ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture)Les arts plastiques

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le modèle américain

Saul Steinberg, l'illustrateur attitré de l'hebdomadaire The New Yorker, propose pour sa couverture de l'édition du 19 mai 1962 une allégorie des Beaux-Arts au cœur de laquelle un aigle symbolisant l'école de New York prend appui, à défaut de la piétiner, sur une guitare censée représenter l'école de Paris. Le dessin ne fait que confirmer ce que nul ne peut démentir : au tournant des années 1960, une rupture a eu lieu, à la faveur de laquelle l'art américain, qui avait souffert pendant plusieurs décennies d'un « complexe continental », a trouvé les moyens de renforcer une aura jamais démentie depuis lors. Les raisons, multiples, de cette « prise de pouvoir » sont liées au climat moribond des différents centres culturels européens, mais aussi à l'adéquation des valeurs véhiculées par une abstraction américaine au sommet de sa gloire avec celles d'une société incarnant une certaine idée de la liberté.

Les années 1960 constituent une décennie charnière dans l'histoire de l'art contemporain américain. Elles marquent la consécration d'un récit – celui du modernisme – et son dépassement. C'est tout au long de cette décennie que seront posées les bases et les ramifications des tendances à venir, qu'elles soient proches ou lointaines. C'est enfin à partir des années 1960 que le modèle américain finira par s'imposer en dehors de ses frontières, contaminant des centres européens lassés d'un héritage trop lourd à assumer.

L'affirmation d'une identité artistique américaine

Le « triomphe de l'art américain », pour reprendre le titre du classique d'Irving Sandler, est dû à la mise en place chez les critiques, les artistes, les institutionnels et les marchands d'une stratégie commune visant à souligner la dimension vernaculaire de leur création. Tandis que dans la plupart des pays européens, exception faite des régimes totalitaires, l'idée d'un art patriotique entraîne une certaine forme de circonspection, les Américains n'hésitent pas à miser sur une forme de protectionnisme qui les tient à l'écart d'un art européen, qu'après l'avoir longtemps adulé ils jugent désormais nuisible. Dès 1948, le peintre Barnett Newman précise : « Nous devons nous libérer des impératifs de la mémoire, l'association, la nostalgie, la légende, le mythe, de tout ce qui a nourri la peinture européenne occidentale » (« The sublime is now »). Son confrère Clyfford Still arrive à la même conclusion, lorsqu'il affirme : « Où que nous puissions regarder durant les années 1920 [...], nous avons manifestement trouvé très peu de réponses valables concernant l'intuition ou l'imagination. Ceux qui se sont tournés vers l'ancien continent pour y chercher les moyens d'accroître, ici, dans un pays plus neuf, leur autorité, n'ont pas dissipé le brouillard ; ils l'ont épaissi... » (lettre à Gordon M. Smith, 1er janvier 1959). Ces propos montrent que les ressorts esthétiques essentiels aux artistes américains sont tributaires de considérations idéologiques.

Celui qui a de toute évidence excellé dans cet amalgame est le critique d'art Clement Greenberg. C'est à lui que reviennent en grande partie l'édification et la fortification du mythe selon lequel l'art américain se serait coupé de ses racines européennes. Tout au long d'une carrière dévouée à l'apologie de l'abstraction new-yorkaise, dans laquelle il a toujours voulu voir l'étape ultime d'un récit évolutionniste dit « moderniste », Greenberg se fait le porte-parole des différentes mutations qui, de l'expressionnisme abstrait (Jackson Pollock, Willem de Kooning) au colorfield (Barnett Newman, Mark Rothko, Clyfford Still), aboutissent à la peinture post-painterly (postpicturale). À l'occasion d'une exposition montée au County Museum of Art de Los Angeles, en 1964, Greenberg introduit ce dernier terme, emprunté à Heinrich Wölfflin, reprenant à son compte la distinction entre les tendances picturale (malerisch) et linéaire. Ne se reconnaissant plus dans les débordements picturaux des expressionnistes abstraits, dont les travaux récents auraient pris une tournure maniériste, Greenberg prône davantage les formes épurées et linéaires des artistes présentés lors de cette exposition. Parmi eux figurent Morris Louis, Kenneth Noland, Jules Olitski, Ellsworth Kelly et Frank Stella. « Par contraste avec l'enchevêtrement des effets d'ombre et d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 21 pages

Médias de l’article

Portrait de George Washington, G. Stuart

Portrait de George Washington, G. Stuart
Crédits : Courtesy, Museum of Fine Arts, Boston, États-Unis. William Francis Warden Fund, John H. and Ernestine A. Payne Fund, Commonwealth Cultural Preservation Trust

photographie

La Course des frères Biglin, T. Eakins

La Course des frères Biglin, T. Eakins
Crédits : courtesy National Galery of Art, Washington

photographie

Lady Agnew of Lochnaw, J. S. Sargent

Lady Agnew of Lochnaw, J. S. Sargent
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Symphonie en blanc, III, J. A. Whistler

