HEALEY DENIS (1917-2015)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Économiste et homme politique, Denis Healey fut une figure majeure du Parti travailliste britannique (Labour Party).

Né le 30 août 1917 à Mottingham, dans le Kent, Denis Winston Healey grandit à Keighley, dans le Yorkshire, et suit de brillantes études universitaires en littérature au Balliol College d’Oxford. Il est fait membre de l’ordre de l’Empire britannique en 1945, pour ses services rendus dans le corps des Royal Engineers au cours des campagnes d’Afrique du Nord et d’Italie, durant la Seconde Guerre mondiale. Dès la fin du conflit, il entre au Parti travailliste, après la large victoire de celui-ci aux élections législatives, qui a amené Clement Attlee au pouvoir. Il dirige le département international du parti pendant sept ans, avant d’être élu au Parlement en 1952, en tant que député de la circonscription sud-est de Leeds, siège qu’il conservera pendant quarante ans, au gré de réélections confortables.

Secrétaire d’État à la Défense de 1964 à 1970 dans le gouvernement d’Harold Wilson, il fait ensuite partie du cabinet fantôme jusqu’au retour des travaillistes au pouvoir, en 1974. Il devient alors chancelier de l’Échiquier dans les gouvernements Wilson puis Callaghan (1974-1979) et impose des mesures budgétaires rigoureuses pour lutter contre l’inflation, dans un contexte de crise économique mondiale. Ses tentatives pour convaincre les puissants syndicats d’accepter une limitation des hausses de salaires n’aboutirent que partiellement, et les grèves de 1978-1979, organisées par les syndicats, furent en grande partie à l’origine de la victoire du Parti conservateur de Margaret Thatcher, en 1979.

Candidat malheureux au poste de leader du Parti travailliste – il échoue (de peu) en 1976, puis à nouveau en 1980 –, il utilise sa position de leader adjoint (1980-1983) pour engager de nombreux débats avec l’aile gauche de sa propre formation. Son opposition à un désarmement nucléaire unilatéral du Royaume-Uni lui coûte de nombreux soutiens, et il perd sa position de se [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Classification

Autres références

«  HEALEY DENIS (1917-2015)  » est également traité dans :

TRAVAILLISME

  • Écrit par 
  • Monica CHARLOT
  •  • 4 599 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Progrès de l'emprise syndicale et crise interne »  : […] En juillet 1972 Frank Allaun, Ian Mikardo et Jim Sillars publient Tribune , un manifeste pour ce qu'ils appellent une démocratisation accrue du parti. S'appuyant sur le fait que ce dernier a perdu quelque 130 000 adhérents depuis 1964, ils cherchent à donner davantage de pouvoir aux militants. Les réformateurs ont trois objectifs : l'instauration d'une procédure de réinvestiture obligatoire des dé […] Lire la suite

Les derniers événements

14 septembre - 2 octobre 1981 Royaume-Uni. Remaniement gouvernemental et congrès des partis libéral et travailliste

Denis Healey, chef de file des modérés, l'emporte de justesse (par 1 p. 100 des voix) sur Tony Benn, représentant l'aile gauche. Le congrès se termine le 2 octobre, renforçant, par les options retenues en politique étrangère (désarmement nucléaire unilatéral, mais maintien au sein de l'O.T.A.N.) la position de Michael Foot, leader du parti. […] Lire la suite

10-11 septembre 1981 France – Royaume-Uni. 6e sommet franco-britannique

Denis Healey. Le 11, au cours d'une conférence de presse conjointe, le président de la République française et le Premier ministre britannique indiquent que l'existence de différends à propos de l'Europe rend particulièrement nécessaires de telles rencontres. Paris souhaite une « relance concrète » de la Communauté européenne. D'autre part, les deux […] Lire la suite

Pour citer l’article

« HEALEY DENIS - (1917-2015) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/denis-healey/