BOREL ÉMILE (1871-1956)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Grand mathématicien, mais aussi homme politique et philosophe, Émile Borel laisse une œuvre scientifique très variée. Son talent s'exprime dans l'art d'ouvrir des voies nouvelles, d'y faire des premiers pas, assez importants pour attirer l'attention de nombreux chercheurs et les inciter à s'y engager à leur tour. Les recherches de Borel se sont déroulées successivement dans deux domaines différents : jusqu'à la Première Guerre mondiale, il s'intéresse surtout à la théorie des fonctions ; les problèmes scientifiques posés par la guerre l'amenèrent, pendant la seconde partie de sa vie, à s'intéresser au calcul des probabilités et à la physique mathématique. Toutefois, le passage d'un domaine à l'autre a été graduel.

Un homme d'action

Né à Saint-Affrique (Aveyron), reçu à dix-huit ans premier à la fois à l'École polytechnique et à l'École normale supérieure, Émile Borel opte pour cette dernière qui lui permettait mieux de se livrer à la recherche fondamentale. Il y rencontre le mathématicien Paul Appel, dont il épousera la fille. Les relations de Borel et de sa femme avec les milieux scientifiques et universitaires les amenaient à connaître et à fréquenter l'intelligentsia de l'époque : c'est ainsi qu'il déjeuna régulièrement, pendant plusieurs années, en tête à tête avec Paul Valéry, pour parler de mathématiques ; d'autre part, l'amitié de Borel avec le mathématicien Paul Painlevé, futur président du Conseil, contribua à l'orienter vers la politique.

Entré à vingt-deux ans dans l'enseignement supérieur, Borel fut nommé maître de conférences à l'École normale à vingt-six ans, puis professeur titulaire de la chaire de théorie des fonctions à la Sorbonne ; il allait la quitter pour occuper, à partir de 1919, la chaire de calcul des probabilités et de physique mathématique. La carrière d'Émile Borel fut comblée d'honneurs : couronné à plusieurs reprises par l'Académie des sciences, il y est élu en 1921 ; membre de nombreuses académies étrangères, il reçoit en 1955, la première fois qu'elle est décernée, la médaille d'or du Centre national de la recherche scientifique.

De bonne heure, Borel s'est intéressé à la politique et particulièrement aux questions sociales. Élu député de l'Aveyron en 1924, il siégera au Parlement pendant douze ans et sera même ministre de la Marine pendant les quelques mois que durera un cabinet présidé par Painlevé ; c'est en grande partie grâce à son action que fut fondé, en 1928, l'institut Henri-Poincaré, consacré à la recherche et à l'enseignement dans le domaine des mathématiques pures et appliquées. Emprisonné un mois à Fresnes en 1941, il gagna ensuite l'Aveyron où il participa, malgré son grand âge, à la Résistance. Borel s'éteignit à Paris le 3 février 1956.

L'activité scientifique d'Émile Borel fut considérable : plus de trois cents publications, dont trente-cinq livres. Après sa thèse, soutenue en 1893, son premier et célèbre ouvrage, Leçons sur la théorie des fonctions, date de 1898. En 1904, Borel fonde, chez Gauthier-Villars, la « Collection de monographies sur la théorie des fonctions » ; cette collection, qui atteignit le nombre de cinquante volumes, dont dix de Borel, allait constituer pendant vingt-cinq ans, grâce à la collaboration des mathématiciens les plus éminents, une véritable encyclopédie vivante des connaissances mathématiques. Dans le même esprit, Borel prolongea quelques années plus tard son Traité de calcul des probabilités par une « Collection de monographies sur le calcul des probabilités » ; le second fascicule de cette série, La Théorie mathématique du bridge, a été écrit par Borel en collaboration avec un spécialiste du bridge. En fondant la « Bibliothèque d'éducation par la science », Borel voulut rassembler des ouvrages de vulgarisation de haute qualité scientifique ; parmi les volumes dus à Borel, Algèbre et géométrie du second degré est de niveau élémentaire, alors que ses Éléments de la théorie des ensembles s'adressent à un public plus averti. Borel écrivit aussi d'autres ouvrages de vulgarisation : Le Jeu, la science et les théories scientifiques modernes  ; L'Évolution de la mécanique  ; Valeur pratique et philosophie des probabilités.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur honoraire à la faculté des sciences de Paris.

