BEYELER FONDATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Située à Riehen, commune limitrophe de Bâle, dans le parc du Berower, la Fondation Beyeler frappe par sa simplicité et son harmonie. Le long bâtiment rectangulaire aux façades de porphyre rouge de Patagonie conçu par l'architecte italien Renzo Piano s'inscrit tout naturellement dans le paysage campagnard avoisinant ; les grandes baies vitrées ménagent des échappées sur les plans d'eau ou les arbres du parc tandis que les perspectives intérieures permettent de féconds rapprochements entre les œuvres exposées, mises en valeur par les proportions des espaces, le naturel du sol en chêne clair et la lumière zénithale issue du vaste toit (4 000 m2) aux élégantes armatures d'acier peintes en blanc. Sur deux niveaux se développent 3 000 m2 de surface d'exposition dont un tiers est prévu pour des manifestations temporaires destinées à générer des échanges vivants avec le fonds permanent. Le bâtiment de 111 m × 35 m a été agrandi de plus de 10 mètres deux ans après son inauguration, augmentant ainsi de 300 m2 la surface d'exposition. En rez-de-jardin, 15 salles sur 18 présentent les quelque 160 œuvres de 33 artistes réunies dans la collection personnelle du marchand d'art bâlois, Ernst Beyeler (1921-2010), au terme de près de cinquante ans d'activité.

Présentée en 1989 au Centro de Arte Reina Sofia de Madrid, en 1993 à la Neue Nationalgalerie de Berlin et en 1996/1997 à l'Art Gallery of New South Wales à Sydney, la collection est installée dans ses murs et accessible au public depuis octobre 1997.

Constituée par des groupes d'œuvres de tout premier plan, elle rend notamment compte de la production artistique qui s'étend du postimpressionnisme (Degas, Cézanne, Rousseau, Van Gogh, Derain) au cubisme (Picasso, Braque, Léger), point fort de la collection. Des accents majeurs sont donnés par des ensembles de Picasso (26 œuvres), Klee (19), Kandinsky dont l'Improvisation 10 de 1910. Miró, Ernst, Matisse rayonnent également, tout comme Lipchitz, Giacometti (22), Brancusi et Calder.

Les travaux de Newman, Pollock, Rothko, Sam Francis, Franck Stella, Lichtenstein font écho à ceux de Kandinsky et Mondrian, et donnent à voir le vaste mouvement de l'abstraction développé en Europe et outre-Atlantique et poursuivi par les recherches d'Andy Warhol et de Rauschenberg.

La collection, enrichie en 1992 par des œuvres de Dubuffet et de Bacon, et dotée d'une trentaine d'objets d'art d'Afrique, d'Océanie et d'Alaska qui invitent à des confrontations intéressantes, se conclut par des œuvres de Baselitz, Kiefer et Fabro.

Par leurs choix et leurs renoncements (ne figurent en effet ni certains précurseurs de l'art du xxe siècle ni les courants qui ont ultérieurement remis en cause le concept même d'œuvre d'art – art minimal, art conceptuel, installations), les époux Beyeler ont réuni un ensemble qui se distingue par sa qualité, sa densité et son homogénéité. Procurant à chaque œuvre l'intimité et le rayonnement qui lui sont nécessaires, l'accrochage n'a aucune visée historicisante : il légitime l'élection de l'œuvre considérée dans son unicité et invite le visiteur à la délectation et à la réflexion.

Ernst Beyeler (1921-2010) commença son activité de galeriste à Bâle (Suisse), dans un magasin de livres anciens qu'il avait repris à l'âge de vingt-quatre ans, en proposant en 1947 des gravures sur bois japonaises puis des estampes de Toulouse-Lautrec. Marqué par les achats de Georg Schmidt, premier directeur du musée des beaux-arts de Bâle et par les expositions réalisées à la Kunsthalle par Lucas Lichtenhahn, il s'ouvrit à l'art moderne, fit rapidement de sa galerie à la Baumleingasse l'une des plus prestigieuses de Suisse et exerça sur la scène internationale de l'art un rôle de tout premier plan.

Les circonstances de la vie, son savoir-faire et son sens de l'amitié lui permirent d'accéder à des sources capitales. Il put ainsi en 1959 acquérir une bonne partie de la collection Thompson de Pittsburgh (États-Unis) : environ 100 œuvres de Klee – dont 88 constitueront le fonds de la collection de Nordrhein-Westfalen présentée au musée de Düsseldorf –, des œuvres maîtresses de Cézanne, Monet, Picasso, Matisse, Léger, Miró, Mondrian, Braque, ainsi que l'exceptionnel ensemble de 80 œuvres de Giacometti, qui sera racheté à son in [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BEYELER FONDATION  » est également traité dans :

PAUL KLEE, LA COLLECTION D'ERNST BEYELER (exposition)

  • Écrit par 
  • Maïten BOUISSET
  •  • 886 mots

Décédé en février 2010, Ernst Beyeler fut un marchand légendaire et l'un des deux initiateurs de la foire de Bâle qui compte encore aujourd'hui comme l'une des très grandes manifestations internationales concernant l'art moderne et contemporain. En amateur passionné, il aura par ailleurs rassemblé au cours de sa carrière une impressionnante collection devenue une fondation à Riehen près de Bâle (S […] Lire la suite

LA COLLECTION JEAN PLANQUE (exposition)

  • Écrit par 
  • Cécile DEBRAY
  •  • 1 025 mots

La figure du collectionneur a fait son apparition dans le champ de l'histoire de l'art au milieu du xx e  siècle, à la suite notamment de l'approche pionnière de l'historien de l'art britannique Francis Haskell. En art moderne, son étude est plus récente, marquée, en France, par des expositions mémorables comme celles des chefs-d'œuvre du Dr Barnes (musée d'Orsay, Paris, 1993) ou encore des colle […] Lire la suite

PIANO RENZO (1937- )

  • Écrit par 
  • François CHASLIN, 
  • Universalis
  •  • 1 573 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La réhabilitation »  : […] Pour la réalisation de plusieurs usines, de son bureau et de pavillons à la Triennale de Milan et à l'exposition d'Ōsaka (1969), il met au point des solutions techniques légères, d'une grande élégance. Il bâtit à Gênes un quartier de logements formé d'éléments cellulaires en béton armé. Puis à Novedrate, en Lombardie, les bureaux des fabricants de meubles B & B (1973) : portiques tridimensionnels […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel HARTMANN, « BEYELER FONDATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fondation-beyeler/