ÉTHERS-OXYDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le chauffage, vers 140 0C, d'un mélange d'alcool vini (éthanol) et d'huile de vitriol (acide sulfurique) avait permis aux chimistes du xviiie siècle l'isolement d'un liquide très volatil, d'odeur forte, auquel ils donnèrent d'abord le nom d'« éther sulfurique ». Plus tard, ce composé fut désigné sous les noms d'« éther des pharmaciens », d'« éther ordinaire », d'oxyde d'éthyle et d'éthoxyéthane (officiellement). C'est, sinon le plus simple, du moins le plus important d'une série de composés résultant de l'élimination d'eau entre deux molécules d'alcools identiques ou différents : R−O−R ou R−O−R′, désignés sous le nom d'éthers-oxydes, et, plus récemment, sous le nom d'éthers ; le nom a été étendu à des composés provenant de l'élimination d'une molécule d'eau entre un phénol et un alcool, ou entre deux phénols, identiques ou différents :

Ar est le groupement aryle.

Ce sont, en général, des liquides très stables thermiquement et chimiquement ; plusieurs, dont l'oxyde d'éthyle, sont ainsi employés comme solvants d'extraction et solvants réactionnels. Ils jouent un rôle fondamental dans la préparation des composés organométalliques, en particulier des organomagnésiens. L'oxyde d'éthyle a été longtemps employé comme anesthésique.

Les éthers-oxydes cycliques présentent des propriétés particulières, notamment les époxydes (cycles à trois sommets) très réactifs et les polyéthers cycliques (éthers-couronne) remarquables complexants des cations.

Nomenclature et préparations

Les éthers-oxydes ou éthers dérivent de l'eau par remplacement des deux hydrogènes par deux groupements hydrocarbonés (aliphatiques, alicycliques, aromatiques). Ils peuvent être symétriques : R−O−R ou dissymétriques (mixtes) : R−O−R′. La nomenclature officielle désigne la fonction éther par le préfixe alcoxy- ou aryloxy- suivi du nom de la chaîne principale (la plus longue ou la plus ramifiée). Une nomenclature courante désigne le [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur de chimie organique à la faculté des sciences de Marseille

Classification


Autres références

«  ÉTHERS-OXYDES  » est également traité dans :

CARBURANTS

  • Écrit par 
  • Daniel BALLERINI, 
  • Jean-Claude GUIBET, 
  • Xavier MONTAGNE
  •  • 10 523 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Formulation des essences »  : […] Elle consiste à mélanger les effluents provenant de différentes unités de raffinage afin d'obtenir, au moindre coût, des produits finis conformes aux spécifications. Les contraintes les plus sévères concernent essentiellement la volatilité, les indices d'octane et la limitation des teneurs en certains composants (benzène, autres hydrocarbures aromatiques, oléfines) qui sont susceptibles d'accroît […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/carburants/#i_36536

HALOGÈNES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER, 
  • Robert de PAPE
  •  • 6 660 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Réactions avec formation d'une liaison carbone-oxygène »  : […] De nombreux nucléophiles oxygénés réagissent avec les halogénures d'alkyle. L'eau conduit aux alcools dans un processus équilibré, lent pour les dérivés primaires (SN 2 ), rapide pour les tertiaires (SN 1 ). L'emploi d'une base forte comme la soude (réactif HO beaucoup plus nucléophile que H 2 O) accélère la réaction SN 2 et la rend irréversible mais provoque, pour les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/halogenes/#i_36536

ORGANOMÉTALLIQUES COMPOSÉS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER, 
  • Charles PRÉVOST
  •  • 4 235 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Halogènes et dérivés halogénés »  : […] Les halogènes agissent principalement dans le sens : Cette réaction permet, par exemple, de passer de RBr à RI ; elle est employée pour le dosage de l'organomagnésien (cf. infra ). Les halogénures métalloïdiques, apparentés aux halogénures d'acide, les halogénures des métaux de transition plurivalents décomposent les organomagnésiens ; voici quelques exemples : Le produit ob […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/composes-organometalliques/#i_36536

OXOLANES

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 61 mots

Composés hétérocycliques à cinq chaînons, comportant un atome d'oxygène. On peut donc les considérer comme des éthers cycliques. L'exemple le plus simple en est le tétrahydrofuranne. De la même manière, les dioxolanes comportent deux atomes d'oxygène dans un cycle à cinq chaînons ; on peut les considérer comme des acétals cycliques. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oxolanes/#i_36536

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques METZGER, « ÉTHERS-OXYDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethers-oxydes/