PAËR FERDINANDO (1771-1839)

L'Italien Ferdinando Paër fut, avec Domenico Cimarosa et Niccolò Antonio Zingarelli, l'un des principaux compositeurs d'opéras-comiques de son temps.

Né le 1er juin 1771, à Parme, Ferdinando Paër fait créer en 1791, dans sa ville natale, son premier ouvrage, Orphée et Eurydice, qui est en fait un drame en français et en prose avec musique (opera in prosa). Il connaît le succès l'année suivante, à Venise, avec son premier opéra italien, Circe. De 1797 à 1801, il assure la direction musicale du Kärntnertortheater de Vienne, où son meilleur opéra, Camilla, est créé triomphalement en 1799. La marche funèbre en ut mineur du mélodrame Achille (1801) produit une forte impression sur Beethoven : elle aurait peut-être inspiré le deuxième mouvement de la Troisième Symphonie « Héroïque » que ce dernier compose quelques années plus tard. De 1802 à 1808, Paër est compositeur au théâtre de la cour puis Kapellmeister à la Staatskapelle de Dresde ; son opéra Leonor, ossia l'amore conjugale (1804) va exercer une influence plus directe sur Beethoven : la source de son livret est la même que celle de Fidelio, dont la première version date de 1804. En 1805, Ferdinando Paër rencontre pour la première fois le jeune Gioacchino Rossini. Installé à Paris en 1807, Ferdinando Paër devient maître de chapelle de Napoléon Ier, directeur de l'Opéra-Comique et, en 1812, succède à Gaspare Spontini au poste de directeur du Théâtre-Italien, fonction qu'il occupe jusqu'en 1824. Rossini le remplace à la tête de l'institution mais Paër retrouve son poste en 1826. Le plus brillant opéra qu'il compose durant cette période est Le Maître de chapelle, ou le Souper imprévu (1821). Outre ses ouvrages lyriques (plus de cinquante), il a signé des pièces sacrées, de la musique de chambre et des cantates profanes. Ferdinando Paër meurt le 3 mai 1839, à Paris.

—  Universalis

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Classification

Pour citer l’article

« PAËR FERDINANDO - (1771-1839) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinando-paer/