DOSTOÏEVSKI FIODOR MIKHAÏLOVITCH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Dostoïevski

Dostoïevski
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

I Demoni, de F. M. Dostoïevski, mise en scène de Peter Stein

I Demoni, de F. M. Dostoïevski, mise en scène de Peter Stein
Crédits : Boccalini/ Théâtre de l'Odéon

photographie


Le « grand » Dostoïevski

Le séjour en Occident et ses conséquences

Par la faute d'un contrat léonin, Dostoïevski courait à la catastrophe s'il ne livrait pas Le Joueur (Igrok) le 1er novembre 1866. Il prit une sténographe. La jeune Anne Grigorievna trouva le célèbre écrivain « malheureux, abattu, harassé » et sortit de chez lui triste jusqu'à la mort. Ils travaillèrent ensemble et, le 30 octobre, l'ouvrage était achevé. Le 15 février 1867, ils se marièrent. Le 15 avril, ils prirent le train pour Berlin : pour fuir les créanciers.

À Dresde, Dostoïevski admire la Madone Sixtine et Acis et Galatée de Claude Lorrain ; à Bâle, il est horrifié par le Christ mort de Holbein ; à Genève, il s'indigne de la haine vomie contre le christianisme et la Russie par les orateurs du congrès de la Paix et de la Liberté ; à Florence, il lit avec passion les journaux russes. Il n'aspire qu'à la Russie, mais comment y rentrer sans argent ? Les époux vivront à l'étranger la guerre franco-prussienne, la Commune de Paris et ne regagneront Saint-Pétersbourg qu'en juillet 1871.

Ce long séjour loin de la Russie a déterminé la suite de la carrière littéraire de Dostoïevski. L'Occident n'est plus seulement le règne haïssable de la bourgeoisie et de l'argent – qui hélas ! depuis l'abolition du servage s'introduit peu à peu en Russie. Il est le siège d'une vaste conspiration, menée par le socialisme international devenu athée, dont Dostoïevski eut à Genève la révélation. Tous ses efforts tendront maintenant à mener contre l'ennemi un double combat : défensif, en dénonçant ses méfaits ; positif, en exaltant la Russie et le « Christ russe », puisqu'il n'est de christianisme à ses yeux que dans le peuple orthodoxe russe.

Les grands romans

Dostoïevski a tâché avant tout de créer ce chrétien russe idéal. Ce fut d'abord le prince Mychkine, que les gens appellent « l'Idiot », parce qu'il est dénué d'amour-propre, traverse le monde et ses intrigues sans y prendre garde, risque toutes les rencontres sans perdre sa pureté. Mais ce personnage conçu à l'image du Christ ne joue pas le rôle bienfaisant et pacificat [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur honoraire de russe à l'université de Paris-Sorbonne

Classification


Autres références

«  DOSTOÏEVSKI FIODOR MIKHAÏLOVITCH (1821-1881)  » est également traité dans :

DOSTOÏEVSKI FIODOR MIKHAÏLOVITCH - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 523 mots

30 octobre 1821 Naissance de F. M. Dostoïevski à Moscou.1831 Le père de Fiodor, le docteur Dostoïevski, fait l'acquisition d'une petite propriété, Daravoié, et du village de Tchermachnia.1837 Mort de la mère de Fiodor, Maria Fiodorovna. Il est reçu à l'examen d'entrée de l'École supérieure des ingénieurs militaires, à Saint […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dostoievski-reperes-chronologiques/

LES FRÈRES KARAMAZOV, Fiodor Mikhaïlovitch Dostoïevski - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jacques CATTEAU
  •  • 1 942 mots
  •  • 1 média

Dernier grand roman de F. M. Dostoïevski (1821-1881) Les Frères Karamazov paraissent en revue de 1879 à 1880 dans Le Messager russe. À mesure des livraisons, le succès va grandissant, renforcé par les lectures qu'en donne l'écrivain aux soirées littéraires du moins dans le public car la presse réagit en fonction de ses convictions démocrates ou conservatrice […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-freres-karamazov/#i_1116

I DEMONI (mise en scène P. Stein)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BESSON
  •  • 1 096 mots

Peter Stein a tiré des Démons, le roman de Dostoïevski, un spectacle-fleuve de près de douze heures, joué en italien et rassemblant vingt-six comédiens. Créé en mai 2009 à San Pancrazio en Ombrie, le spectacle a été représenté à Paris du 18 au 26 novembre 2010 auThéâtre national de l'Odéon (dans la salle des ateliers Berthier). Le met […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/i-demoni-mise-en-scene-p-stein/#i_1116

BAKHTINE MIKHAÏL MIKHAÏLOVITCH (1895-1975)

