LEVASSOR ÉMILE (1843-1897)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ingénieur en mécanique, le Français Émile Levassor, associé de René Panhard, a joué un rôle important dans l’histoire de l’automobile.

Émile Constant Levassor naît le 21 janvier 1843 à Marolles-en-Hurepoix (Essonne) dans une famille d’agriculteurs. Il poursuit des études à l’École centrale de Paris, où il rencontre René Panhard. Devenu ingénieur, il part d’abord en Belgique pour travailler au sein de la société métallurgique John Cockerill à Seraing. Puis, il revient à Paris et intègre les Forges et Ateliers Durenne à Courbevoie (Hauts-de-Seine). En 1872, il s’associe avec René Panhard dans la société de production de machines à bois Périn-Panhard. En 1886, au décès de Jean-Louis Périn, la société prend le nom de Panhard & Levassor, puis en 1897, elle devient la Société anonyme des anciens établissements Panhard & Levassor. L’apport d’Émile Levassor à cette nouvelle industrie a été considérable à plusieurs titres. Tout d’abord, par son mariage avec la veuve d’Édouard Sarazin – il n’aura pas d’enfant de cette union –, il a bénéficié de l’usage exclusif en France de la licence de fabrication des moteurs Deutz AG puis Daimler. Surtout, certains choix techniques, optimisés pour l’époque et encore utilisés de nos jours, comme le placement du moteur en position avant, ainsi que la conception d’une boîte de vitesse originale, lui sont directement imputables.

Travailleur acharné, Émile Levassor participe également aux premières courses automobiles de l’époque, ce qui lui permet de tester les modèles et les innovations qu’il développe avec René Panhard. Il remporte, en 1895, avec son mécanicien Charles d’Hostingue, à bord d’une voiture biplace, la course Paris-Bordeaux-Paris en 48 h 47 min, soit une vitesse moyenne de 24,6 km/h. Les retombées de cette victoire sont énormes, assurant la notoriété des automobiles Panhard & Levassor. Un monument en pierre sera inauguré en novembre 1907, porte Maillot, à l’orée du bois de Boulogne, rendant hommage à Émile Levassor et à cette époque des débuts de l’automobilisme. Il représente celui-ci à bord de son bolide lors de sa victoire de 1895.

Monument érigé en hommage à Émile Levassor

Monument érigé en hommage à Émile Levassor

photographie

Détail du monument inauguré à Paris (porte Maillot), en 1907, en l'honneur d'Émile Levassor. Peu entretenue et reléguée dans l'anonymat d'un square parisien (Alexandre-et-René-Parodi) du XVIe arrondissement, cette sculpture en pierre, réalisée par Camille Lefèvre d'après une esquisse... 

Crédits : M. Flonneau

Afficher

Blessé lors de la course Paris-Marseille en 1896, il ne s’est jamais vraiment rétabli. Il meurt le 18 avril 1897 à Paris alors qu’il a cinquante-quatre ans. À Marolles-en-Hurepoix, son lieu de naissance, subsiste encore aujourd’hui une implantation industrielle de construction de véhicules militaires qui est affiliée au groupe historique.

—  Mathieu FLONNEAU

Écrit par :

  • : enseignant-chercheur, maître de conférences en histoire contemporaine, université Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification


Autres références

«  LEVASSOR ÉMILE (1843-1897)  » est également traité dans :

PANHARD & LEVASSOR

  • Écrit par 
  • Mathieu FLONNEAU
  •  • 1 202 mots
  •  • 2 médias

Société française de construction d’automobiles, Panhard & Levassor – qui doit son nom à ses deux associés René Panhard (1841-1908) et Émile Levassor (1843-1897) – a marqué les débuts de l’industrie automobile. Fondée en 1886, cette marque est passée sous le contrôle total de Citroën en 1965. Cette même année, lors du traditionnel Salon de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/panhard-et-levassor/#i_19468

AUTOMOBILE - Histoire

  • Écrit par 
  • Alfred MOUSTACCHI
  •  • 5 990 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre «  Le succès du moteur à explosion »  : […] Daimler et Benz, ayant chacun de son côté mis au point des moteurs légers et fiables, ne peuvent, faute de moyens financiers, en équiper des voitures de petites séries. C'est au constructeur de cycles Émile Levassor qu'il reviendra d'utiliser, le premier, à partir de 1888 et en série, sur des tricycles, des moteurs Benz puis Daimler […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/automobile-histoire/#i_19468

AUTOMOBILISME

  • Écrit par 
  • Mathieu FLONNEAU
  •  • 6 055 mots

Dans le chapitre « Promotion du tourisme et de la compétition »  : […] de caractéristiques techniques, exaltées par d'authentiques exploits humains. Figure princeps de cette nouvelle mythologie, Émile Levassor, vainqueur le 13 juin 1895 de la première course automobile, a droit à un véritable triomphe ! Il avait piloté quarante-huit heures durant sa biplace Panhard-Levassor no 5 à près de 24 km/h de moyenne, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/automobilisme/#i_19468

DAIMLER GOTTLIEB (1834-1900)

  • Écrit par 
  • Jacques MÉRAND
  •  • 340 mots
  •  • 1 média

Mais, pour Daimler, l'événement décisif sera la victoire retentissante remportée en 1895 par Levassor, associé de Panhard, lors de la première course d'automobiles sur longue distance, Paris-Bordeaux-Paris. Levassor boucle le circuit en 48 h 47 min, devançant de 42 heures la seule des voitures à vapeur qui parviendra au but. La supériorité du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gottlieb-daimler/#i_19468

PANHARD RENÉ (1841-1908)

  • Écrit par 
  • Mathieu FLONNEAU
  •  • 436 mots
  •  • 1 média

avait acquis une confortable fortune après s’être lancé dans la carrosserie, la vente et la location de voitures hippomobiles. René Panhard fait de brillantes études à l’École centrale de Paris, où il rencontre Émile Levassor. Il sera d’ailleurs particulièrement représentatif de l’élite technicienne des « ingénieurs à la française » centraliens […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rene-panhard/#i_19468

Pour citer l’article

Mathieu FLONNEAU, « LEVASSOR ÉMILE - (1843-1897) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-levassor/