ESPÈCE, biologie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Charles Darwin

Charles Darwin
Crédits : Spencer Arnold/ Getty Images

photographie

Populations de goélands autour du pôle Nord.

Populations de goélands autour du pôle Nord.
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ligre

Ligre
Crédits : Ipatov/ Shutterstock

photographie

Plantes vivaces du genre Penstemon

Plantes vivaces du genre Penstemon
Crédits : Autumn Sky Photography/ Shutterstock (à gauche) ; Gina Ferazzi/ Los Angeles Times/ Getty Images (en haut) ; Tim Fitzharris/ Minden Pictures/ Biosphoto (en bas)

photographie

Tous les médias


Du sens philosophique au sens biologique de la notion d'espèce

Le terme espèce hérite d'une imposante tradition philosophique qui remonte à l'Antiquité et qui a lourdement pesé sur sa définition en biologie. On peut distinguer historiquement trois grandes étapes aboutissant aux conceptions et controverses biologiques modernes.

Le mot species (qui a donné espèce en français) est la traduction latine que Cicéron a proposée du terme grec eidos, peut-être le terme le plus important de toute l'histoire de la philosophie. En français, eidos est le plus souvent traduit par « idée » quand il s'agit de Platon, et par « forme » quand il s'agit d'Aristote. Chez ces deux philosophes, eidos renvoie à ce qui existe réellement, par-delà les changements apparents. Dans la tradition philosophique médiévale, la question des espèces n'est rien d'autre que la querelle des universaux, c'est-à-dire la question de savoir quelle est la portée des termes généraux dont on fait sans cesse usage dans la langue usuelle comme dans la langue savante. Ces mots renvoient-ils à quelque chose de réel ou bien sont-ils de simples conventions nominales ? Cet héritage philosophique a pesé lourdement sur les débats des biologistes lorsqu'ils ont commencé à donner au terme espèce un sens particulier, le réservant aux êtres vivants. Son influence perdure encore aujourd'hui comme le montre l'usage fréquent, de la part des biologistes contemporains, des mots réalisme, essentialisme et nominalisme, termes techniques de philosophie.

Ce n'est en fait qu'au xvie siècle que le terme espèce a commencé à être utilisé systématiquement par les naturalistes pour désigner certains groupes d'organismes jugés exceptionnellement significatifs pour la compréhension de la diversité des vivants. John Ray se situe dans cette nouvelle tradition de naturalistes chez qui l'espèce tend à devenir un terme spécifique en histoire naturelle. Mais c'est sans doute Buffon (1707-1788) qui a joué le rôle le plus important dans ce changement d'usage, en commentant explicitement le passage d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ESPÈCE, biologie  » est également traité dans :

ADAPTATION - Adaptation biologique

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS
  •  • 1 372 mots

Dans le chapitre « Trois acceptions de l'adaptation des êtres vivants »  : […] Selon une première interprétation, l'adaptation recouvre un ensemble de constatations structuro-fonctionnelles propres aux êtres vivants et rendant compte de leur survie dans un environnement donné. Cette acception statique de l'adaptation correspond à la notion développée par Georges Cuvier (1769-1832) sous le nom de « conditions d'existence ». Elle est illustrée par tout le travail d'analyse ré […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adaptation-adaptation-biologique/#i_2132

TERRE ÂGE DE LA

  • Écrit par 
  • Pascal RICHET
  •  • 5 139 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les fossiles, marqueurs du temps »  : […] Pour les chrétiens, l’histoire prenait un nouveau sens de suite ordonnée, et non plus de séquence quasiment aléatoire d’événements. Le changement fut particulièrement bien illustré par la première chronologie « universelle » que l’évêque Eusèbe de Césarée (~265-av. 341) établit par le biais d’habiles rapprochements effectués entre systèmes chronologiques différents : ceux des Romains et des Grecs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/age-de-la-terre/#i_2132

AGENCE FRANÇAISE POUR LA BIODIVERSITÉ

  • Écrit par 
  • Denis COUVET
  •  • 1 548 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L’enjeu de la connaissance »  : […] Afin de construire des politiques publiques plus ambitieuses et plus efficaces, l’Agence française pour la biodiversité devra identifier les besoins de connaissances et y répondre par le développement de programmes d’études et de prospectives. Cette mission implique la collecte des données et le pilotage des systèmes d’information sur la biodiversité. Il s’agit de mieux connaître l’état des espèc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/agence-francaise-pour-la-biodiversite/#i_2132

ANTIGÈNES

  • Écrit par 
  • Joseph ALOUF
  •  • 7 370 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Protéines »  : […] Les antigènes protéiques constituent les immunogènes naturels les plus nombreux et les plus diversifiés. De nombreux vaccins bactériens et viraux sont constitués par des protéines, comme c'est le cas, par exemple, des anatoxines diphtériques et tétaniques. La plupart des protéines et de nombreux polypeptides sont immunogènes lorsqu'ils ne présentent pas une identité ou une similarité structurale […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antigenes/#i_2132