  • Écrit par 
  • François POIRIÉ
  •  • 1 060 mots

Né à Orel (Russie) dans une famille de vieille noblesse dont plusieurs membres illustrèrent l'histoire et la culture russes, Mikhaïl Bakhtine fait ses études secondaires au lycée d'Odessa. En 1913, il entre à la faculté d'histoire et de philologie de l'université de Novorossiisk (aujourd'hui université d'Odessa) qu'il quitte ensuite pour celle de Saint-Pétersbourg, où enseignaient notamment l'hell […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mikhail-mikhailovitch-bakhtine/#i_1116

LES DÉMONS, Fiodor Dostoïevski - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Louis ALLAIN
  •  • 1 333 mots
  •  • 2 médias

Les Démons , de Fiodor Dostoïevski (1821-1881), parurent dans Le Messager russe , une revue libérale de droite, entre janvier et novembre 1871 pour les deux premières parties et en novembre-décembre 1872 pour la troisième partie. Il s'agit du troisième roman-tragédie de l'écrivain après Crime et Châtiment (1866) et L'Idiot (1868), avant L'Adolescent (1875) et Les Frères Karamazov (1879-1880). […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-demons/#i_1116

L'IDIOTIE (J.-Y. Jouannais)

  • Écrit par 
  • Hervé GAUVILLE
  •  • 922 mots

N'est pas idiot qui veut. À partir d'articles publiés dans des revues artistiques (telles qu' art press , dont il fut le rédacteur en chef adjoint de 1991 à 1999), de conférences données dans diverses universités et de réflexions inédites, le critique d'art Jean-Yves Jouannais a composé L'Idiotie (éd. Beaux-Arts Magazine, Paris, 2003), un ouvrage de dix chapitres, eux-mêmes abondamment subdivisés […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-idiotie-j-y-jouannais/#i_1116

NIHILISME

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 4 432 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Révolte et nihilisme »  : […] En fait, le nihilisme commence à prendre conscience de soi lorsque D. I. Pissarev déclare la guerre aux institutions et à la culture existantes et lorsque V. G. Biélinski a l'audace d'écrire : « La négation est mon dieu. » Il en découle le refus de toute autorité qui n'émane pas du jugement individuel. Sous l'influence de Max Stirner, le pressentiment de la catastrophe incita les esprits les plus […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nihilisme/#i_1116

ORTHODOXE ÉGLISE

  • Écrit par 
  • Olivier CLÉMENT, 
  • Bernard DUPUY, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 23 318 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La Trinité et l'anthropologie trinitaire »  : […] Le dogme de la Trinité constitue le cœur de la théologie orthodoxe, et, par là même, « en Christ », de son ecclésiologie, de son anthropologie, voire – selon l'exigence de la communion – de sa sociologie (« La Trinité est notre programme social », disait Fédorov). La logique déchue oppose ou confond. Le dogme de la Trinité suggère la coïncidence, dans la source divine, de l'unité absolue et de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eglise-orthodoxe/#i_1116

PASCAL PIERRE (1890-1983)

  • Écrit par 
  • Georges NIVAT
  •  • 2 114 mots

Pierre Pascal est issu d'une souche auvergnate « sans fortune, mais forte de santé et de jugement ». Son grand-père était ouvrier aux chemins de fer, son père devint professeur de lettres et « monta » à Paris. L'accession de Pierre Pascal à l'École normale supérieure, en 1910, couronnait cette sage et sûre ascension sociale, typique de la III e  République. La méticulosité, un goût invétéré pour l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-pascal/#i_1116

ROMAN - Roman et société

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 700 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La société dans le roman »  : […] Quand on étudie comment les sociétés vivent, s'expriment dans le romanesque, il faut d'abord se garder de tout sociologisme. Nul roman, même l'œuvre de Balzac, ne donne du social une image innocente ou totale. La description sociologique due aux romanciers dépend du statut idéologique des groupes sociaux qu'ils mettent en scène. Stendhal se distingue d'un romancier « romantique » par la lucidité a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-roman-et-societe/#i_1116

ROMAN - Le personnage de roman

  • Écrit par 
  • Michel ZÉRAFFA
  •  • 6 221 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les aspects du personnage »  : […] Ces figures héroïco-romanesques, dont la bande dessinée, le cinéma et la télévision répètent l'image, nous leur trouvons un aspect physique, une vêture, des comportements, des attitudes mentales bien déterminés. Mais, si l'on considère le genre romanesque dans son histoire et dans son ensemble, on voit combien il est difficile de définir l'expression littéraire du personnage, tant les écrivains on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roman-le-personnage-de-roman/#i_1116

Pour citer l’article

Pierre PASCAL, « DOSTOÏEVSKI FIODOR MIKHAÏLOVITCH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/fiodor-mikhailovitch-dostoievski/