FÉNELON FRANÇOIS DE SALIGNAC DE LA MOTHE- (1651-1715)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une œuvre très diverse

L'œuvre de Fénelon est extrêmement diverse : il semble incroyable que soient nés de la même plume un ouvrage aussi abstrait que l'Explication des maximes des saints et la grande fresque antiquisante – et baroquisante – du Télémaque ; pour « l'héritier présomptif puis nécessaire de la couronne », le même précepteur a écrit les Fables, les Dialogues des morts, mais aussi des Mémoires politiques ou des essais philosophiques, souvent concurremment.

Ainsi le Traité de l'existence de Dieu (vers 1685) est-il à peu près contemporain des Dialogues sur l'éloquence dans lesquels Fénelon expose sa doctrine de la prédication chrétienne. Les Maximes des saints et le Télémaque sont composés au cours de cette période ambiguë où Fénelon, encore comblé de la faveur royale lorsque s'engagent les pourparlers avec Bossuet – connus sous le nom de conférences d'Issy (juillet 1694-mars 1695) – va bientôt être éloigné de la cour par ordre du monarque en août 1697. Parallèlement, il a rédigé le Traité de l'éducation des filles à la demande de l'une des filles de Colbert, la duchesse de Beauvilliers et, à l'intention de Mme de Maintenon ou de nombreuses dirigées, de multiples Lettres de direction. Élu à l'Académie française en 1693, il reprend vingt ans plus tard en les développant certains des thèmes de son Discours de réception dans cette Lettre sur les occupations de l'Académie française qui est comme la somme esthétique de ses réflexions de fin humaniste.

Mais, aussi peu homme de lettres qu'il est possible, il s'intéresse au premier chef à la situation politique dont il a signalé les failles dès la Lettre à Louis XIV et consacre à la lutte antijanséniste de nombreux Écrits de controverse.

Indépendamment donc de la querelle du quiétisme qui a naturellement favorisé l'éclosion de diverses lettres et mandements, l'œuvre de Fénelon s'organise spontanément en un riche foisonnement autour de centres d'intérêt dont un seul eût suffit à épuiser la curiosité d'un autre génie : théologie, [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne, responsable du centre international de francophonie de l'université de Paris-IV

Classification

Autres références

«  FÉNELON FRANÇOIS DE SALIGNAC DE LA MOTHE- (1651-1715)  » est également traité dans :

LA LEÇON DE PEINTURE DU DUC DE BOURGOGNE (A.-M. Lecoq)

  • Écrit par 
  • Milovan STANIC
  •  • 974 mots

Du duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, Saint-Simon disait qu'il « était né avec un naturel à faire trembler. [...] Le prodige est qu'en très peu de temps la dévotion et la grâce en firent un autre homme ». Celui qui réussit à opérer une telle métamorphose ne fut autre que son éducateur, l'abbé Fénelon, nommé à ce poste en août 1689, alors que le prince, fils aîné du Grand Dauphin, était âgé […] Lire la suite

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 917 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « L'artifice et le naturel »  : […] Le xvii e et le xviii e siècles n'iront pas toujours aussi loin dans la réflexion sur la création littéraire. Le premier fait qui les caractérise est l'approfondissement du maniérisme. Avec Gracián ou Tesauro, celui-ci aboutit à sa forme extrême, qui ressemble fort aux ornementations du « plateresque » espagnol. En matière de langage, on parle essentiellement de pointes et de concetti à travers […] Lire la suite

CHAULNES TABLES DE

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 497 mots

Notes et réflexions politiques rédigées par Fénelon à Chaulnes avec la collaboration du duc de Chevreuse. L'ensemble établissait un plan de gouvernement qui était destiné au duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, lorsqu'il accéderait au trône (Fénelon avait été nommé précepteur du duc en 1689). Le duc de Bourgogne, cependant, mourut avant son aïeul. Fénelon dans cette œuvre prône la monarchie, […] Lire la suite

FLEURY CLAUDE (1640-1723)