ANTISPÉCISME

  • Écrit par 
  • Fabien CARRIÉ
  •  • 4 140 mots
  •  • 5 médias

Le concept d’antispécisme est indissociablement lié à celui de spécisme ou d’espécisme, équivalents francisés de l’anglais speci esi sm . Constitué en référence et par analogie aux notions de racisme et de sexisme, ce terme désigne toute discrimination fondée sur des critères d’appartenance à une espèce biologique donnée. Construit par antithèse, le néologisme anglais antispeciesism , rassemble d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antispecisme/#i_2132

BIOCÉNOSES

  • Écrit par 
  • Paul DUVIGNEAUD, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Jean-Marie PÉRÈS
  •  • 9 782 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Composition spécifique »  : […] Pour traduire la composition d'une biocénose, on s'est d'abord contenté d'en énumérer les espèces, végétales et animales. Les formes microscopiques, Bactéries et Protozoaires notamment, en étaient toutefois à peu près généralement exclues. On a ensuite introduit, pour chaque espèce, une indication concernant son abondance (espèce très commune, commune, rare, très rare). De telles indications n'on […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biocenoses/#i_2132

BIODIVERSITÉ

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 4 698 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre «  De la diversité du vivant au concept de biodiversité »  : […] Que la vie se manifeste sous des formes très diverses est un fait bien connu, et de longue date. Quand ils peignaient des bisons, des lions, des sangliers ou des antilopes, les hommes des cavernes témoignaient déjà, entre autres, de leur connaissance d'un monde vivant diversifié. Depuis lors, les naturalistes, paléontologues, systématiciens, puis écologues et généticiens n'ont cessé de faire état […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biodiversite/#i_2132

BIODIVERSITÉ URBAINE

  • Écrit par 
  • Philippe CLERGEAU
  •  • 2 368 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les caractéristiques des espèces anthropophiles »  : […] Les études consacrées aux plantes et/ou aux animaux dans la ville sont relativement récentes puisque les plus anciennes datent du début du xx e  siècle. Les premiers inventaires ont concerné les végétaux, puis ce sont les oiseaux qui ont fait l'objet d'observations et d'analyses. Ce n'est qu'à partir des années 1980 que d'autres groupes animaux ont commencé à être inventoriés puis étudiés écologi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biodiversite-urbaine/#i_2132

BIOLOGIE - La biologie moléculaire

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 7 385 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Genèse du concept de biologie moléculaire »  : […] Le xix e  siècle a démontré qu'il n'existait pas de « matière vivante » mais que les êtres vivants étaient constitués d'un ensemble complexe de molécules dont les structures et l'organisation permettent les manifestations du vivant et définissent les caractères d'une espèce. Manifestations et caractères sont transmissibles et essentiellement constants pour une espèce donnée, ce qui les lie à l'h […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologie-la-biologie-moleculaire/#i_2132

BOTANIQUE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Lucien PLANTEFOL, 
  • Hervé SAUQUET
  •  • 4 845 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « De Linné à Darwin »  : […] Le xviii e  siècle est marqué par un événement majeur dans l'histoire de la botanique et, plus généralement, de la biologie : l'invention du système de nomenclature binominale par le naturaliste suédois Carl von Linné. Dans son ouvrage Species Plantarum , publié en 1753, celui-ci propose de nommer chaque espèce de plante selon un système simple : le nom de genre commençant par une majuscule (pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/botanique-histoire-de-la/#i_2132

BUFFON GEORGES LOUIS LECLERC comte de (1707-1788)

  • Écrit par 
  • Jacques ROGER
  •  • 1 860 mots

Dans le chapitre « Le naturaliste »  : […] L'œuvre scientifique de Buffon touche essentiellement à trois domaines des sciences naturelles, la géologie, la biologie générale et la zoologie, à laquelle il faut associer l'anthropologie. Les Époques de la nature ( Supplément , t. V, 1779) forment une espèce de synthèse de sa pensée dans tous ces domaines. À la « théorie de la Terre » Buffon a consacré un long traité en 1749 ( Histoire et théo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-louis-buffon/#i_2132

CLADISTIQUE

  • Écrit par 
  • Pascal TASSY
  •  • 2 992 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Cladistique et informatique »  : […] La cladistique a vite utilisé l'informatique. En effet, analyser de façon simultanée une multitude de caractères pour de nombreuses espèces, afin de construire l'arbre phylogénétique, est au-delà des capacités de l'esprit humain. Il est parfois difficile de faire ressortir la solution qui rend compte au mieux des partages de caractères dérivés considérés comme des synapomorphies. Par exemple, pou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cladistique/#i_2132