Classification

Autres références

«  BOREL ÉMILE (1871-1956)  » est également traité dans :

ERGODIQUE THÉORIE

  • Écrit par 
  • Antoine BRUNEL
  •  • 3 359 mots

Dans le chapitre « Les théorèmes de G. D. Birkhoff et de J. von Neumann »  : […] On va maintenant formaliser le problème ergodique. On se donne un espace compact Ω et une mesure de Radon positive m sur Ω (cf. intégration et mesure  ; on peut se placer dans des situations plus générales, mais on n'a pas jugé utile de le faire ici), qui est aussi une probabilité m (Ω) = 1 (cf.  calcul des probabilités ). On se donne aussi une transformation mesurable θ : Ω → Ω et on suppose que […] Lire la suite

FONCTIONS REPRÉSENTATION & APPROXIMATION DES

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT, 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 19 540 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Séries entières »  : […] La somme d'une série entière de rayon de convergence R est une fonction indéfiniment différentiable dans son disque de convergence, et les dérivées successives à l'origine sont données par la formule de Taylor. Inversement, dans de nombreux problèmes, il est utile de représenter une fonction f de classe C∞ par sa série de Taylor. Mais ici la situation est très différente selon qu'on se place sur […] Lire la suite

GÉOMÉTRIE ALGÉBRIQUE

  • Écrit par 
  • Christian HOUZEL
  •  • 13 075 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Groupes algébriques »  : […] On appelle groupe algébrique une variété algébrique G munie d'un morphisme m  : G × G → G tel que pour toute variété algébrique T, l'application ( u ,  v ) ↦  m  ∘ ( u ,  v ) soit une loi de groupe sur l'ensemble G(T) des morphismes de T dans G ; si T est une variété affine, d'algèbre A, on écrit souvent G(A) au lieu de G(T) ; par exemple si T est la variété réduite à un point avec l'algèbre k , G […] Lire la suite

HASARD

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 6 802 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La théorie des jeux »  : […] Jusqu'ici, le hasard est apparu comme étroitement lié aux aléas extérieurs, qu'on peut ranger, schématiquement, en deux classes : l'incertitude relative aux événements naturels ou non intentionnels et l'incertitude qui résulte de l'impossibilité de prévoir la conduite d'autrui . Les jeux fournissent une illustration très simple de ces deux cas : dans une loterie, le résultat dépend du mouvement […] Lire la suite

NUMÉRIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 5 702 mots

Dans le chapitre « Développements asymptotiques »  : […] Dès la fin du xvii e siècle se pose le problème de l'évaluation des restes des séries convergentes et des sommes partielles des séries divergentes. Le premier cas se présente lors du calcul des sommes de séries convergeant lentement, telles que les séries de termes généraux 1/ n 2 et 1/ n 3 . Le second cas apparaît à propos de l'étude de la série harmonique de terme général 1/ n et du calcul de […] Lire la suite

PROBABILITÉS CALCUL DES

  • Écrit par 
  • Daniel DUGUÉ
  •  • 12 212 mots
  •  • 6 médias

Le calcul des probabilités est certainement l'une des branches les plus récentes des mathématiques, bien qu'il ait en fait trois siècles et demi d'existence. Après s'être cantonné dans l'étude des jeux de hasard, il s'est introduit dans presque toutes les branches de l'activité scientifique, aussi bien dans l'analyse (théorie du potentiel), l'économie, la génétique (lois de Mendel), la physique c […] Lire la suite

STRATÉGIE ET TACTIQUE

  • Écrit par 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 3 632 mots

Dans le chapitre « Le vocabulaire mathématique »  : […] L 'histoire de l'analyse des jeux de société montre que, de Nicolas Bernoulli et Pierre Rémond de Montmort (début du xviii e  s.) à Émile Borel (1921-1924), les mathématiciens qui ont réfléchi sur les jeux où intervient l'habileté des joueurs ont été persuadés que les mathématiques laissaient échapper un élément déterminant, la finesse du joueur, dont dépendait l'issue de la partie. En 1713, Mont […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Maurice FRÉCHET, « BOREL ÉMILE - (1871-1956) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-borel/