  • Écrit par 
  • François BURDEAU
  •  • 282 mots

Fils d'un avocat au Conseil du roi, Claude Fleury commence une carrière au Parlement et entre dans les ordres en 1667, à l'instigation de Bossuet. Précepteur des fils du prince de Conti, puis du fils légitimé de Louis XIV et de Mlle de la Vallière, le comte de Vermandois, il fut adjoint à Fénelon comme précepteur du duc de Bourgogne, et devint en 1716 confesseur du jeune roi Louis XV. Il fréquenta […] Lire la suite

GUYON DE CHESNOY JEANNE MARIE BOUVIER DE LA MOTTE dite MADAME (1648-1717)

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 714 mots

Écrivain spirituel qui joua un rôle important dans la querelle du quiétisme francais. Née à Montargis en 1648, Jeanne Marie Bouvier de La Motte épousa à seize ans Jacques Guyon, héritier d'une grosse fortune et de vingt-deux ans son aîné. Sa vie domestique est peu connue : les Guyon eurent cinq enfants, dont deux vécurent. La disgrâce de la famille Fouquet conduisit chez eux, à Montargis, la mère […] Lire la suite

ILLUSTRATION

  • Écrit par 
  • Ségolène LE MEN, 
  • Constance MORÉTEAU
  •  • 9 160 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « L'illustration pour l'enfant »  : […] « What is the use of a book without pictures ? », demande Alice qui s'endort sur un livre de texte avant d'entrer dans le plus extraordinaire des livres illustrés pour enfants... Comme le constate Alice, l'image est consubstantielle au livre pour enfants. L' Orbis sensualium Pictus (1658) du Tchèque Comenius, méthode d'apprentissage plurilingue de la lecture, prototype de l'abécédaire à figures, […] Lire la suite

JEUNESSE LITTÉRATURE POUR LA

  • Écrit par 
  • Jean PERROT
  •  • 7 689 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'esthétique baroque et l'épreuve de la raison »  : […] Le passage du conte populaire au conte littéraire au xvii e et xviii e  siècles entérine la reconnaissance bourgeoise de ce statut, et repose sur la simplicité supposée de l'enfant confondue avec celle du peuple, mais relevée par l'humour de l'esprit mondain. Les Contes des fées de 1698 de M me  D'Aulnoy (et notamment L'Oiseau bleu, La Chatte blanche , encore remarquablement illustrés par Frédé […] Lire la suite

LE BRUN JACQUES (1931-2020)

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 969 mots

Né à Paris le 18 mai 1931, dans une famille de la bourgeoisie aisée et lettrée que la guerre conduit à s’installer dans l’Allier, Jacques Le Brun fait ses études en collège et lycée à Moulins, puis en classes préparatoires à Henri-IV. Il poursuit ensuite un cursus de lettres, sanctionné par l’agrégation (1955). Parallèlement, il suit l’enseignement de Jean Orcibal, titulaire de la chaire d’histoir […] Lire la suite

LES AVENTURES DE TÉLÉMAQUE, F. de Fénelon - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 079 mots

François de Salignac de la Mothe Fénelon (1651-1715) compose en même temps, de juillet 1694 à mars 1695, Les Aventures de Télémaque et les études préparatoires à L'Explication des maximes des saints , durant les conférences d'Issy (pourparlers avec Bossuet, évêque de Meaux, à propos de la question du quiétisme, ce courant mystique qui sera condamné en 1699 par l'Église catholique et qui entraîner […] Lire la suite

MALEBRANCHE NICOLAS (1638-1715)

  • Écrit par 
  • Ginette DREYFUS
  •  • 8 465 mots

Dans le chapitre « Les polémiques »  : […] Le nom de Malebranche retentissait dans toute l'Europe. « Je sais, dit plaisamment Fontenelle, que, dans la guerre du roi Guillaume, un officier anglais prisonnier se consolait de venir ici parce qu'il avait toujours eu envie de voir le roi Louis XIV et Malebranche. » Et Sainte-Beuve : « Malebranche faisait école : la beauté de son génie, la lumière de son langage, la sincérité de sa piété et la c […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jeanne-Lydie GORÉ-CARACCIO, « FÉNELON FRANÇOIS DE SALIGNAC DE LA MOTHE- (1651-1715) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fenelon-la-mothe/