CLASSIFICATION DU VIVANT

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS, 
  • Pascal TASSY
  •  • 7 194 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La question de l'espèce »  : […] Créationniste et fixiste, Linné est convaincu que les espèces sont des réalités objectives existant dans la nature. Elles ont été créées par Dieu avec des caractères morphologiques permettant de les distinguer et donc de les classer. Aucune n'a disparu depuis le moment de la Création, mais aussi aucune espèce nouvelle n'est apparue. En dépit de son attachement à l'idée d'une nature continue, Buff […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/classification-du-vivant/#i_2132

CROISSANCE, biologie

  • Écrit par 
  • André MAYRAT, 
  • Raphaël RAPPAPORT, 
  • Paul ROLLIN
  • , Universalis
  •  • 14 744 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Champ d'application »  : […] L'intérêt des courbes d'allométrie est beaucoup plus grand que celui des courbes de croissance absolue. À titre descriptif, elles permettent de présenter les faits sous une forme condensée, claire, objective, facilement transmissible. La croissance relative passe par la même série de phases que la croissance absolue, mais elle en permet plus facilement la mise en évidence. Chaque changement de pha […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/croissance-biologie/#i_2132

DARWIN CHARLES ROBERT (1809-1882)

  • Écrit par 
  • Charles BOCQUET, 
  • Universalis
  •  • 3 130 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les premiers travaux »  : […] Dès la rentrée du Beagle , Darwin, en même temps qu'il travaillait au journal de son voyage, distribua à divers spécialistes le matériel zoologique et botanique qu'il avait recueilli, se réservant toutefois l'étude de pièces géologiques et des Crustacés Cirripèdes. Après son journal de voyage, ses premières publications se rapportèrent aux observations géologiques qu'il avait faites sur les récifs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-robert-darwin/#i_2132

DARWINISME

  • Écrit par 
  • Dominique GUILLO, 
  • Thierry HOQUET
  •  • 5 494 mots

Dans le chapitre « Les cinq sens du « darwinisme » »  : […] Du fait de ces conflits d'interprétation, le darwinisme a une histoire et son contenu théorique est parfois flottant. Darwin lui-même, lorsqu'il dit my view (ma théorie), semble osciller entre deux acceptions : d'une part, la thèse générale de la descendance avec modification ; d'autre part, la thèse restreinte que la sélection naturelle est l'opérateur principal des modifications. Ernst Mayr (1 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/darwinisme/#i_2132

DENISOVA HOMMES DE ou DÉNISOVIENS

  • Écrit par 
  • Bruno MAUREILLE
  •  • 3 820 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les Dénisoviens : une nouvelle espèce d’homininés ? »  : […] Peut-on parler d'espèce spécifique en ce qui concerne les Dénisoviens ? Avant de tenter de répondre à cette question, il faut se demander ce que l’on entend par espèce en paléoanthropologie et ce que ce terme signifie. Il n’y a pas de réponse consensuelle à cette double interrogation. Pour une majorité de chercheurs, il est légitime de parler d’espèces différentes lorsqu’il existe d’importantes d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/denisova-denisoviens/#i_2132

DOMESTICATION

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre DIGARD
  •  • 7 155 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Quelques définitions »  : […] La domestication (du latin domus , « maison ») est l'action que l'homme exerce sur des animaux ou des végétaux, ne serait-ce qu'en les élevant ou en les cultivant. En se les appropriant et en les utilisant pour son agrément ou la satisfaction de ses besoins, l'homme les transforme. Ce principe général se traduit, dans la réalité, par des pratiques et des résultats très divers, parfois surprenants. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/domestication/#i_2132

ÉCOLOGIE

  • Écrit par 
  • Patrick BLANDIN, 
  • Denis COUVET, 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Cesare F. SACCHI
  •  • 20 598 mots
  •  • 15 médias

Dans le chapitre « Peuplements et guildes »  : […] La complexité des biocénoses est souvent telle qu'on ne peut d'emblée en faire l'étude complète : il faut les décomposer en sous-ensembles constituant des niveaux d'organisation intermédiaire entre la population et la biocénose. Ces sous-ensembles sont généralement délimités pour des raisons méthodologiques d'observation et d'échantillonnage ; fréquemment, cela revient à étudier des populations d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecologie/#i_2132

ÉCOLOGIE ET SOCIÉTÉ

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 7 804 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La biodiversité ébranlée »  : […] Tissu vivant de la planète, la biodiversité est constituée d'un réseau de millions d'espèces en interaction directe ou indirecte. L'homme fait partie intégrante de ce réseau ; il en dépend et, surtout, le menace : morcellement et dégradation des écosystèmes et des paysages, pollution des eaux et des sols, propagation d'espèces exotiques qui deviennent envahissantes, surexploitation des population […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecologie-et-societe/#i_2132

