Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) Histoire

Nom officiel

États-Unis d'Amérique (US)

    Chef de l'État et du gouvernement

    Joe Biden (depuis le 20 janvier 2021)

      Capitale

      Washington

        Langue officielle

        Aucune

          • Article mis en ligne le
          • Modifié le
          • Écrit par , , et

          Développement économique et expansion continentale

          La Reconstruction se termine par la réinstallation des « Bourbons » au pouvoir parce que, entre-temps, les Américains ont été repris par le démon des affaires. Rien n'est plus terne, du point de vue politique, que les trente dernières années du xixe siècle, marquées par une présence presque continue des républicains à la tête du gouvernement fédéral. L'intérêt est ailleurs, dans le prodigieux accouchement d'une Amérique industrielle et capitaliste.

          La guerre de Sécession a mis fin aux dernières résistances de la société agrarienne traditionnelle, et plusieurs mesures ont préparé le développement futur. Le tarif douanier Morrill de 1861 a renforcé la protection et favorisé l'essor industriel. Un nouveau système bancaire, destiné à combattre l'anarchie consécutive à la politique de Jackson, est mis en place à partir de 1863. La décision est prise, à la demande des États de l'Ouest, de construire un chemin de fer transcontinental. Enfin, pour fournir la main-d'œuvre indispensable, des travailleurs pourront être importés sous contrat.

          L'accroissement démographique

          L'immigration a été fortement stimulée par le Homestead Act de 1862, qui accordait 160 arpents aux pionniers. De 1820 à 1860, environ 5 millions d'Européens, dont une bonne moitié de Britanniques, avaient immigré aux États-Unis. Dans les quarante années qui suivirent, 14 millions d'immigrants arrivèrent aux États-Unis, dont plus de 5 millions dans la décennie entre 1881 et 1890. Parmi eux, la proportion de Britanniques diminua constamment au profit des Allemands et des Scandinaves, puis, vers la fin du siècle, des Italiens, des Russes et des Slaves d'Europe centrale. Ces immigrants sont issus, dans leur très grande majorité, de milieux modestes, sinon même franchement pauvres, et constituent une main-d'œuvre peu exigeante, prête à accepter l'exploitation patronale (sweating system).

          Norvégiens émigrant vers l'Amérique, vers 1870 - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

          Norvégiens émigrant vers l'Amérique, vers 1870

          Intégration des immigrants aux États-Unis - crédits : MPI/ Getty Images

          Intégration des immigrants aux États-Unis

          Europe-États-Unis, migrations XIX<sup>e</sup>-XX<sup>e</sup> siècle - crédits : Encyclopædia Universalis France

          Europe-États-Unis, migrations XIXe-XXe siècle

          La population du pays, compte tenu de l'immigration et de l'accroissement naturel, passe de 31 millions en 1860 à 50 en 1880 et 76 en 1900. Le vieux fonds anglo-saxon recule devant les apports nouveaux : Allemands et Scandinaves autour des Grands Lacs, Irlandais en Nouvelle-Angleterre, Polonais et Russes dans les grands ports de l'Est. Le rôle jusque-là quasi exclusif des sectes protestantes est progressivement contrebalancé par les progrès du catholicisme et, dans une moindre mesure, du judaïsme et du christianisme orthodoxe. L'Amérique puritaine est en voie de complète transformation. Certes, la fusion entre les divers éléments est facilitée par l'absence de traditions et l'immensité du pays. Il n'empêche que la langue et la religion maintiennent des îlots de résistance nationale, en contraste avec la facile assimilation du siècle précédent.

          L'occupation de l'Ouest

          États-Unis, XIX<sup>e</sup> siècle - crédits : Encyclopædia Universalis France

          États-Unis, XIXe siècle

          À cette population en rapide croissance, des horizons nouveaux s'ouvrent. La réalisation du premier chemin de fer transcontinental, en 1869, entre Omaha et San Francisco à travers l'Utah, marque une date historique dans l'occupation de l'Ouest : les deux portions du pays sont reliées par la voie ferrée qui amène de nouveaux chercheurs d'or en Californie et en incite d'autres à se fixer en route, sur des terres offertes à bon prix et rapidement valorisées par la proximité des transports. Avant la fin du siècle, quatre autres Transcontinentaux sont venus s'ajouter à l'Union Pacific et au Central Pacific : le Great Northern, de Saint Paul à Seattle (1893) ; le Northern Pacific, de Chicago vers le Nord-Ouest (1881) ; l'Atchison, Topeka and Santa Fe, de Kansas City à Los Angeles et San Francisco (1881) ; le Southern Pacific, de La Nouvelle-Orléans à Los Angeles (1883). L'espace est désormais vaincu et le continent s'offre à ceux[...]

          La suite de cet article est accessible aux abonnés

          • Des contenus variés, complets et fiables
          • Accessible sur tous les écrans
          • Pas de publicité

          Découvrez nos offres

          Déjà abonné ? Se connecter

          Écrit par

          • : services rédactionnels de l'Encyclopædia Universalis
          • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Paris
          • : historienne, professeure émérite à l'université Paris-I-Panthéon-Sorbonne, histoire de l'Amérique du Nord, UMR SIRICE 8138
          • : directeur de recherche au Centre d'études et de recherches internationales de la Fondation nationale des sciences politiques

          Classification

          Pour citer cet article

          Encyclopædia Universalis, Claude FOHLEN, Annick FOUCRIER et Marie-France TOINET. ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

          Article mis en ligne le et modifié le 30/03/2022

          Médias

          États-Unis : drapeau - crédits : Encyclopædia Universalis France

          États-Unis : drapeau

          États-Unis, formation territoriale - crédits : Encyclopædia Universalis France

          États-Unis, formation territoriale

          Martin Luther King, 1963 - crédits : Hulton Archive/ Getty Images

          Martin Luther King, 1963