ÉVALUATION ET QUANTIFICATION DES RISQUES SANITAIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le risque et sa perception

De nombreux travaux de sociologie ont montré que la perception des risques ne dépend pas seulement de sa dimension quantitative. La nature catastrophique de la menace, son invisibilité, les controverses entre experts, le caractère volontaire (tabac, alcool…) ou involontaire (pollutions) de l’exposition jouent également un rôle dans le niveau de crainte ressenti. Le décalage a souvent été pointé entre le niveau de la peur dans la population et la réalité épidémiologique du risque. Il y a des risques forts et démontrés (tabac, alcool…) qui ne sont pas sujets à une crainte sociale. Certains risques (liés aux OGM, aux vaccins…), hypothétiques – en grande partie parce que s‘ils existaient ils seraient faibles – provoquent néanmoins une forte inquiétude dans la population. Ces risques peuvent être décalés dans le temps, ce qui rend encore plus difficile leur révélation. Cette discordance entre la réalité épidémiologique du risque et sa perception ne relève pas d’une irrationalité – même si des déterminants idéologiques ou religieux jouent comme on le sait pour les vaccins. En effet, ce qui est incertain est plus inquiétant que ce qui est établi, l’intolérance à l’incertitude étant une caractéristique psychologique de la plupart des humains.

En ce qui concerne les grands sujets de controverses portant sur certains risques comme ceux liés aux OGM, aux pesticides, ou encore aux ondes radioélectriques, force est de constater que les différents acteurs ne parlent pas de la même chose. Pour les uns (en général, les acteurs économiques), parler de risque exige une démonstration scientifique de la causalité entre une exposition et une maladie – ce qui n’est pas toujours réalisable. Pour les autres (en général, les acteurs associatifs), l’hypothèse même qu’une exposition puisse créer un danger signifie que le risque est bien là. Le même mot est ainsi utilisé pour ce qui existe réellement et ce qui pourrait exister.

En réalité, il faut réaliser que le risque est fondamen [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite du Conservatoire national des arts et métiers (chaire d'hygiène et sécurité)

Classification

Pour citer l’article

William DAB, « ÉVALUATION ET QUANTIFICATION DES RISQUES SANITAIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/evaluation-et-quantification-des-risques-sanitaires/