SCHATZMAN ÉVRY (1920-2010)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Évry Schatzman est indéniablement l'une des personnalités les plus marquantes de la science française de la seconde moitié du xxe siècle. Il fut en effet un immense découvreur, un enseignant particulièrement inspirant et un grand humaniste. Il a véritablement créé l'école d'astrophysique théorique française : ses travaux personnels sont d'une qualité exceptionnelle et il a formé la majorité des astrophysiciens français qui ont accompli leurs études entre 1950 et 1975. Sa notoriété est telle qu'il est le seul astrophysicien français que la prestigieuse revue américaine Annual Review of Astronomy and Astrophysics a invité à publier un article autobiographique. Il est également le seul astrophysicien à avoir reçu, en 1983, la médaille d'or du C.N.R.S., la distinction scientifique la plus prestigieuse en France. C'est grâce à ses découvertes personnelles et à celles de ses nombreux élèves que l'astrophysique française occupe l'un des meilleurs rangs sur le plan mondial.

Évry Léon Schatzman naît le 16 septembre 1920, à Neuilly-sur-Seine. Il entre en 1939 à l'École normale supérieure, où il entreprend des études de physique théorique. Mais survient la guerre : son père est arrêté par les nazis et déporté ; il mourra à Auschwitz, un événement qui hantera Évry Schatzman et sur lequel il reviendra souvent durant toute sa vie. Évry et son épouse Ruth ont la chance de trouver refuge à l'Observatoire de Haute-Provence, à Saint-Michel-de-Provence (auj. Saint-Michel-l'Observatoire), grâce à son directeur, Jean Dufay, et à ses collègues astronomes, parmi lesquels Charles Fehrenbach. C'est en fréquentant la bibliothèque de l'observatoire que naît sa vocation d'astrophysicien, ses lectures le conduisant à s'intéresser à un type particulier d'étoiles, les naines blanches. Celles-ci sont des étoiles particulièrement denses, puisque leur masse est typiquement celle du Soleil et leur rayon analogue à celui de la Terre ; leur température de surface est de l'ordre de 10 000 kelvins. Ces objets marquent la fin de [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S., Institut d'astrophysique de Paris

Classification


Autres références

«  SCHATZMAN ÉVRY (1920-2010)  » est également traité dans :

ÉTOILES

  • Écrit par 
  • André BOISCHOT, 
  • Jean-Pierre CHIÈZE
  •  • 13 469 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Origine de l'énergie stellaire »  : […] Pour des températures plus faibles, Évry Schatzman a proposé une autre réaction, le cycle proton-proton : […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etoiles/#i_20678

RAYONNEMENT COSMIQUE - Rayons cosmiques

  • Écrit par 
  • Lydie KOCH-MIRAMOND, 
  • Bernard PIRE
  •  • 6 240 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Origine et composition des rayons cosmiques »  : […] entre eux prennent leur source. Sait-on du moins comment ils acquièrent leur énorme énergie ? L'idée la plus féconde a été émise par Évry Schatzman en 1966, lorsqu'il démontra que l'onde de choc due à l'explosion d'une supernova peut, en comprimant brutalement le champ magnétique interstellaire sur son passage, fournir de l'énergie à certaines […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rayonnement-cosmique-rayons-cosmiques/#i_20678

Pour citer l’article

Jean AUDOUZE, « SCHATZMAN ÉVRY - (1920-2010) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/evry-schatzman/