FAMILLELe statut de l'enfant dans la famille contemporaine

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le déclin de l'obéissance

L'accent mis sur l'autonomie a pour contrepartie logique la dévalorisation de l'obéissance. L'enfant apprend à construire un monde et à vivre dedans. Le père et la mère ne peuvent donc pas limiter leur travail à l'exigence de l'obéissance, qualité qui pouvait résumer antérieurement le rapport de l'enfant à ses parents. Progressivement, en Occident, la place de l'obéissance diminue dans la hiérarchie des qualités demandées pour les enfants (D. F. Alwin, 1988). Dans un récent sondage, à la question sur les « principales valeurs, positives ou négatives, que vous ont transmises vos parents », les réponses mettent en première place le respect des autres, avec le score de 54 p. 100, loin devant le respect de l'autorité, avec 14 p. 100 (sondage national, Sélection du Reader's Digest, octobre 2003). Autrefois, un enfant devait obéir à ses parents parce qu'il devait obéir plus tard aux autorités civiles et professionnelles – et à Dieu. Comme le comportement de l'individu n'est plus défini en priorité par l'obéissance dans sa vie professionnelle, il n'est plus nécessaire de maintenir l'obéissance à la même place dans l'éducation.

La baisse de l'obéissance enfantine traduit, certes, une baisse de l'autorité parentale. Cela ne signifie pas une démission du père ou de la mère. Ces derniers ont un rôle d'accompagnateur, d'interprète qui exige nettement moins des manifestations d'autorité. Sur ce point encore, d'un constat juste – la diminution de l'autorité parentale mise en œuvre –, est inutilement tiré un signal d'alarme : les enfants manqueraient d'autorité et donc de repères. Ces frayeurs ne sont pas fondées.

Une de nos recherches sur l'éducation révèle qu'aucune famille ne fonctionne selon un principe explicite de refus de l'autorité. Il existe toujours quelques interdits, quelques règles, quelques points sur lesquels les parents ne veulent pas négocier. L'enfant apprend que certaines choses sont négociables et que d'autres ne le sont pas, importantes ou non, qui signalent le pouvoir indiscutable du parent, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur des Universités, faculté des sciences sociales de la Sorbonne, directeur du Cerlis (C.N.R.S.-université de Paris-V)

Classification

Autres références

«  FAMILLE  » est également traité dans :

FAMILLE - Les sociétés humaines et la famille

  • Écrit par 
  • Françoise HÉRITIER
  •  • 7 468 mots

Tout le monde sait ou croit savoir ce qu'est la famille. Elle est inscrite si fortement dans la pratique quotidienne, elle est d'une expérience si intime et si « familière » qu'elle apparaît de façon implicite comme une institution allant de soi, un « donné » naturel et, par une forme d'extension somme toute logique, comme un fait social universel. La catégorie de donné naturel et celle de fait un […] Lire la suite

FAMILLE - Sociologie

  • Écrit par 
  • Rémi LENOIR
  •  • 5 316 mots
  •  • 2 médias

La famille est devenue en France une catégorie de l'action politique parce que se sont constitués un discours sur la famille et une théorie des structures familiales largement partagés dès la première moitié du xixe siècle aussi bien par Louis de Bonald et Joseph de Maistre d'un côté que par Charles Fourier et […] Lire la suite

FAMILLE - Le droit de la famille

  • Écrit par 
  • Catherine LABRUSSE-RIOU
  • , Universalis
  •  • 6 941 mots

Résultant de l'union des sexes et de la procréation, la famille est un ensemble organisé d'individus reliés entre eux par l'alliance et/ou la parenté. Cet enracinement biologique et temporel de la sexualité et de la génération d'où naît la famille concerne cependant des personnes humaines qui, à la différence des autres espèces vivantes, cherchent à donne […] Lire la suite

FAMILLE - Économie de la famille

  • Écrit par 
  • Catherine SOFER
  •  • 5 320 mots
  •  • 2 médias

Le concept de famille désigne des groupes d'individus différents selon les lieux et les époques. Les économistes, traditionnellement, s'intéressaient plutôt au « ménage », qui est défini, au sens statistique, comme l'ensemble des occupants d'une résidence principale, qu'ils aient ou non des liens de parenté. Même si, le plus souvent, ménage et famille co […] Lire la suite

FAMILLE - Évolution contemporaine

  • Écrit par 
  • Abel JEANNIÈRE, 
  • François de SINGLY
  •  • 9 788 mots

La mise en question, par l'ethnologie, de l'universalité de nos structures de parenté traditionnelles, ainsi que la révolution introduite par la psychanalyse dans la compréhension de la sexualité sont deux facteurs qui influent largement sur la transformation des relations familiales. On se bornera ici à analyser l'impact de l'histoire immédiate et la radicalité du changement de perspective qu'ent […] Lire la suite

FAMILLE - Les enjeux de la parentalité

  • Écrit par 
  • Daniel BORRILLO
  •  • 6 680 mots
  •  • 1 média

La famille est une construction sociale. Les diverses formes qu'elle a adoptées tout au long de l'histoire nous obligeraient, par souci de précision, à utiliser le terme au pluriel – familles plutôt que famille – ou même à parler d'« agencement familial », pour nous référer aussi, avec plus de justesse, aux nouvelles formes de cohabitation contemporaines. La famille, au singulier, en tant que modè […] Lire la suite

ADOLESCENCE

  • Écrit par 
  • Mihalyi CSIKSZENTMIHALYI, 
  • Universalis
  •  • 2 657 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Éloignement des adultes »  : […] En dehors du temps strictement scolaire, certaines études ont montré que les adolescents passent en moyenne trois heures et demie par jour sans leurs parents ou sans la présence d'autres adultes. En outre, pendant les rares heures où leurs parents sont présents, pour peu que ces derniers restent rivés devant le poste de télévision, les adolescents s'éclipseront pour étudier, jouer, écouter de la […] Lire la suite

ADOPTION

  • Écrit par 
  • Pierre MURAT
  •  • 8 874 mots

Dans le chapitre « L'adoptabilité »  : […] L'adoption est aujourd'hui essentiellement conçue comme une institution de remplacement de la famille par le sang : les législations partent du postulat que la famille d'origine est le lieu normal – et normalement le meilleur – du développement de l'enfant, en conséquence de quoi la priorité dans le rattachement de l'enfant est donnée à la famille d'origine. En posant que l'enfant a « dans la mes […] Lire la suite

ASSYRIE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 9 702 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La famille »  : […] La famille est de type patriarcal. Son chef possède sur la femme et les enfants une forte autorité ; il exerce même sur eux une véritable juridiction domestique pour les méfaits qui le lèsent dans son honneur ou ses biens (adultère de la femme, inconduite de la fille, vol commis par l'épouse). On ignore si les fils sont soumis à la puissance paternelle durant toute la vie du père ; il semble qu'i […] Lire la suite

BABYLONE

  • Écrit par 
  • Guillaume CARDASCIA, 
  • Gilbert LAFFORGUE
  •  • 7 315 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « La famille et le droit privé »  : […] La famille babylonienne est fondée sur un mariage qui n'est pas rigoureusement monogamique. En principe, l'homme n'a qu'une épouse en titre, procréatrice de fils qui assureront le culte des ancêtres et continueront l'exploitation du domaine familial. Néanmoins, non seulement les rapports sexuels du maître avec les concubines esclaves sont licites, mais encore les enfants issus de ces relations so […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François de SINGLY, « FAMILLE - Le statut de l'enfant dans la famille contemporaine », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 juillet 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/famille-le-statut-de-l-enfant-dans-la-famille-contemporaine/