LA LEÇON DE PEINTURE DU DUC DE BOURGOGNE (A.-M. Lecoq)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Du duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, Saint-Simon disait qu'il « était né avec un naturel à faire trembler. [...] Le prodige est qu'en très peu de temps la dévotion et la grâce en firent un autre homme ». Celui qui réussit à opérer une telle métamorphose ne fut autre que son éducateur, l'abbé Fénelon, nommé à ce poste en août 1689, alors que le prince, fils aîné du Grand Dauphin, était âgé de sept ans. Ce fut peut-être l'expérience de sa propre éducation, plutôt négligée, qui poussa Louis XIV à prévoir pour les princes du sang une instruction exigeante, à commencer par celle du Dauphin, qu'il confia aux soins de Bossuet en 1670. Mais alors que, dans ce cas, l'austère génie du futur évêque de Meaux subit un échec cuisant, le duc de Bourgogne, sous la direction de Fénelon, devint vertueux et studieux, frôlant le mysticisme.

Le programme éducatif développé par Fénelon, s'inspirant en partie de celui de Bossuet, s'appuyait sur une initiation à la littérature, à la philosophie et aux arts, entendus comme vecteurs d'une éducation morale, mais aussi considérés comme indispensables au développement d'un jugement esthétique autonome chez un prince devant affronter la conversation cultivée de la cour. On se rappelle que Louis XIV, un jour forcé de parler de peinture devant son hôte Bernin, dit en toute franchise que « s'il se fût appliqué de bonne heure à considérer les tableaux, il se serait connu en peinture, mais qu'il ne les regardait que depuis trois ou quatre ans » (Journal de voyage du Cavalier Bernin en France, par Paul Fréart de Chantelou). C'est précisément l'initiation à la peinture, dispensée au jeune duc par le truchement de deux tableaux de Poussin, qu'a choisie Anne-Marie Lecoq dans La Leçon de peinture du duc de Bourgogne. Fénelon, Poussin et l'enfance perdue (Le Passage, Paris, 2003), pour aborder de manière encore inédite Fénelon comme éducateur artistique, fin connaisseur des débats théoriques qui agitaient le monde des arts, mais aussi soucieux de transmettre au prince une vision du monde qu'il jugeait juste pour la conduite de la France « vieilli [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : maître de conférences en histoire de l'art à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification

Pour citer l’article

Milovan STANIC, « LA LEÇON DE PEINTURE DU DUC DE BOURGOGNE (A.-M. Lecoq) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-lecon-de-peinture-du-duc-de-bourgogne/