ÉCOSYSTÈMES

  • Écrit par 
  • Luc ABBADIE
  •  • 5 448 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Écologie de la biodiversité et environnement »  : […] La relation entre la diversité biologique (biodiversité) et le fonctionnement des écosystèmes est une des questions les plus actuelles de l'écologie aujourd'hui. En effet, outre les enjeux intellectuels de compréhension et de simulation de la dynamique des écosystèmes, sont apparus depuis la fin des années 1980 des enjeux environnementaux cruciaux. Il est aujourd'hui incontestable que la Terre es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecosystemes/#i_2132

ÉCOTYPE

  • Écrit par 
  • Robert GORENFLOT
  •  • 512 mots

Au sein d'une espèce végétale, la notion d'écotype introduite par Turesson en 1922 englobe des formes plus ou moins distinctes morphologiquement et adaptées à des habitats différents. Bien que, d'un écotype à l'autre, cette adaptation se traduise par des solutions de continuité dans la variation, les écotypes d'une même espèce sont capables d'échanger des gènes. Par exemple, deux écotypes d'un […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ecotype/#i_2132

ENDÉMISME

  • Écrit par 
  • Fabienne PETIT
  •  • 546 mots

On désigne par ce terme le caractère propre à une unité systématique de se confiner dans une région plus ou moins étendue mais toujours bien déterminée du globe, autrement dit d'avoir une aire de distribution bien délimitée et réduite dans le monde. La dimension des aires des unités systématiques endémiques est souvent fonction de leur importance dans la hiérarchie systématique : une famille aur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/endemisme/#i_2132

ÉPIGÉNÉTIQUE ET THÉORIE DE L'ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Laurent LOISON, 
  • Francesca MERLIN
  •  • 3 641 mots
  •  • 4 médias

Le terme « épigénétique » est aujourd’hui très en vogue, aussi bien dans la littérature spécialisée que dans la presse de vulgarisation. On y associe souvent une connotation hétérodoxe et polémique, l’épigénétique étant vue comme marquant les limites de la génétique et de la théorie darwinienne de l’évolution (théorie synthétique). À ce sujet, certains parlent même d’un retour possible du lamarck […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/epigenetique-et-theorie-de-l-evolution/#i_2132

ÉVOLUTION

  • Écrit par 
  • Armand de RICQLÈS, 
  • Stéphane SCHMITT
  •  • 15 097 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Les limites du gradualisme  »  : […] Dans la nature actuelle, les espèces apparaissent comme des entités phénétiquement et génétiquement bien distinctes les unes des autres, selon une image assez différente du continuum (anamorphose) suggéré par une évolution totalement graduelle, surtout si l'on néglige l'effet des extinctions sélectives des formes intermédiaires. Replacé dans le temps évolutif, le gradualisme devrait aussi se mani […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evolution/#i_2132

EXTINCTIONS BIOLOGIQUES

  • Écrit par 
  • Eric BUFFETAUT, 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 8 278 mots
  •  • 5 médias

Depuis 1980, la conception dominante de l'histoire des êtres vivants au cours des temps géologiques s'est fortement modifiée : à la vision d'un développement graduel et sans heurts s'est substituée celle d'une histoire beaucoup plus chaotique, entrecoupée de crises de nature catastrophique qui viennent ponctuer l'évolution des organismes et l'engager dans des directions nouvelles et souvent inatte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/extinctions-biologiques/#i_2132

GÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Axel KAHN, 
  • Philippe L'HÉRITIER, 
  • Marguerite PICARD
  •  • 25 812 mots
  •  • 33 médias

Dans le chapitre « Les barrières génétiques »  : […] Dans la définition, dite biologique, de l'espèce, celle-ci est considérée comme la communauté des organismes qui, dans les conditions naturelles, se reproduisent entre eux. Elle ne s'applique qu'à des organismes dont la reproduction est sexuée et, occasionnellement au moins, biparentale. La définition implique que des organismes d' espèces différentes ne se reproduisent pas normalement entre eux, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genetique/#i_2132

GÉNÉTIQUE ET DÉVELOPPEMENT PSYCHOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Michèle CARLIER
  •  • 2 161 mots

Quiconque observe des êtres humains est frappé par leurs points communs et leurs différences. Points communs et différences trouvent d’abord leur origine dans la génétique. Considérons deux espèces très proches : le Pan troglodytes (chimpanzé) et l’ Homo sapiens (notre espèce). Leurs séquences d’ADN (acide désoxyribonucléique, support du matériel génétique) divergent d’environ 1 p. 100. C’est t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/genetique-et-developpement-psychologique/#i_2132

