ÉVÉNEMENT, sociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La connaissance des événements dans les sociétés archaïques

Mircea Eliade a bien montré que « l'histoire des sociétés primitives se réduit exclusivement aux événements mythiques qui ont lieu in illo tempore et qui n'ont cessé depuis lors jusqu'à nos jours », c'est-à-dire que tous les événements qui se déroulent dans le temps vécu par les hommes et leurs sociétés (la maladie et la mort d'un individu, les aventures de la guerre, par exemple) ne sont jamais que la répétition des événements primordiaux, de ceux qui se sont passés à l'origine des temps, dans le monde des dieux ou des ancêtres : comment la mort ou comment la guerre se sont-elles introduites chez les hommes ? Dans une telle conception, il ne peut y avoir que des recommencements, la nouveauté est niée, qui introduisait d'incessantes créations au cours de la durée, qu'elle soit considérée comme tellement dénuée d'importance qu'elle tombe dans l'oubli, ou qu'elle prenne, au contraire, la signification de l'irruption catastrophique d'une « histoire », irréductible aux mythes des origines ; en tant que cette dernière est maintenant un ensemble d'événements qui ne sont pas et ne peuvent plus être des recommencements, et qui apparaissent, à cause de cela, comme l'introduction du désordre dans les choses, elle ne peut être qu'un désordre absolu.

Et cependant, si les mythes restent les modèles des événements qui se produisent au cours du temps, dans la vie d'un homme ou dans l'évolution d'une société, il n'empêche que ces événements ne pourront être réduits à un passé mythique qu'après leur apparition, mais que cette apparition hic et nunc est d'abord, pour ceux qui la vivent, de l'« inattendu » et du « surprenant ». Pourtant les individus, les chefs des lignages ou des villages, les rois savent l'importance que ces événements peuvent avoir pour eux ou pour la société : peu importe que la famine ou l'épidémie prennent, en renaissant dans le profane, la forme sacrée de la « première » famine ou de la « première » épidémie – celles qui eur [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  ÉVÉNEMENT, sociologie  » est également traité dans :

ARTS DE LA RUE

  • Écrit par 
  • Emmanuel WALLON
  •  • 6 848 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La reconnaissance d'un genre »  : […] La France n'était pas isolée dans cet engouement. Dans l'Italie de la commedia dell'arte, revigorée par Dario Fo , les places se couvraient toujours de tréteaux pour des spectacles de plein air, l'été. De 1977 à 1984, Renato Nicolini (assesseur à la culture auprès du maire de Rome) imagina l'Estate romana pour célébrer les vertus de l'éphémère, avec des architectures amovibles, des spectacles dis […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-de-la-rue/#i_21904

ENTREPRISE - Communication d'entreprise

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DÉCAUDIN
  •  • 6 717 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les techniques de la communication institutionnelle »  : […] Le choix des techniques de communication pertinentes dépend des objectifs fixés pour la campagne (cf. figure) . La multiplicité des cibles accroît la complexité de la définition des objectifs de la campagne (éventuellement différenciation des objectifs par cible) et du choix des techniques appropriées (lobbying, communication financière, etc.). De fait, il est rare qu'une campagne institutionnelle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/entreprise-communication-d-entreprise/#i_21904

FAIT DIVERS

  • Écrit par 
  • Christine LETEINTURIER
  •  • 2 304 mots

Récit d' événements variés considérés comme peu importants, le fait divers n'appartient à aucune actualité : il n'est ni politique, ni social, ni économique, ni culturel et pourtant il occupe une surface importante des journaux et hebdomadaires. Alimenté par les accidents, les catastrophes naturelles, les curiosités de la nature, les actes héroïques, les crimes ou les suicides, il décrit ce qui se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fait-divers/#i_21904

GÉNÉRATION

  • Écrit par 
  • Claudine ATTIAS-DONFUT
  •  • 1 301 mots

La notion de génération est une catégorie qui procède non pas de données biologiques, mais de processus sociaux et temporels. Les naissances et décès continuels, par lesquels la société se renouvelle, ne forment pas en eux-mêmes des générations. Celles-ci sont des abstractions, des produits de l'imaginaire social, dont la fonction symbolique est d'organiser le temps. Si la notion de génération e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/generation/#i_21904

PRESSE - Sociologie de la presse

  • Écrit par 
  • Érik NEVEU
  •  • 2 569 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La fabrication de l'information  »  : […] La sociologie de la presse souligne que le journalisme se doit d'autant plus d'être un métier organisé qu'un de ses défis est d'apprivoiser l'imprévu de l'actualité. Loin du cliché du journaliste profession libérale, elle met en évidence l'organisation des pratiques. Celle-ci passe par l'apprentissage d'un « métier » acquis en école ou sur le tas. Elle se lit dans le « rubricage » qui superpose à […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/presse-sociologie-de-la-presse/#i_21904

RUMEUR

  • Écrit par 
  • Philippe ALDRIN
  •  • 1 779 mots

De La Grande Peur de 1789 (Georges Lefebvre, 1932) aux « thèses » prétendant faire la lumière sur les attentats du 11 septembre 2001, des rumeurs accompagnent tous les moments forts du temps public, le plus souvent sous la forme de contre-versions de la version « officielle » des événements. Hier comme aujourd'hui, la chronique des contemporains rend compte, en s'étonnant, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rumeur/#i_21904

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger BASTIDE, « ÉVÉNEMENT, sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/evenement-sociologie/