Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

FAMILLE Le statut de l'enfant dans la famille contemporaine

L'enfance oubliée ?

<it>L'Enfant gâté</it>, J.-B. Greuze - crédits :  Bridgeman Images

L'Enfant gâté, J.-B. Greuze

Une des erreurs d'interprétation les plus fréquentes est la suivante : l'enfant est traité comme un « grand » puisqu'il a des droits en partie comparables à ceux des adultes, et qu'il a un certain pouvoir sur son monde. De cette observation juste est tirée la conclusion que l'enfant est maltraité, négligé. Si « l'enfance [est] oubliée » (L. Roussel, 2001), c'est parce qu'il serait roi. En effet, un enfant devrait rester à sa place, celle de « petit » ; en lui donnant une place de « grand », on néglige sa véritable identité. On le traite donc mal. Il faut lui redonner sa vraie taille, « petite », et ainsi lui apprendre les qualités propres à cette taille, l'obéissance. Les parents doivent reprendre le pouvoir, dessiner des limites, et ne plus céder aux enfants. Pour ce sociologue, la nouvelle éducation conduit à d'horribles méfaits : « les enfants sont « gâtés » et c'est là sans doute la plus dangereuse des pollutions ». Ces jeunes ne deviendraient jamais adultes. La société occidentale serait « adolescentrique ». La nouvelle éducation mènerait à une impasse, puisque les enfants seraient trop grands et les adultes, trop petits, refusant de grandir (M. Giral, 2002 ; A. Fourgnaud, 1999).

Cette conception refuse de prendre en compte le processus d'autonomisation progressive des enfants, et la variation de taille. Elle confond le fait d'avoir un monde à soi – et d'avoir contribué à le construire – avec le fait d'être adulte. Et elle oublie aussi que les gains d'autonomie masquent certaines pertes d'indépendance. Ainsi, en Angleterre, en 1970, les enfants de sept-huit ans allaient presque tous à l'école seuls (80 p. 100), sans leurs parents ; vingt ans plus tard, ils ne sont plus qu'une minorité (9 p. 100) à avoir cette possibilité (S. Jackson, S. Scott, 1999). Ainsi, l'allongement de la jeunesse s'est généralisé en Europe, du fait du prolongement de la scolarité et des difficultés de trouver un emploi stable, de telle sorte que les enfants restent dépendants plus longtemps de leurs parents (O. Galland, 1995). L'enfance contemporaine, rappelons-le, se caractérise surtout par une autonomie plus grande, sans que celle-ci se traduise par un allègement de la dépendance vis-à-vis des parents. Trop souvent, cette disjonction n'étant pas aperçue du fait du flou conceptuel, la vision alarmiste prend la croissance de l'autonomie pour un oubli, une négligence de l'enfance.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur des Universités, faculté des sciences sociales de la Sorbonne, directeur du Cerlis (C.N.R.S.-université de Paris-V)

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Média

<it>L'Enfant gâté</it>, J.-B. Greuze - crédits :  Bridgeman Images

L'Enfant gâté, J.-B. Greuze

Autres références

  • ADOLESCENCE

    • Écrit par Mihalyi CSIKSZENTMIHALYI, Universalis
    • 2 667 mots
    • 1 média
    ...certaines études ont montré que les adolescents passent en moyenne trois heures et demie par jour sans leurs parents ou sans la présence d'autres adultes. En outre, pendant les rares heures où leurs parents sont présents, pour peu que ces derniers restent rivés devant le poste de télévision, les adolescents...
  • ADOPTION

    • Écrit par Pierre MURAT
    • 8 894 mots
    ...la connaissent. Surtout elle a été très pratiquée par les romains, selon des formes et pour des raisons qui ont varié selon les époques. Mais à Rome, la notion de famille ne repose pas sur l'engendrement et l'affection, mais sur la soumission à la puissance d'un chef de famille (pater...
  • ASSYRIE

    • Écrit par Guillaume CARDASCIA, Gilbert LAFFORGUE
    • 9 694 mots
    • 6 médias
    La famille est de type patriarcal. Son chef possède sur la femme et les enfants une forte autorité ; il exerce même sur eux une véritable juridiction domestique pour les méfaits qui le lèsent dans son honneur ou ses biens (adultère de la femme, inconduite de la fille, vol commis par l'épouse). On ignore...
  • BABYLONE

    • Écrit par Guillaume CARDASCIA, Gilbert LAFFORGUE
    • 7 328 mots
    • 14 médias
    La famille babylonienne est fondée sur un mariage qui n'est pas rigoureusement monogamique. En principe, l'homme n'a qu'une épouse en titre, procréatrice de fils qui assureront le culte des ancêtres et continueront l'exploitation du domaine familial. Néanmoins, non seulement les rapports sexuels du...
  • Afficher les 45 références

Voir aussi