ÉCONOMIE MONDIALE2021 : rebond, fractures sanitaires et fractures économiques

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après la récession quasi générale de 2020 en raison de la crise sanitaire due à la Covid-19, à l’exception notable de la Chine, 2021 est l’année d’un rebond économique inégal, la pandémie ayant elle-même connu des répliques variées selon les pays et les périodes de l’année. La croissance mondiale s’établit à 5,9 %, après une baisse de 3,1 % en 2020. La propagation du virus, et de ses variants plus transmissibles et plus dangereux, fait sentir ses effets : mesures de confinement et de déconfinement qui affectent la mobilité, l’activité et la consommation ; campagnes de vaccination afin de réduire la circulation du virus et les hospitalisations ; politiques de soutien des revenus des ménages et de l’activité des entreprises.

Croissance du PIB mondial (2019-2021)

Tableau : Croissance du PIB mondial (2019-2021)

Les pays émergents d'Asie, dont la croissance avait été la moins affectée par la pandémie de Covid-19 en 2020 (à part l'Inde), sont aussi ceux qui ont le plus rebondi en 2021 (source : FMI World Economic Outlook, oct. 2021).   

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Le plus souvent, c’est la même ligne de fracture qui distingue les pays : d’une part en fonction du degré de protection face à la pandémie – dans les pays avancés, plus de 60  % de la population est entièrement vaccinée à la fin de 2021, alors que le taux est inférieur à 10 % dans les pays à faible revenu –, et d’autre part, en fonction de leur capacité à mettre en place des politiques de soutien de la production et des revenus. La diversité des trajectoires souligne le profond fossé qui s’est creusé entre les nations. Les pays développés ont pu mieux juguler la pandémie et trouvé des ressources pour soutenir l’économie. Les autres sont confrontés à la combinaison d’un manque de moyens sanitaires et d’une impossibilité financière pour protéger les revenus de leur population et assurer la survie des entreprises. Actualisant les prévisions de trajectoires économiques effectuées avant la crise, les économistes du FMI mesurent son impact sur la production : en 2024, la production au niveau du monde devrait être inférieure de 2,9 % au niveau prévu avant la pandémie ; cette baisse serait de 5,5 % pour les pays émergents et en développement (hors Chine) et de 6,7 % pour les pays en développement à faible revenu. En revanche, pour les pays avancés, il s’agirait d’une hausse de 0,9 %, ce qui montre que, non seulement les inégalités entre les deux groupes de pays se sont creusées, mais que, de surcroît, les pays avancés tireraient un avantage du rebond postpandémique.

Une vague d’appauvrissement envahit donc une partie de la planète, de façon particulièrement aiguë pour certaines zones. Le constat de la Banque mondiale est alarmant : si pendant près de vingt-cinq ans, l'extrême pauvreté n'a cessé de reculer, aujourd’hui, pour la première fois en une génération, elle regagne du terrain. Le taux mondial d'extrême pauvreté a augmenté en 2020 du fait de la pandémie et environ 100 millions de personnes supplémentaires vivent désormais dans la pauvreté. De plus, pour les pays les plus fragiles, la catastrophe sanitaire se conjugue généralement avec une vulnérabilité climatique et une précarité politique, en raison des conflits qui les minent.

Dans ce contexte, la Chine fait toujours figure d’exception. Seul pays à ne pas avoir connu de baisse d’activité en 2020, elle poursuit sa route vers la place de première économie mondiale. Ce cas particulier, ainsi que la Russie et le Brésil, toujours très dépendants de leurs exportations de matières premières, rendent le concept de « BRICS » obsolète, en tout cas sur le plan économique, comme le reconnaît son inventeur, l’économiste britannique Jim O’Neill. Une nouvelle configuration mondiale se dessine, fragmentée en trois ensembles :

– le monde des pays avancés, avec, à leur tête les États-Unis, qui ont globalement jusqu’ici surmonté les effets les plus graves de la pandémie et profitent même de la crise pour opérer des investissements colossaux qui ne figuraient pas dans les agendas ;

– la Chine, un « deuxième monde » qui réalise ses rêves de puissance économique et politique ;

– un « troisième monde », dans lequel la pauvreté s’accroît rapidement et qui rassemble notamment trois anciens BRICS (la Russie, le Brésil et l’Inde) et le continent africain.

Au-delà de ces grandes disparités, l’économie mondiale dans son ensemble est frappée par des pénuries provoquées par des ruptures d’approvisionnement. Le rebond de l’activité s’inscrit dans un contexte où l’offre, marquée par la mondialisation des chaînes d’approvisionnement, subit d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

Médias de l’article

Croissance du PIB mondial (2019-2021)

Croissance du PIB mondial (2019-2021)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Port de Long Beach, près de Los Angeles

Port de Long Beach, près de Los Angeles
Crédits : Qian Weizhong/ Visual China Group/ Getty Images

photographie

Prix à la consommation dans le monde (2019-2021)

Prix à la consommation dans le monde (2019-2021)
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Complexe immobilier Evergrande Mingdu à Huai’an, Chine

Complexe immobilier Evergrande Mingdu à Huai’an, Chine
Crédits : Zhao Qirui/ Costfoto/ Barcroft Media/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  ÉCONOMIE MONDIALE, depuis 1990  » est également traité dans :

