POIRET PAUL (1879-1944)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grand rénovateur de la mode, et de la conception même du rôle de couturier, Paul Poiret a connu une carrière contrastée. Au cours de sa formation au rayon des manteaux et des costumes tailleurs chez le grand couturier Jacques Doucet, de 1898 à 1900, il s'est familiarisé avec les impératifs structurels de la création d'un vêtement ; plongé, lors de son passage chez Worth, de 1901 à 1903, dans l'atmosphère un peu étriquée d'une maison de couture attachée à des traditions périmées, Poiret fait déjà scandale avec ses robes simples ou avec tel manteau « chinois » composé d'un panneau de drap de laine simplement replié, baptisé Confucius.

Ayant créé son salon de couture en 1903, le jeune couturier respecte d'abord la silhouette féminine en vogue, charpentée par le corset qui, étranglant la taille et remontant la poitrine, projette le buste en avant et rejette la croupe en arrière. C'est à partir de 1906 qu'il conçoit une première formule révolutionnaire : la robe portée sans corset, qui exige de la femme une sveltesse naturelle. Les recherches de Paul Poiret dans ce domaine sont à rapprocher des démarches de Fortuny qui crée alors les fluides robes « Delphos », et d'Isadora Duncan qui porte de souples tuniques néo-grecques. Pour Poiret, la robe, dont la taille est remontée sous la poitrine, se construit désormais sur un large ruban de gros-grain simplement baleiné, ajusté au torse féminin. À cette modification structurelle, Poiret ajoute d'autres innovations : épris de chromatismes vifs, acides, il réintroduit le violet, le bleu roi, l'orange, le vert pomme, le rouge vif ; il accorde sa prédilection à une silhouette de femme filiforme et enturbannée qui évoque, dans un premier temps, une « merveilleuse » du Directoire, puis une sultane langoureuse quand l'influence des Ballets russes met l'orientalisme à la mode.

Dans son nouveau salon de couture (1909), établi dans un hôtel particulier et doté d'un jardin vite devenu célèbre, Paul Poiret donne en 1911 une fête mémorable, la Mille et Deuxième Nuit : tous les invités sont cost [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  POIRET PAUL (1879-1944)  » est également traité dans :

ROBE SANS CORSET (P. Poiret)

  • Écrit par 
  • Farid CHENOUNE
  •  • 204 mots

Vers 1907, à Paris, Paul Poiret innove en montant ses robes d'inspiration Directoire, à la taille sous les seins, sur une haute ceinture intérieure, un gros-grain légèrement baleiné, qui évite de porter un corset tout en tenant le vêtement en place. Cette innovation fera date. Ce geste abolitionniste (dont Poiret se proclamera après coup le héros) est la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robe-sans-corset/#i_84328

DOUCET JACQUES (1853-1929)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 1 107 mots

À la fois couturier et mécène, Jacques Doucet a témoigné à travers sa carrière de la fusion nouvelle entre la mode et les courants esthétiques et littéraires de la Belle Époque. Héritier du magasin familial à l'adresse déjà renommée, 21, rue de la Paix, qui se partageait entre la boutique de lingeries et dentelles de sa mère et le commerce de chemiserie dirigé par son père, il incarne la troisième […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-doucet/#i_84328

ERTÉ ROMAIN DE TIRTOFF dit (1892-1990)

  • Écrit par 
  • Patrick MAURIES
  • , Universalis
  •  • 1 429 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Première création »  : […] Romain de Tirtoff est né à Saint-Pétersbourg le 23 novembre 1892. Fils unique de Piotr Ivanovitch de Tirtoff, amiral de la Flotte, il passe une enfance dorée, perdu dans les derniers fastes de la Russie tsariste. Dans un livre de Mémoires publié à Londres en 1975, il laissera une peinture attendrie et tranquillement œdipienne de ce monde irréel, fondé sur la passion du code e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erte/#i_84328

LEPAPE GEORGES (1887-1971)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 1 071 mots

