ÉVÉNEMENT, sociologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La science des événements dans les sociétés modernes

Avec le développement des sciences rationnelles, parallèle à l'urbanisation, à l'industrialisation et à la destruction des sociétés de folk, l'événement cesse d'être une « parole » de Dieu pour être lié soit à la liberté de l'homme, soit aux lois de la contingence. Cournot a souligné ce changement quand il a élaboré sa loi des trois états : vitalisme-histoire-rationalisme. Cela ne veut pas dire que les sociétés modernes ne laissent pas subsister des groupes sociaux qui continuent à faire appel à la divination (groupe féminin, groupe paysan, certains secteurs de la population des grandes villes), car les sciences rationnelles peuvent bien prévoir – de la météorologie à la « prospective » –, elles ne peuvent prédire que des événements collectifs, intéressant la masse ; elles laissent de côté le « privé ». On pourra bien prédire une crise économique (afin, ici encore, de la contrôler ou de la déjouer) et l'extension du chômage, mais on ne peut prévoir qui, de tel ou tel individu, sera chômeur. Ainsi la divination, en tant que connaissance du destin personnel, continue ; seulement elle se donne une image de plus en plus pseudo-scientifique, pour ne pas détonner par rapport au climat rationaliste de nos sociétés ; elle prend par exemple la forme de l'astrologie ou de la métapsychie.

On peut distinguer, dans nos sociétés modernes deux types de connaissance des événements : l'un tourné vers le passé, l'histoire ; l'autre tourné vers l'avenir, la prospective.

L'histoire et les événements

Si l'histoire a été d'abord chronique des événements, elle a cessé de l'être. Et certes elle ne néglige pas ce qui n'est arrivé qu'une fois ; mais « le singulier cohabite avec le répété et le régulier », l'histoire ne peut donc se restreindre à décrire le pur particulier. Au-delà des événements, elle décrit des conjonctures, et même elle tente d'atteindre des structures, c'est-à-dire des permanences, souvent plus que séculaires (Braudel).

Cependant l'histoire est d'abord connaissance des événements, recherche d'une logique des événements, qui dépasse la pure succession chronologique pour établir un discours cohérent : « La date ou les dates d'un événement quelconque constituent de prime abord un repérage seulement extérieur ne pénétrant pas sa substance. Par opposition à sa situation dans le temps, on parlera de la matière d'un événement ; on dit de lui qu'il nous est asséné ou qu'il nous frappe. Il ne constitue pourtant pas un bloc, à jamais indécomposable. Il se prête, le moment de surprise passé, à rapprochement, comparaison, établissement de chaînes de causes expliquant comment devint inéluctable ce qui avait été imprévisible. Il est aussi, comme l'étymologie l'indique, une arrivée ou une issue, l'aboutissement de mouvements secrets dont on s'avise de rebrousser le cours quand on a ressenti l'importance de leurs effets ; il se laisse alors pénétrer en toutes sortes de directions » (C. Morazé). Toutefois ce discours, en transformant des successions temporelles en séries linéaires, ne risque-t-il pas, à la limite, d'omettre que l'événement est aussi « avènement » de quelque chose de nouveau ? L'historien est tenu à montrer que, si l'histoire a une logique, cette logique est celle d'une réalité qui se construit : l'événement est le signe que le temps qui bouge est un temps créateur.

Peut-être même, au-delà d'une histoire événementielle, peut-on entrevoir une « sociologie de l'événementiel », que J. Chevalier pressentait lorsqu'il réclamait, dans une thèse de doctorat venue trop tôt, une « science de l'individuel », et que Braudel nous suggère aujourd'hui quand il réclame une sociologie « du monde en train de se faire » et qu'il compare le fait divers à un sociodrame.

La prospective et les événements

Si l'histoire cherche à relier les événements passés en un discours logique qui en constitue la vraie connaissance, la prospective extrapole les tendances passées ainsi mises en place, ou les tendances présentes repérées par l'économiste, le démographe ou le sociologue, à des situations futures. La prospective se veut donc connaissance de l'avenir, comme l'était la divination pour les sociétés archaïques, mais à la différence de la divination, connaissance du « général » de cet avenir, non des événements particuliers, individualisés : prévision, si l'on préfère, du « cadre » à court ou à long terme dans lequel ces é [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉVÉNEMENT, sociologie  » est également traité dans :

ARTS DE LA RUE

  • Écrit par 
  • Emmanuel WALLON
  •  • 6 849 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La reconnaissance d'un genre »  : […] La France n'était pas isolée dans cet engouement. Dans l'Italie de la commedia dell'arte, revigorée par Dario Fo , les places se couvraient toujours de tréteaux pour des spectacles de plein air, l'été. De 1977 à 1984, Renato Nicolini (assesseur à la culture auprès du maire de Rome) imagina l'Estate romana pour célébrer les vertus de l'éphémère, avec des architectures amovibles, des spectacles dis […] Lire la suite

ENTREPRISE - Communication d'entreprise

  • Écrit par 
  • Jean-Marc DÉCAUDIN
  •  • 6 719 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les techniques de la communication institutionnelle »  : […] Le choix des techniques de communication pertinentes dépend des objectifs fixés pour la campagne (cf. figure) . La multiplicité des cibles accroît la complexité de la définition des objectifs de la campagne (éventuellement différenciation des objectifs par cible) et du choix des techniques appropriées (lobbying, communication financière, etc.). De fait, il est rare qu'une campagne institutionnelle […] Lire la suite

FAIT DIVERS

  • Écrit par 
  • Christine LETEINTURIER
  •  • 2 304 mots

Récit d' événements variés considérés comme peu importants, le fait divers n'appartient à aucune actualité : il n'est ni politique, ni social, ni économique, ni culturel et pourtant il occupe une surface importante des journaux et hebdomadaires. Alimenté par les accidents, les catastrophes naturelles, les curiosités de la nature, les actes héroïques, les crimes ou les suicides, il décrit ce qui se […] Lire la suite

GÉNÉRATION

  • Écrit par 
  • Claudine ATTIAS-DONFUT
  •  • 1 301 mots

La notion de génération est une catégorie qui procède non pas de données biologiques, mais de processus sociaux et temporels. Les naissances et décès continuels, par lesquels la société se renouvelle, ne forment pas en eux-mêmes des générations. Celles-ci sont des abstractions, des produits de l'imaginaire social, dont la fonction symbolique est d'organiser le temps. Si la notion de génération e […] Lire la suite

PRESSE - Sociologie de la presse

  • Écrit par 
  • Érik NEVEU
  •  • 2 570 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La fabrication de l'information  »  : […] La sociologie de la presse souligne que le journalisme se doit d'autant plus d'être un métier organisé qu'un de ses défis est d'apprivoiser l'imprévu de l'actualité. Loin du cliché du journaliste profession libérale, elle met en évidence l'organisation des pratiques. Celle-ci passe par l'apprentissage d'un « métier » acquis en école ou sur le tas. Elle se lit dans le « rubricage » qui superpose à […] Lire la suite

RUMEUR

  • Écrit par 
  • Philippe ALDRIN
  •  • 1 779 mots

De La Grande Peur de 1789 (Georges Lefebvre, 1932) aux « thèses » prétendant faire la lumière sur les attentats du 11 septembre 2001, des rumeurs accompagnent tous les moments forts du temps public, le plus souvent sous la forme de contre-versions de la version « officielle » des événements. Hier comme aujourd'hui, la chronique des contemporains rend compte, en s'étonnant, de la fortune de tels […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Roger BASTIDE, « ÉVÉNEMENT, sociologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/evenement-sociologie/