie de Paris, affaiblirent d'autant plus l'U.M.P. que son président avait clairement annoncé sa volonté, en tout état de cause, d'abandonner sa charge au Congrès du 28 novembre en même temps que ses mandats électifs.

Si elle n'est pas une surprise, l'élection de Nicolas Sarkozy à cette occasion laisse encore ouvertes les interrogations sur l'avenir de la droite. Si sa maîtrise de la communication l'a rendu populaire dans l'électorat de droite et chez un grand nombre de militants, le dirigeant ne fait pas pour autant l'unanimité dans sa famille politique en 2004. Les fi [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages



Médias de l’article

France : élections régionales de 2004

France : élections régionales de 2004
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

France : élections régionales (1986-2004)

France : élections régionales (1986-2004)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : composition des conseils régionaux (1992-2004)

France : composition des conseils régionaux (1992-2004)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

France : élections cantonales (1988-2004)

France : élections cantonales (1988-2004)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau





Écrit par :

  • : président du Centre d'étude et de réflexion pour l'action politique

Classification

Les derniers événements

4-25 novembre 2003 • Union européenne • Assouplissement du pacte de stabilité pour la France et l'Allemagne.

Le 4, les ministres des Finances de la zone euro accordent un sursis de trois semaines au gouvernement français pour présenter des propositions de réduction de son déficit budgétaire, avant d'engager une procédure de sanctions à l'encontre de Paris. Le déficit budgétaire de la France pour 2004 [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicolas TENZER, « FRANCE - L'année politique 2004 », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-l-annee-politique-2004/