ÉCONOMIE MONDIALE - 2020 : l'effondrement économique, sombre corollaire de la crise sanitaire

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 5 366 mots
  •  • 3 médias

L’année 2020 est marquée par un terrible choc : la pandémie de Covid-19, qui répand la maladie et la mort et qui, au niveau économique, engendre crises profondes et incertitude. Elle est rythmée par les fluctuations de l’épidémie et les à-coups des décisions politiques. La plupart des pays ont ainsi connu un stop-and- […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2019 : entraves à la croissance, recul de la mondialisation

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 921 mots
  •  • 5 médias

L'année 2019 se caractérise par un essoufflement de la croissance mondiale, accentué par une montée du protectionnisme et atténué par des conditions de financement exceptionnellement favorables. En passant de 3,6 à 3 p. 100, la croissance de l’économie mondiale enregistre son niveau le plus faible depuis la crise de 2008-2009. Le fléchissement est qu […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2018 : croissance, restrictions commerciales et argent plus cher

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 4 040 mots
  •  • 7 médias

En termes de croissance, l’année 2018 semble une simple réplique de l’année précédente : la croissance mondiale du produit intérieur brut (PIB) reste à 3,7 p. 100, celle des pays avancés se maintient à 2,4 p. 100 et celle des pays en voie de développement et émergents (ou « pays du Sud »), à 4,7 p. 100. Pourtant, un certain nombre de changements affectent l’économie mondiale, qui pourraient faire […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2017 : expansion, inégalités, fragilités

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 863 mots
  •  • 6 médias

La croissance mondiale s’est nettement accélérée en 2017, passant de 3,2 à 3,6 p. 100 par rapport à 2016, poussée par des taux d’intérêt faibles, un progrès des profits et des investissements, ainsi que par une hausse des prix des matières premières. Une grande partie des pays est concernée. Les pays avancés connaissent, certes, une croissance inférieure à la c […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2016 : dynamisme asiatique et replis nationaux

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre FAUGÈRE
  •  • 3 422 mots
  •  • 7 médias

L’année 2016 est marquée, sur le plan économique, par une tendance de plusieurs pays au repli sur eux-mêmes. La comparaison entre la croissance de la production mondiale et la croissance du commerce mondial est lourde de signification. En 2014, le commerce mondial progressait de 3,9 p. 100, donc plus rapidement que la production (3,4 p. 100), mais en 2015 e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2015 : entre reprise et crise des matières premières

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 292 mots
  •  • 7 médias

En 2015, le prix du pétrole est resté très bas. Deux facteurs ont concouru à la pérennité de cet état de fait important pour l’économie de la planète : la surabondance de l’offre – alimentée par la guerre des prix que se livrent les pays de l’O.P.E.P. et les États-Unis, producteurs de pétrole et de gaz de schiste –, ainsi que l’essoufflement de la demande, provoqué par le ralentissement de l’écono […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2014 : nouvelle répartition de l'activité

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 449 mots
  •  • 4 médias

En 2014, la croissance de l'activité économique mondiale se situe à peu près au même niveau qu’en 2013, à 3,3 p. 100. Géographiquement, elle se répartit cependant de manière différente. Elle est plus forte dans les pays avancés, en raison de la reprise modérée de la croissance dans la zone euro et de la croissance toujours dynamique des États-Unis, et ce malgré […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2013 : une croissance mondiale apathique

  • Écrit par 
  • Axel MARMOTTANT
  •  • 3 275 mots
  •  • 5 médias

En 2013, l’activité mondiale subit encore les conséquences de la crise financière. Bridée par le désendettement en cours, elle semble condamnée à avancer à un rythme lent. Embarrassés par la crise de la dette souveraine, notamment aux États-Unis et dans la zone euro, les gouvernements ont réduit leurs dépenses, et le secteur privé a dans l’ensemble diminué ses […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2012 : le monde dans la crise

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 278 mots
  •  • 4 médias

L'économie mondiale a dû affronter des vents contraires de plus en plus violents en 2012. L'année a été marquée par la poursuite de la crise des dettes souveraines, particulièrement dans la zone euro, et par une forte progression du chômage dans de nombreux pays développés. Victime de ce contexte, la croissance mondiale s'e […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2011 : une année de tourmente

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 085 mots
  •  • 4 médias

Après une embellie relative en 2010, l'économie mondiale a pénétré en 2011 dans une zone de fortes turbulences financières. L'année a été marquée par le déferlement de la crise de la dette dans la zone euro, caractérisée par la fin de la confiance des investisseurs dans les titres obligataires des États. Dans ce contexte, la croissance mondiale s'est établie à […] Lire la suite

ÉCONOMIE MONDIALE - 2010 : entre rigueur et relance économiques

  • Écrit par 
  • Nicolas SAGNES
  •  • 3 102 mots
  •  • 5 médias

L'année 2010 a pris quelque distance avec la tornade financière des années 2008 et 2009. L'économie mondiale est sortie de récession pour entamer une reprise, dans un contexte de croissance des échanges mondiaux après une contraction historique l'année précédente. La Chine s'est trouvée au cœur de cette reprise, en venant alimenter les importations de la p […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Pierre FAUGÈRE, « ÉCONOMIE MONDIALE - 2021 : rebond, fractures sanitaires et fractures économiques », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/economie-mondiale-2021-rebond-fractures-sanitaires-et-fractures-economiques/