ERTÉ ROMAIN DE TIRTOFF dit (1892-1990)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Un lyrisme précieux

Erté naît véritablement dans ces années-là, et signe en 1915 un contrat avec Harper's Bazaar, auquel il restera fidèle pendant plus de vingt ans, devenant rapidement une autorité pour l'élégante du Middle West, au point d'être une sorte de styliste avant la lettre. Ces compositions complexes, ces femmes-fleurs, femmes-oiseaux, sultanes ou déesses font régulièrement la couverture, en couleurs, du magazine. Il déborde d'invention, et les modèles dont il suggère, de dessin en dessin, l'exécution à ses lectrices illustrent autant de trouvailles, saisissantes encore aujourd'hui : ceintures en forme de chaussure, peignes-colliers, éventails - faces-à-main, lunettes-libellules, parapluies à rideaux, sacs en forme de masque, etc. C'est un univers entièrement régi par le coq-à-l'âne, par des calembours formels, comme si le dessin de l'objet ou du vêtement vivait d'une logique propre, engendrait, par le jeu de perpétuelles métaphores et métonymies, d'autres formes, d'autres réalités.

Parallèlement, Erté travaille pour le théâtre, habille les grands chanteurs de l'époque – de Gaby Deslys à Maurice Chevalier – aussi bien que les vedettes des comédies musicales anglo-saxonnes. Il réalise les costumes, aux ornements et bijoux omniprésents, destinés à Le Fond de la mer (1919) aux Folies-Bergères, à la demande de son directeur, Paul Derval. Le succès entraîne d'autres commandes au style exotique, Conte indou (1922), Les Idoles (1924), Les Trésors de l'Indochine (1924)... Il invente pour les music-halls américains, tels les spectacles de revues George White's Scandals, de 1922 et 1929 à New York, les décors les plus extravagants : « rideaux vivants » de girls couvertes d'or et de hautes plumes, « costumes collectifs » portés par plusieurs danseurs à la fois, des tableaux dont certains ne nécessitent pas moins de sept kilomètres et demi de lamé or ; extravagances auxquelles le krach de 1929 viendra mettre fin.

Cecil B. de Mille, puis Randolph Hearst et Louis B. Mayer lui proposent, en 1925, de travailler pour Hollywood ; ce qu [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : écrivain, directeur des éditions Le Promeneur et Thames &Hudson

Classification


Autres références

«  ERTÉ ROMAIN DE TIRTOFF dit (1892-1990)  » est également traité dans :

HARPER'S BAZAAR

  • Écrit par 
  • Guillaume GARNIER
  •  • 848 mots
  •  • 1 média

Célèbre magazine de mode américain, Harper's Bazaar a été associé pour le public au prestige de son principal propriétaire, le magnat de la presse William Randolph Hearst (1863-1951). Créé en 1868 par les frères Harper, le magazine Harper's Bazar (qui ne gagnera son deuxième « a » que plus tard) a pour vocation, dès l'origine, d'offrir très objectiveme […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/harper-s-bazaar/#i_94051

Voir aussi

Pour citer l’article

Patrick MAURIES, « ERTÉ ROMAIN DE TIRTOFF dit (1892-1990) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/erte/