Symphonie en blanc, III, J. A. Whistler
Crédits : Bridgeman Images

photographie

Afficher les 22 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur d'art et littérature des États-Unis à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot
  • : professeur d'histoire de l'art, École normale supérieure de Lyon, directeur de l'Institut national d'histoire de l'art, Paris
  • : maître de conférences en histoire de l'art contemporain à l'université de Valenciennes, critique d'art, commissaire d'expositions

Classification

Autres références

«  ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE - Vue d'ensemble

  • Écrit par 
  • René RÉMOND
  •  • 1 251 mots

Sans doute en raison de la richesse de son expérience, la société américaine est peut-être de toutes celle qui présente les contrastes les plus prononcés, et dans tous les domaines. Ainsi le régime politique des États-Unis a-t-il été depuis près de deux siècles admiré et imité comme le modèle de la démocratie ; mais il en est peu aujourd'hui dont les adversaires s'évertuent avec autant d'acharneme […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, 
  • Catherine LEFORT, 
  • Laurent VERMEERSCH
  •  • 19 933 mots
  •  • 16 médias

Les États-Unis d'Amérique se classent au troisième rang mondial par leur superficie (9 526 468 km2) depuis qu'ils ont réuni aux quarante-huit États qui les composaient traditionnellement l'Alaska en 1959 et les îles Hawaii en 1960. Leur population, 324 millions […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire

  • Écrit par 
  • Claude FOHLEN, 
  • Annick FOUCRIER, 
  • Marie-France TOINET
  •  • 33 202 mots
  •  • 58 médias

L'histoire des États-Unis est celle – assez improbable – de treize colonies anglaises coincées au xviiie siècle entre la côte atlantique et les hauteurs des Appalaches, devenues quelque deux cents ans plus tard la plus grande puissance mondiale.Le continent nord-américain est abordé par les puissances europée […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Histoire des politiques économiques depuis 1945

  • Écrit par 
  • Ruxandra PAVELCHIEVICI
  •  • 8 699 mots

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, le prestige économique et démocratique des États-Unis est immense : leur autoperception, comme l’image qu’ils renvoient à l’extérieur, est celle d’un pays garant des libertés fondamentales, dont la liberté économique n’est pas des moindres. L’hégémonie américaine s’est donc construite sur cette base, nourrie, dans les premières décennies de l’après-guerre, […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - La démocratie institutionnelle

  • Écrit par 
  • Serge HURTIG
  • , Universalis
  •  • 10 418 mots
  •  • 7 médias

Grande puissance mondiale, avec une population de 300 millions d'habitants, les États-Unis continuent à être régis par la plus ancienne Constitution écrite actuellement en vigueur, élaborée en 1787-1788 pour un pays de 4 millions d'habitants. Fondé sur les principes du fédéralisme, de la limitation et de la sé […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Le droit

  • Écrit par 
  • André TUNC
  •  • 2 444 mots
  •  • 1 média

Le trait le plus fondamental du droit des États-Unis, c'est qu'il n'existe pas. Il n'est qu'une abstraction. La seule réalité, c'est, d'une part, cinquante droits d'État (un peu plus, en tenant compte du droit de Washington, la capitale fédérale, de celui de Porto Rico, etc.), et d'autre part, le droit fédéral.Si, en e […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Le territoire et les hommes) - Religion

  • Écrit par 
  • Sébastien FATH
  •  • 3 472 mots
  •  • 2 médias

Les États-Unis sont parfois présentés comme « une nation avec l'âme d'une Église » (Chesterton). C'est à voir ! Car ce n'est pas d'une Église qu'il faut parler, mais d'une multiplicité d'Églises, de dénominations, de réseaux et de sectes. Parmi ces dénominations, on peut estimer à une vingtaine celles qu […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 286 mots
  •  • 2 médias

L'« Amérique », avant même de désigner un continent ou une nation, est communément assimilée à un « monde » ou à un « esprit » qui s'incarne dans les États-Unis d'Amérique, sources de réactions diverses et contradictoires, à la mesure de l'étendue d'un territoire, de ses contrastes et des particularités de son histoire. Cette histoire, singulière et brève, inséparable des bouleversements qui l'ont […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 208 mots
  •  • 24 médias

Le goût qu'ont les lecteurs européens pour la littérature des États-Unis n'est pas une mode passagère. On a pu croire que les troupes de la Libération avaient apporté Hemingway dans leurs bagages et que l'âge du roman américain ne durerait pas. Mais, des décennies plus tard, les œuvres « traduites de l'américain » occupent plus que jamais la devanture des librairies. Même ceux qui y cherchent l'im […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Le théâtre et le cinéma

  • Écrit par 
  • Geneviève FABRE, 
  • Liliane KERJAN, 
  • Joël MAGNY
  •  • 9 420 mots
  •  • 9 médias

Marqué à la fois par la pérennité des classiques (O'Neill, Miller, Williams, Albee), la domination d'un théâtre des images dans les années 1980 et l'essaimage des mises en scène, le théâtre américain continue de tenir son rang d'avant-garde et de compter dans le monde grâce à ses nouveaux venus, Tony Kushner, Paula Vogel ou Naomi Wallace. Il y a donc de […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

François BRUNET, Éric de CHASSEY, Erik VERHAGEN, « ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - Les arts plastiques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-les-arts-plastiques/