Célèbre pour ses illustrations réalisées pour Poiret et pour La Gazette du bon ton , Georges Lepape fut également professeur. Fils d'un ingénieur constructeur d'automobiles, Georges Lepape, souffrant dans son enfance d'une arthrite à la cheville, est encouragé à dessiner et à peindre. En 1902, il entre à l'atelier Humbert, où ses condisciples s'appellent Georges Braque, Marie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/georges-lepape/#i_84328

MARTY ANDRÉ ÉDOUARD (1882-1974)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 806 mots

Les dessins d'André Marty, petit maître de l'illustration de mode, appartiennent à l'esthétique Art déco, mais sa vision personnelle, appliquée et pleine de bienveillance pour les jolies femmes et les enfants élégants, fait de lui un artiste très attachant. Son sens inné de la mesure et du bon ton l'oppose aux excès stylistiques et aux sophistications érotiques d'un Barbier ou d'un Erté, ses conte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-edouard-marty/#i_84328

MODE - Le phénomène et son évolution

  • Écrit par 
  • Valérie GUILLAUME
  •  • 11 182 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Le théâtre et le ballet »  : […] Avant l'acteur Talma, considéré comme le réformateur du costume de théâtre à la fin du xviii e  siècle, parce qu'il en exigeait une vraisemblance historique rigoureuse, les acteurs apparaissaient sur scène portant leurs vêtements de ville. Au xix e  siècle, on « voit se développer un souci de reco […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mode-le-phenomene-et-son-evolution/#i_84328

PIGUET ROBERT (1898-1953)

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 569 mots
  •  • 1 média

Né dans une famille de banquiers, à Yverdon, dans le canton de Vaud (Suisse), Robert Piguet manifeste très tôt une vocation pour la création de mode, qui bénéficie des encouragements de sa famille. Après avoir dessiné des chaussures pour la firme suisse Bally, il crée des dessins textiles selon la méthode du batik, et propose à Jeanne Lanvin des vêtements ainsi conçus. Profitant de l'appui financi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/robert-piguet/#i_84328

STYLE 1925

  • Écrit par 
  • Yvonne BRUNHAMMER
  •  • 4 659 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « France »  : […] Consacré à l'occasion de l'exposition de 1925, le mouvement traditionaliste recrute ses adeptes parmi les jeunes décorateurs qui rejettent violemment le style 1900. Au salon de 1912, le peintre André Mare présente avec un groupe d'amis peintres – Marie Laurencin, La Fresnaye, Jacques Villon, Desvallières – la Maison cubiste, qui n'a guère de cubiste que le nom. Derrière la façade conçue par Raymo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/style-1925/#i_84328

TAPIS MODERNES ET CONTEMPORAINS

  • Écrit par 
  • Valérie GLOMET, 
  • Michèle HENG
  •  • 4 844 mots

Dans le chapitre « 1925 et les différentes tendances du style Art déco »  : […] Contrairement à l'Exposition de 1900, l'Exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de 1925 fut le témoin d'un puissant renouveau dans l'art du tapis. On peut dégager deux grands courants au sein d'une production foisonnante : un style fleuri pratiqué par les décorateurs et une tendance géométrisante plus épurée issue du cubisme. L'intérêt de créateurs venus d'horizons tr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapis-modernes-et-contemporains/#i_84328

WORTH LES

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 930 mots
  •  • 2 médias

Dans la famille Worth, qui est à l'origine d'une célèbre maison de haute couture parisienne, trois générations ont compté : le fondateur Charles Frédéric Worth (1825-1895) , ses fils, Gaston (1853-1924) et Jean Philippe (1856-1926), et les enfants de Gaston, Jean Charles (1881-1962) et Jacques (1882-1941). Charles Frédéric Worth, né en Angleterre dans le Lincolnshire, arrive à Paris à l'âge de vin […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-worth/#i_84328

Pour citer l’article

Guillaume GARNIER, « POIRET PAUL - (1879-1944) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/paul-poiret/