ÉDITION DES GÉNOMES

  • Écrit par 
  • Gilles SAUCLIÈRES
  •  • 3 922 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « De nouvelles mutations, outils nécessaires de la génétique »  : […] Chercher à introduire des caractères nouveaux dans une espèce n’est pas une idée particulièrement novatrice. De toute antiquité, on a observé les différences entre individus d’une même espèce et on a cherché à comprendre et influencer leur transmission. Sans doute la première tentative rapportée – sans préjuger de son contenu symbolique – peut être celle de Jacob triant les moutons blancs des mou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/edition-des-genomes/#i_2132

HISTOIRE DE LA CLADISTIQUE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER, 
  • Michel LAURIN
  •  • 1 665 mots

1950 L'entomologiste allemand Willi Hennig (1913-1976) publie Grundzüge einer Theorie der Phylogenetischen Systematik , ouvrage dans lequel il propose une nouvelle méthode de reconstruction des relations de parenté entre les espèces fondée exclusivement sur les états apomorphes (évolués ou particuliers) des caractères (surtout morphologiques), ainsi qu'une classification hiérarchique qui reflète […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/histoire-de-la-cladistique-reperes-chronologiques/#i_2132

HOMO LUZONENSIS ou HOMME DE CALLAO ou HOMME DE LUÇON

  • Écrit par 
  • Dominique GRIMAUD-HERVÉ
  •  • 1 576 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle espèce ? »  : […] Selon Florent Détroit, auteur principal de l’étude de ces fossiles, « cette mosaïque de caractères primitifs et modernes n’a encore jamais été rencontrée chez aucune espèce humaine, fossile ou actuelle, connue », raison pour laquelle une nouvelle espèce, Homo luzonensis , a dû être créée. Il faut bien comprendre qu’en paléontologie la définition biologique de l’espèce, qui repose avant tout sur le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/homo-luzonensis-homme-de-callao-homme-de-lucon/#i_2132

HYBRIDATION

  • Écrit par 
  • Georges BARSKI, 
  • Yves DEMARLY, 
  • Simone GILGENKRANTZ
  •  • 5 920 mots
  •  • 2 médias

Par son étymologie (en latin hybrida signifie « sang mêlé »), le terme « hybridation » évoque une fécondation qui ne suit pas les lois naturelles : c'est le fait de croiser deux espèces ou deux genres différents, pour provoquer la naissance de spécimens réunissant, à un degré plus ou moins marqué, des caractères spécifiques des deux parents. Si l'hybridation intergénérique est assez rare dans la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hybridation/#i_2132

INVASIONS BIOLOGIQUES

  • Écrit par 
  • Alain ZECCHINI
  •  • 6 275 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  Stratégies et tactiques antagonistes »  : […] L'article 8h de la Convention sur la diversité biologique (C.D.B.) stipule que chaque État signataire devra « empêcher l'introduction, contrôler ou éradiquer les espèces étrangères qui menacent les écosystèmes, les habitats ou les espèces » (tabl. 2 ) . Le premier point essentiel est celui de la prévention. Lors de la 6 e  réunion de la C.D.B., qui s'est tenue à La Haye (Pays-Bas) en avril 2002, t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/invasions-biologiques/#i_2132

LAMARCK JEAN-BAPTISTE DE MONET chevalier DE (1744-1829)

  • Écrit par 
  • Charles BOCQUET, 
  • Pietro CORSI
  •  • 3 180 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le courant transformiste prélamarckien »  : […] Bien que cette idée d'une histoire de la vie sur la Terre ne fût pas nouvelle, elle n'avait pu s'exprimer devant le poids de la pensée fixiste qui affirmait que les espèces étaient des entités immuables depuis leur création. En Europe, pourtant, dès la fin du xviii e  siècle, des auteurs anglais tels qu'Erasmus Darwin, les Italiens Antonio Fortis et Giuseppe Gautieri, les Français Jean-Claude de l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lamarck-jean-baptiste-de-monet-de/#i_2132

LISTE ROUGE DE L'U.I.C.N.

