ÉTHERS-OXYDES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Structure et propriétés physiques

La structure géométrique des éthers est assez proche de celles de l'eau et des alcools. L'atome d'oxygène (hybridation sp3) échange avec les deux groupes carbonés des liaisons σ dont l'angle est plus ouvert que dans le cas de l'eau ou des alcools par suite de la répulsion entre les deux groupes alkyle. La conformation de l'éther éthylique est très comparable à celle du n-pentane ; celle du tétrahydrofurane (de masse moléculaire comparable) laisse un atome d'oxygène beaucoup plus dégagé et qui pourra donner lieu à des associations plus solides. Les températures d'ébullition des éthers sont légèrement supérieures à celles des alcanes de masse moléculaire voisine : l'éther méthylique est un gaz, ainsi que l'éther mixte de méthyle et d'éthyle ; elles sont nettement inférieures à celles des alcools correspondants. Les premiers termes sont solubles dans l'eau : l'éther éthylique dissout 1,5 p. 100 d'eau et l'eau en dissout 7,5 p. 100. Ce sont d'excellents solvants qui, par leur fonction oxygénée, présentent une affinité pour les centres acides (électrophiles) et, par leur chaîne hydrocarbonée, manifestent une affinité lipophile.

Du fait de sa volatilité (Téb = 35 0C), l'éther éthylique, dont la densité de vapeur (2,55 g . l-1) représente plus de deux fois celle de l'air, est un solvant dangereux : il a tendance à s'accumuler dans les parties basses du laboratoire et à provoquer des incendies lorsqu'il est au contact d'une flamme, ou même simplement d'un point chaud.

Un autre danger des éthers légers utilisés comme solvants est leur facile oxydation à l'air, qui conduit à la formation d'hydroperoxydes (et de peroxydes) très instables et peu volatils, décelables et dosables par l'iodure de potassium qu'ils oxydent en iode. Ces éthers, dans cette utilisation, doivent être traités par des réducteurs, comme le sulfate ferreux, avant d'être distillés à sec. Le tétrahydrofurane (THF) est moins volatil que l'éther éthylique, il présente des propriétés de solvatation plus marquées (moindre gène stérique à la [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages






Écrit par :

  • : professeur de chimie organique à la faculté des sciences de Marseille

Classification


Autres références

«  ÉTHERS-OXYDES  » est également traité dans :

CARBURANTS

  • Écrit par 
  • Daniel BALLERINI, 
  • Jean-Claude GUIBET, 
  • Xavier MONTAGNE
  •  • 10 523 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Formulation des essences »  : […] Elle consiste à mélanger les effluents provenant de différentes unités de raffinage afin d'obtenir, au moindre coût, des produits finis conformes aux spécifications. Les contraintes les plus sévères concernent essentiellement la volatilité, les indices d'octane et la limitation des teneurs en certains composants (benzène, autres hydrocarbures aromatiques, oléfines) qui sont susceptibles d'accroît […] Lire la suite

HALOGÈNES

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER, 
  • Robert de PAPE
  •  • 6 660 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Réactions avec formation d'une liaison carbone-oxygène »  : […] De nombreux nucléophiles oxygénés réagissent avec les halogénures d'alkyle. L'eau conduit aux alcools dans un processus équilibré, lent pour les dérivés primaires (SN 2 ), rapide pour les tertiaires (SN 1 ). L'emploi d'une base forte comme la soude (réactif HO – beaucoup plus nucléophile que H 2 O) accélère la réaction SN 2 et la rend irréversible mais provoque, pour les halogénures tertiaires, […] Lire la suite

ORGANOMÉTALLIQUES COMPOSÉS

  • Écrit par 
  • Jacques METZGER, 
  • Charles PRÉVOST
  •  • 4 235 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Halogènes et dérivés halogénés »  : […] Les halogènes agissent principalement dans le sens : Cette réaction permet, par exemple, de passer de RBr à RI ; elle est employée pour le dosage de l'organomagnésien (cf. infra ). Les halogénures métalloïdiques, apparentés aux halogénures d'acide, les halogénures des métaux de transition plurivalents décomposent les organomagnésiens ; voici quelques exemples : Le produit obtenu n'étant pas solva […] Lire la suite

OXOLANES

  • Écrit par 
  • Dina SURDIN
  •  • 61 mots

Composés hétérocycliques à cinq chaînons, comportant un atome d'oxygène. On peut donc les considérer comme des éthers cycliques. L'exemple le plus simple en est le tétrahydrofuranne. De la même manière, les dioxolanes comportent deux atomes d'oxygène dans un cycle à cinq chaînons ; on peut les considérer comme des acétals cycliques. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques METZGER, « ÉTHERS-OXYDES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ethers-oxydes/