FONDAMENTALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« La loi de Dieu d'abord ». Par fondamentalisme, on désigne au sens large toutes les radicalités religieuses qui défendent une conception intransigeante de la religion, au risque d'une confrontation avec la société environnante. Comme le note Steve Bruce, si « la religion, prise trop au sérieux, constitue un régime trop riche pour la plupart des gens, elle n'en attire pas moins des zélotes » qui rejettent les compromis, les demi-mesures, et entendent vivre leur « enthousiasme religieux » jusqu'au bout. Les fondamentalistes, toutes confessions confondues, sont ces « zélotes modernes ».

Une réaction religieuse à la modernité

Une des caractéristiques générales du fondamentalisme est l'intolérance : la vérité est une, l'erreur multiple. La mise en avant de la notion d'autorité est partagée par tous les fondamentalismes. L'autorité normative, qu'elle soit placée dans une tradition, un leader, ou dans un texte, constitue un trait fédérateur pour tous les mouvements religieux radicaux.

Il en est de même de la contestation de la modernité, qui peut passer du stade de la critique sélective (fondamentalistes américains) au rejet global de ses présupposés (certains courants islamistes). Ainsi, l'idée d'une autonomie individuelle qui puisse se passer de la norme divine apparaît insupportable aux fondamentalistes qui, par ailleurs, se retrouvent également dans l'idée que la foi se traduit dans l'espace public et ne saurait donc se réduire à la sphère privée.

Meeting du Jamaat-i-Islami au Pakistan, octobre 1998

Photographie : Meeting du Jamaat-i-Islami au Pakistan, octobre 1998

Le chef du parti religieux fondamentaliste Jamaat-i-Islami, Qazi Hussain Ahmad, lors du discours de clôture d'un rassemblement religieux à Islamabad, le 25 octobre 1998. Durant les trois jours du meeting organisé par son parti, il plaida pour le renforcement de la loi islamique et... 

Crédits : PA Photos

Afficher

La violence, en revanche, ne représente pas un trait commun aux divers fondamentalismes. La violence religieuse n'est pas toujours fondamentaliste, et tous les fondamentalistes sont loin d'être violents.

Ces caractéristiques communes se comprennent à partir d'une toile de fond paradoxale, celle de la modernisation des sociétés. Le bon sens voudrait qu'on associe fondamentalisme religieux et archaïsme, tradition figée, conservatisme désuet. C'est pourtant inexact. Les fondamentalismes religieux renvoient, en réalité, à un symptôme de la modernisation des sociétés. Dans une société traditionnelle de type moniste où le religieux est totalement imbriqué dans la cité, le fondamentalisme n'a pas véritablement lieu d'être, en tous cas pas sous ses formes les plus agressives. C'est lorsque le processus de modernisation des sociétés commence à reléguer le religieux dans la sphère privée, lui contestant le droit de structurer l'ensemble de l'existence individuelle et de la vie sociale, que se dressent les fondamentalismes, qu'ils soient chrétiens, musulmans, bouddhistes, ou hindous.

Cette revendication fondamentaliste est loin de refuser tous les aspects de la modernité, preuve en est sa maîtrise parfaite d'Internet. Ce qu'elle dénonce, c'est l'éviction d'une norme transcendante (hétéronomie), le fondamentalisme affirmant que la « liberté des hommes » n'a de sens que si l'on admet la supériorité de la « loi de Dieu ».

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Meeting du Jamaat-i-Islami au Pakistan, octobre 1998

Meeting du Jamaat-i-Islami au Pakistan, octobre 1998
Crédits : PA Photos

photographie

Jerry Falwell

Jerry Falwell
Crédits : Jeff Fusco/ Getty Images News/ AFP

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé d'histoire, chercheur au CNRS, laboratoire Groupe sociétés, religions, laïcités

Classification

Autres références

«  FONDAMENTALISME  » est également traité dans :

FONDAMENTALISME (psychologie)

  • Écrit par 
  • Vassilis SAROGLOU
  •  • 1 067 mots

Le terme « fondamentalisme » désignait, au début du xxe siècle, le mouvement protestant américain qui prônait un retour antimoderniste à certains « fondamentaux » du christianisme : infaillibilité de la Bible, historicité des miracles, véracité littérale de dogmes chrétiens. Progressivement, le terme s’est élargi […] Lire la suite

ESCHATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 6 356 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La situation contemporaine »  : […] La pensée eschatologique a-t-elle encore un sens aujourd'hui, a-t-elle un avenir ? Ce qui frappe en tout cas, en cette fin du xx e  siècle, c'est l'éclipse presque totale de tous les discours hérités du passé. La théologie chrétienne, en particulier, est devenue quasi muette, sinon agnostique, en tout ce qui concerne l'au-delà. Elle se cramponne certes à l'idée de la résurrection, mais en la trait […] Lire la suite

ÉVANGÉLIQUES (ÉGLISES)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis KLEIN
  •  • 337 mots

Le qualificatif « évangélique » est revendiqué par des Églises qui affirment par là garder, contrairement à celles dont elles sont issues, les Évangiles comme seule base ou norme de leur foi. Dans les pays germaniques, le mot recouvre l'adjectif français « protestant » et s'oppose à « catholique ». Dans les pays latins, il désigne ou bien une Église protestante (ainsi l'Église évangélique luthérie […] Lire la suite

RELIGION - Sociologie religieuse

  • Écrit par 
  • Olivier BOBINEAU
  •  • 6 054 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Nouvelles formes de croyance »  : […] Deuxième orientation et thématique de recherche en sociologie religieuse : la forme que prennent les croyances et pratiques depuis la fin des années 1960. Outre la subjectivisation et pluralisation du croire que l'on vient d'évoquer, de nouvelles formes d'expression du religieux se manifestent et se développent donnant naissance à une scène religieuse polarisée selon deux tendances opposées. La […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7-21 janvier 2015 France. Attentats terroristes à Paris

» Le 15, François Hollande se rend à l'Institut du monde arabe, à Paris, où il adresse un message aux musulmans, « premières victimes du fanatisme, du fondamentalisme et de l'intolérance », réaffirmant que « l'islam est compatible avec la démocratie » et que « les conflits du Moyen-Orient n'ont pas leur place ici ». Le 16, jour de grande prière pour les musulmans, des manifestations antifrançaises éclatent dans plusieurs pays en réaction aux caricatures publiées dans le dernier numéro de Charlie Hebdo. […] Lire la suite

28-30 novembre 2014 Vatican – Turquie. Visite du pape François en Turquie

] condamnent clairement » le fondamentalisme et le terrorisme.  […] Lire la suite

14-16 septembre 2012 Vatican – Liban. Visite du pape Benoît XVI à Beyrouth

Le pape enjoint les responsables religieux d'éradiquer le fondamentalisme, « falsification des religions » selon lui. Il demande aux chrétiens orientaux de « consolider leur fidélité » à leur pays en y demeurant. Il appelle à la tolérance les gouvernements issus des révolutions arabes – qui ont souvent instauré la loi islamique –, préconise de conserver à la fois « une claire distinction et une indispensable collaboration » entre la politique et la croyance, et demande que les chrétiens ne soient pas « traités en citoyens ou en croyants mineurs ». […] Lire la suite

Pour citer l’article

Sébastien FATH, « FONDAMENTALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fondamentalisme/