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 644 mots

L'idée de faire un inventaire des espèces éteintes ou sur le point de l'être n'est pas nouvelle. En 1880, le naturaliste James Edmund Harting (1841-1928) dresse le portrait du loup, de l'ours et d'autres animaux disparus au Royaume-Uni durant les temps historiques. L'ornithologue britannique Charles Dixon (1858-1926) va plus loin en publiant, en 1888 et en 1898, des inventaires d'oiseaux rares ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/liste-rouge-de-lu-i-c-n/#i_2132

L'ORIGINE DES ESPÈCES (C. Darwin)

  • Écrit par 
  • Pascal DURIS
  •  • 265 mots
  •  • 1 média

C'est en 1859, dans L'Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie ( On The Origin of Species by Means of Natural Selection, or The Preservation of Favoured Races in the Struggle for Life ), que le naturaliste anglais Charles Darwin (1809-1882) expose sa théorie de l'évolution. Sa démonstration repose sur un double consta […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-origine-des-especes/#i_2132

MAYR ERNST (1904-2005)

  • Écrit par 
  • Simon TILLIER
  •  • 828 mots

Un des biologistes les plus importants du xx e  siècle, principal promoteur de la théorie synthétique de l'évolution. La publication, en 1942, de son ouvrage Systematics and the Origin of Species a été à l'origine d'une renommée mondiale qui en a fait la figure centrale du néo-darwinisme. Après avoir obtenu un diplôme de médecine en 1925, Ernst Mayr, né à Kempten (Allemagne) en 1904, décide de se […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-mayr/#i_2132

MIMÉTISME, zoologie

  • Écrit par 
  • Robert GAUMONT
  •  • 3 152 mots
  •  • 8 médias

Bien que le terme « mimétisme » ait pour le spécialiste une définition très restreinte (limitée à la ressemblance entre deux espèces animales zoologiquement éloignées dont l'une, inoffensive, « mime » l'autre), il évoque généralement tous les phénomènes de camouflage que de nombreux animaux présentent naturellement et grâce auxquels ils échappent aux regards de l'homme . Homochromie et homotypie, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mimetisme-zoologie/#i_2132

MUTATIONNISME

  • Écrit par 
  • Cédric GRIMOULT
  •  • 2 216 mots

En 1901, le botaniste néerlandais Hugo De Vries, cofondateur de la génétique, propose une nouvelle théorie des mécanismes de l'évolution, appelée mutationnisme. Il participe ainsi à un débat qui divise la communauté scientifique depuis près d'un demi-siècle. Si les naturalistes ont adopté la théorie de l'évolution depuis 1859, année de la publication de L'Origine des espèces de Charles Darwin, il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mutationnisme/#i_2132

MUTATIONS ET SPÉCIATION

  • Écrit par 
  • Nicolas CHEVASSUS-au-LOUIS
  •  • 209 mots

Botaniste comme Gregor Mendel (1822-1884), le Néerlandais Hugo De Vries (1848-1935) s'intéresse à la formation des espèces, dans un contexte d'intenses discussions autour du darwinisme. Il étudie l'apparition de nouveaux caractères dans les populations de fleurs à croissance rapide, les onagres ( Œnothera ). Il découvre ainsi la survenue de mutations, c'est-à-dire de variations brutales d'un carac […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mutations-et-speciation/#i_2132

NATURE ET HISTOIRE (J. Baechler) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Pierre DEMEULENAERE
  •  • 1 052 mots

Sous le titre de Nature et histoire , cet ouvrage (PUF) de Jean Baechler est important par sa visée qui prend forme en un peu plus de mille pages. Il s'agit, en effet, de rendre intelligible l'« aventure » de l'espèce humaine, à partir de ses caractéristiques propres. Plus précisément, l'objectif est de faire la synthèse des différentes descriptions auxquelles donnent lieu les traits formels des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nature-et-histoire/#i_2132

NERVEUX (SYSTÈME) - Neurogenèse et évolution

  • Écrit par 
  • Paul LAGET
  •  • 10 350 mots
  •  • 7 médias

L' évolution phylogénétique du système nerveux des métazoaires, évolution si remarquable par la croissante complexité d'organisation et de fonctionnement qui la caractérise, offre au naturaliste un champ d'étude à l'intérêt fascinant. Cependant, malgré l'emploi de techniques d'examen et d'expérimentation raffinées, faisant appel aux méthodes physico-chimiques, voire informatiques et statistiques, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nerveux-systeme-neurogenese-et-evolution/#i_2132

NOMENCLATURE BOTANIQUE RÈGLES INTERNATIONALES DE

  • Écrit par 
  • Jean-Marie PRUVOST-BEAURAIN
  •  • 9 944 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Noms d'espèces et de taxons infraspécifiques »  : […] Le nom d'une espèce est une combinaison binaire consistant en le nom du genre auquel elle appartient suivi par une épithète spécifique ayant la forme d'un adjectif ou d'un nom au génitif ou d'un mot en apposition. L'épithète spécifique doit être un seul mot, éventuellement composé de deux ou plusieurs parties agglutinées ou reliées par un ou des trait(s) d'union ; lorsqu'elle a la forme d'un adje […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regles-internationales-de-nomenclature-botanique/#i_2132

PALÉONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Édouard BOUREAU, 
  • Patrick DE WEVER, 
  • Jean PIVETEAU
  •  • 11 007 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les espèces disparues »  : […] Toutefois, une notion capitale manque pour que puisse se créer une paléontologie véritable : la notion d' espèce disparue, ou d'espèce perdue comme on disait alors. Le problème est de savoir si ces êtres organisés, dont les débris apparaissent partout, sont les analogues de ceux qui vivent aujourd'hui, soit sur les lieux mêmes où l'on trouve leurs restes, soit ailleurs. Buffon, dans la Théorie de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paleontologie/#i_2132

PHÉROMONES

  • Écrit par 
  • Charles DESCOINS
  •  • 5 573 mots

Le transfert d'informations par signaux chimiques entre individus d'espèces différentes ou entre individus de la même espèce est courant chez les êtres vivants. Cependant, on réserve le terme de « phéromone », du grec pherein (transporter) et hormân (exciter), aux signaux chimiques intervenant dans la communication intraspécifique. Il a été introduit en 1959 par Karlson et Lüsher, qui en ont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pheromones/#i_2132

PHYLOGÉNOMIQUE

  • Écrit par 
  • Gabriel GACHELIN
  •  • 3 010 mots
  •  • 1 média

La phylogénomique, définie à la fin des années 1990, vise à établir les filiations entre les différents groupes d'êtres vivants en s'appuyant sur les caractéristiques de leur patrimoine héréditaire respectif. Elle constitue ainsi la version la plus récente d'une démarche scientifique initiée dès la fin du xviii e  siècle. Les naturalistes sont passés progressivement de la classification des êtres […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phylogenomique/#i_2132

POLYMORPHISME, biologie

  • Écrit par 
  • Maxime LAMOTTE, 
  • Philippe L'HÉRITIER, 
  • Étienne PATIN, 
  • Lluis QUINTANA-MURCI
  •  • 11 326 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Formation des isolats »  : […] La plupart des espèces sont représentées, à chaque génération, par un nombre considérable d'individus. Il est cependant relativement exceptionnel que ceux-ci forment une population unique que l'on puisse considérer comme panmictique, même approximativement. Dans la situation la plus courante, l'espèce est fragmentée en un certain nombre de groupes ou isolats, au sein desquels reste plus ou moins […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/polymorphisme-biologie/#i_2132

PROTECTION DE LA NATURE - Mesures de conservation des espèces

  • Écrit par 
  • Robert BARBAULT
  •  • 8 846 mots
  •  • 5 médias

La mort des espèces, comme celle des individus, est un phénomène naturel, destinée inexorable. À partir de l'analyse des restes fossiles, les paléontologues estiment que la durée moyenne de vie des espèces est comprise entre 1 et 2 millions d'années pour les mammifères, et autour de 10 millions d'années pour les invertébrés terrestres ou marins. En outre, ils ont mis en relief cinq grandes crises […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/protection-de-la-nature-mesures-de-conservation-des-especes/#i_2132

REPRODUCTION, biologie

  • Écrit par 
  • Henri CAMEFORT, 
  • Jean GÉNERMONT, 
  • Didier LAVERGNE, 
  • Philippe L'HÉRITIER
  •  • 7 210 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « La transmission du patrimoine génétique chez les animaux »  : […] Les expériences de Boveri sur l'introduction de noyaux provenant d'oursins d'espèces différentes dans un tronçon énucléé d'œuf d'oursin d'une autre espèce (1889) ont bien montré que le nombre chromosomique ne suffisait pas à enclencher le développement, car celui-ci ne se produisait que si l'élément fécondant était compatible avec l'ovocyte récepteur. Autrement dit, la fécondation joue son rôle b […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/reproduction-biologie/#i_2132

SÉLECTION NATURELLE, biologie

  • Écrit par 
  • Bernard GODELLE
  •  • 1 305 mots

Dans le chapitre « La sélection naturelle après Darwin »  : […] La redécouverte des lois de l'hérédité mendélienne, au début du xx e  siècle, vient compléter le principal point faible du darwinisme en proposant un mécanisme de transmission des caractères. Le néo-darwinisme, ou théorie synthétique de l'évolution, qui inclut darwinisme et génétique, permet alors une formalisation mathématique des effets de la sélection naturelle. Avec cette nouvelle théorie, él […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/selection-naturelle-biologie/#i_2132

SPÉCIATION

  • Écrit par 
  • Jean GÉNERMONT
  •  • 3 250 mots
  •  • 3 médias

Au début du xx e  siècle, la conception d'un monde vivant en évolution ayant gagné la majorité des biologistes, un intérêt croissant se porta sur les mécanismes de l'évolution. La formalisation de la notion déjà ancienne de sélection naturelle à la lumière des connaissances nouvelles sur les lois de transmission des caractères héréditaires déboucha sur une théorie, plus tard nommée théorie synthét […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/speciation/#i_2132

