ERTÉ ROMAIN DE TIRTOFF dit (1892-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Erté s'est illustré tour à tour dans la mode, le dessin, la lithographie, la réalisation de costumes pour les plus prestigieux théâtres et revues. Placée sous le signe de l'art déco, son œuvre, singulière dans l'inventivité de son graphisme, reflète parfaitement l'esthétique des années 1910-1930.

Erté

Erté

photographie

Le dessinateur, illustrateur et styliste Romain de Tirtoff, dit Erté (1892-1990). Photographie en noir et blanc, 1975. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

Première création

Romain de Tirtoff est né à Saint-Pétersbourg le 23 novembre 1892. Fils unique de Piotr Ivanovitch de Tirtoff, amiral de la Flotte, il passe une enfance dorée, perdu dans les derniers fastes de la Russie tsariste. Dans un livre de Mémoires publié à Londres en 1975, il laissera une peinture attendrie et tranquillement œdipienne de ce monde irréel, fondé sur la passion du code et du rituel, sur un formalisme aussi entier que devait l'être ensuite celui de son propre monde esthétique. Il s'y attarde sur la figure centrale de son existence : celle d'une mère à l'élégance raffinée dont on ne s'est pas privé de reconnaître d'infinies interprétations dans les images de femmes fatales et sinueuses, qu'il égrena tout au long du siècle.

À cinq ans, il dessine sa première robe du soir pour sa mère ; à sept, après avoir vu son premier ballet, il invente une scénographie en se servant, en guise de danseurs, de bouteilles vides habillées de tissu. Déjà est évidente l'incroyable indifférence du personnage aux contingences de l'ordinaire, sa capacité à vivre dans un monde entièrement chiffré, consacré au vertige de l'illusion et du cosmétique. Et il attribue, sans douter un instant de la légitimité de cette relation de cause à effet, l'aspect si singulier de sa stylistique à ses visites des collections de vases grecs et de miniatures persanes de l'Ermitage, aussi bien qu'à une fascination enfantine pour les rites immobiles de l'Église orthodoxe et pour les revues de mode russes et parisiennes que feuilletait sa mère.

Après un passage, que l'on imagine houleux, dans un collège privé et des études cependant menées à bien, il persuade son père de le laisser partir pour Paris, [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : écrivain, directeur des éditions Le Promeneur et Thames & Hudson

Classification


Autres références

«  ERTÉ ROMAIN DE TIRTOFF dit (1892-1990)  » est également traité dans :

HARPER'S BAZAAR

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 849 mots
  •  • 1 média

Célèbre magazine de mode américain, Harper's Bazaar a été associé pour le public au prestige de son principal propriétaire, le magnat de la presse William Randolph Hearst (1863-1951 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harper-s-bazaar/#i_94051

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick MAURIES, « ERTÉ ROMAIN DE TIRTOFF dit (1892-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/erte/