ESTHÉTIQUE, Georg Wilhelm Friedrich HegelFiche de lecture

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le « beau artistique »

Contrairement à Kant qui, avec la Critique de la faculté de juger, avait fondé philosophiquement l'esthétique, Hegel fait montre d'une grande culture artistique, même s'il témoigne de peu de goût pour les arts de son temps. Sa position est originale par rapport à la tradition : certes, il va traiter du beau, mais à cette réserve près qu'il sera question ici du « beau artistique ». L'esprit étant « supérieur à la nature » ses productions sont incomparables aux manifestations de celle-ci. Contrairement à une tradition issue d'Aristote et faisant de l'art l'imitation de la nature, Hegel y voit l'acte même de la liberté d'exprimer le beau. Pour lui, l'art a fondamentalement trait à la vie de l'esprit, il en est même une des figures essentielles, avec la religion et la philosophie. « Si l'on veut assigner à l'art un but final, ce ne peut être que celui de révéler la vérité, de représenter de façon concrète et figurée ce qui s'agite dans l'âme humaine. Ce but lui est commun avec l'histoire, la religion... » Si l'art participe de « l'esprit absolu », au-dessus de « l'esprit objectif » (constitué par le droit, la morale, la politique), il est néanmoins réduit à être dépassé, en tant que « manifestation sensible de l'idée », par la religion révélée et la philosophie qui, seule, incarnera l'absolu en et pour soi. D'où les célèbres déclarations, si souvent faussement interprétées, de la fin du premier chapitre : « L'art, ou du moins sa destination suprême, est pour nous quelque chose du passé. De ce fait il a perdu pour nous sa vérité et sa vie ; il est relégué dans la représentation, loin d'affirmer sa nécessité effective et [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

Classification


Autres références

«  ESTHÉTIQUE, Georg Wilhelm Friedrich Hegel  » est également traité dans :

BONHEUR (notions de base)

  • Écrit par 
  • Philippe GRANAROLO
  •  • 2 588 mots

Dans le chapitre « Bonheur et nature »  : […] En dépit de ce paradoxe, la civilisation gréco-romaine, ignorant l’idée de faute, étrangère à la notion de mal, a eu le privilège d’imaginer un accès réel au bonheur. Il suffirait pour être heureux de « vivre selon la nature », ce qui est le mot d’ordre de toutes les philosophies antiques. La nature est bonne, elle est un cosmos – à la fois idée de monde et idée de beauté – […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bonheur-notions-de-base/#i_31343

Voir aussi

Pour citer l’article

Francis WYBRANDS, « ESTHÉTIQUE, Georg Wilhelm Friedrich Hegel - Fiche de lecture », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/esthetique-georg-wilhelm-friedrich-hegel/