STOC (Suivi temporel des oiseaux communs)

  • Écrit par 
  • Anne DOZIÈRES, 
  • Benoit FONTAINE
  •  • 1 959 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les indicateurs »  : […] Plus de deux cent soixante espèces ont été observées au moins une fois lors des suivis du programme STOC, mais seules cent quarante sont répertoriées avec des effectifs suffisants pour permettre des analyses statistiques des tendances de populations pour chacune de ces espèces. Les évolutions des populations calculées par groupes d’espèces – oiseaux spécialistes des habitats agricoles, urbains ou […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stoc-suivi-temporel-des-oiseaux-communs/#i_2132

SYSTÉMATIQUE PHYLOGÉNÉTIQUE

  • Écrit par 
  • Philippe JANVIER
  •  • 346 mots

En 1950, l'entomologiste allemand Willi Hennig (1913-1976) publie son Grundzüge einer Theorie der Phylogenetischen Systematik , ouvrage dans lequel il expose sa méthode d'utilisation des caractères morphologiques afin d'élucider les relations de parenté entre les espèces ou les groupes d'espèces (taxons). Il propose que les classifications biologiques soient strictement hiérarchiques, reflétant l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cladistique-systematique-phylogenetique/#i_2132

TRANSPORTS - Transports et environnement

  • Écrit par 
  • Michel BADRÉ
  •  • 6 798 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La biodiversité »  : […] Le déclin de la biodiversité est le deuxième impact global en termes de sensibilité, mesurée à l'importance des débats qu'il suscite. Le terme « biodiversité », apparu dans la littérature scientifique mondiale en 1986, est défini dans la convention mondiale sur la diversité biologique de 1992 comme « la variabilité des organismes vivants de toute origine, y compris, entre autres, les écosystèmes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/transports-transports-et-environnement/#i_2132

VAN VALEN LEIGH (1935-2010)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis HARTENBERGER
  •  • 887 mots

Élève du généticien et évolutionniste Theodosius Dobzhansky et du paléontologue George Gaylord Simpson, Leigh Van Valen « épousa » naturellement les disciplines de ses maîtres. C'est bien la seule preuve de conformisme dont on puisse l'accabler puisque toute sa vie ce scientifique a su faire montre, dans ses écrits et ses prises de position, d'une telle originalité créatrice qu'elle exaspéra en m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/leigh-van-valen/#i_2132

VARIATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jean GÉNERMONT
  •  • 9 369 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Variation entre espèces apparentées et critères de l'espèce »  : […] Selon la « définition biologique », qui sera retenue ici, deux espèces distinctes sont génétiquement inaptes à se croiser efficacement entre elles. Les caractères par lesquels diffèrent deux espèces apparentées peuvent participer ou non à la barrière d'isolement reproductif. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/variation-biologie/#i_2132

VÉGÉTAL - Phytosociologie

  • Écrit par 
  • Marcel GUINOCHET
  •  • 5 736 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Associations végétales »  : […] Il résulte de ce qui précède qu'une association végétale est définie par une liste d'espèces formée par la réunion de celles des individus d'association se ressemblant, à cet égard, plus entre eux qu'ils ne ressemblent aux autres, et différant des ensembles comparables par la possession d'au moins une espèce caractéristique, au sens qui en a été donné plus haut. Contrairement à ce que l'on croit t […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vegetal-phytosociologie/#i_2132

ZOOLOGIE (HISTOIRE DE LA)

  • Écrit par 
  • Valérie CHANSIGAUD
  •  • 9 222 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « De la classification linnéenne à l'anatomie comparée »  : […] La zoologie est profondément marquée par le système de classification des plantes mis au point par le Suédois Carl von Linné (1707-1778) . Cette méthode est jugée très vite révolutionnaire, car elle permet de caractériser facilement n'importe quel organisme grâce à quelques critères parfaitement définis. Selon le naturaliste britannique Oliver Goldsmith (1730 ?-1774), « un système d'histoire natur […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/zoologie-histoire-de-la/#i_2132

EUCARYOTES (CHROMOSOME DES)

  • Écrit par 
  • Denise ZICKLER
  •  • 7 716 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre «  Spécificité de la garniture chromosomique »  : […] Le cycle de reproduction de la plupart des espèces comporte une alternance régulière de deux phases. Durant la phase haploïde , souvent réduite chez les organismes supérieurs aux seules cellules sexuelles ou gamètes, le noyau contient un lot de chromosomes : par exemple n  = 4 chez la drosophile, n  = 13 chez le Coprin, n  = 10 chez le maïs, n  = 23 chez l'homme. Lors de la fécondation, quelles q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eucaryotes-chromosome-des/#i_2132

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean GAYON, « ESPÈCE, biologie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/espece-biologie/