FONCTIONS REPRÉSENTATION & APPROXIMATION DES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Il arrive très souvent que, dans les problèmes issus des mathématiques ou des autres sciences, les fonctions qui interviennent soient définies par des procédés qui ne permettent pas d'étudier de manière efficace leurs propriétés. C'est le cas des fonctions définies comme solutions d'équations fonctionnelles, d'équations différentielles ou intégrales, d'équations aux dérivées partielles, ou encore de problèmes variationnels. Ainsi, les fonctions exponentielles sont les solutions suffisamment régulières de l'équation fonctionnelle (x + y) = (x)(y), ou encore de l'équation différentielle ′(x) = af (x).

On essaie alors de représenter une telle fonction f sous une forme plus efficace pour l'étude du problème posé (existence et unicité, variation de f, comportement asymptotique, dépendance de paramètres, approximation numérique, prolongement analytique...).

Quelques grandes méthodes se sont progressivement dégagées.

Il s'agit en premier lieu des représentations continues, obtenues à l'aide du calcul intégral. Dès le xviie siècle, le calcul des primitives a été utilisé pour représenter certaines fonctions. Ainsi, la fonction logarithme satisfait au problème de Cauchy g′() = 1/t, g(1) = 0, d'où :

Cette relation permet de prouver l'existence du logarithme et, par suite, de l'exponentielle, ainsi que leur variation et leur comportement à l'infini. Les représentations intégrales interviennent aussi sous la forme d'intégrales dépendant de paramètres, introduites par Leibniz. Les transformations de Fourier et de Laplace sont de ce type.

Il s'agit en second lieu des représentations discrètes et, au premier chef, des développements en série entière. Ainsi, la recherche des solutions sur R du problème de Cauchy y′ = y, y(0) = 1, sous forme de série entière conduit à l'expression :

Cette expression fournit l'existence de la fonction exponentielle et une approximation polynomiale par majoration du reste. Combinée avec l'équation fonctionnelle, elle permet aussi de calculer des valeurs approchées en un point ; elle permet encore de prouver que la fonction exponentielle est prépondérante au voisinage de + ∞ sur les fonctions puissance ; enfin, elle permet le prolongement analytique au plan complexe par :

On peut alors étudier les solutions sur [0, + ∞[ du problème de Cauchy y′ = ay, y(0) = λ, où λ et a sont des nombres complexes, et établir la condition de stabilité en fonction du paramètre a, à savoir Re< 0.

Selon les problèmes, on est amené à utiliser d'autres types de séries : séries de Fourier pour les phénomènes périodiques, séries de polynômes orthogonaux...

On peut aussi utiliser des procédés d'approximation par des suites de fonctions. Ainsi, la méthode du pas à pas d'Euler et Cauchy (cf. équations différentielles, chap. 7), appliquée à l'équation différentielle y′ = y, y(0) = 1, conduit à la relation :

De même, la méthode des approximations successives de Cauchy-Picard (cf. équations différentielles, chap. 1), appliquée à cette même équation, fournit à nouveau le développement en série de la fonction exponentielle.

Au xviiie siècle, les problèmes de représentation et d'approximation sont étudiés dans le cadre formel, le passage au domaine numérique étant traité de façon purement expérimentale, tandis qu'au xixe siècle, les problèmes de convergence jouent un rôle central ainsi que la validité des opérations sur les représentations utilisées (opérations algébriques, dérivation, intégration, sommation...).

Les problèmes numériques conduisent à étudier non seulement la convergence mais aussi la vitesse de convergence et la stabilité. Ces nouvelles préoccupations conduisent, à la fin du xixe siècle, à diversifier les modes de convergence, à diversifier les objets par lesquels on approche les fonctions et à rechercher des procédés optimaux. L'ensemble des travaux sur ce sujet a joué un rôle moteur dans la constitution de l'analyse fonctionnelle au début du xxe siècle.

Enfin, dans les problèmes d'approximation, il arrive souvent qu'on veuille approcher non pas une fonction f mais la valeur sur f d'une forme linéaire donnée : intégrale de f, valeur de f ou d'une de ses dérivées en un point, coefficients de Fourier d'une fonction périodique f... Pour ce type de question, on se ramène bien entendu à approcher f par des fonctions plus simples, mais, ici, le point de vue est différent car l'ét [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 28 pages

Médias de l’article

Graphe de f pour Nx(f)petit

Graphe de f pour Nx(f)petit
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Graphe de f pour N1(f) petit

Graphe de f pour N1(f) petit
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Fonction à oscillation rapide

Fonction à oscillation rapide
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Interpolations linéaire et parabolique

Interpolations linéaire et parabolique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

Afficher les 6 médias de l'article


Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, ancien élève de l'École normale supérieure, professeur de mathématiques spéciales
  • : maître de conférences honoraire à l'université de Paris-VII

Classification

Autres références

«  FONCTIONS REPRÉSENTATION & APPROXIMATION DES  » est également traité dans :

DARBOUX GASTON (1842-1917)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 320 mots

Mathématicien français, né à Nîmes et mort à Paris. Après des études à l'École normale supérieure, Darboux fut l'assistant de J. Bertrand à la chaire de physique mathématique au Collège de France (1866-1867), puis enseigna au lycée Louis-le-Grand (1867-1872) et à l'École normale (1872-1873). Il fut maître de conférences (1873-1881), puis professeur de géométrie supérieure (1881) à la faculté des s […] Lire la suite

DÉRIVÉES PARTIELLES (ÉQUATIONS AUX) - Analyse numérique

  • Écrit par 
  • Claude BARDOS, 
  • Martin ZERNER
  •  • 6 001 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Analyse numérique des problèmes hyperboliques »  : […] On a vu que les problèmes hyperboliques possèdent les propriétés suivantes : a ) vitesse finie de propagation ; b ) propagation des singularités dans le cas linéaire ; c ) apparition, dans le cas non linéaire, de singularités, interaction entre deux singularités, propagation dans les intervalles entre ces événements. Les méthodes numériques relatives à ces problèmes doivent prendre en compte ces p […] Lire la suite

DIFFÉRENTIELLES ÉQUATIONS

  • Écrit par 
  • Christian COATMELEC, 
  • Maurice ROSEAU
  • , Universalis
  •  • 12 432 mots

Dans le chapitre « Méthode d'Euler »  : […] Prenons d'abord le cas d'une équation différentielle du 1 er ordre : Trouver y , fonction d'une variable x , dérivable sur [ x 0 ,  x 0  +  a ] = I, telle que, f désignant une fonction continue sur I ×  R , pour tout x  ∈ I, et : où λ est donné dans R . L'idée est de remplacer le problème théorique précédent, noté P, par le problème discrétisé P n suivant (méthode d'Euler) : Trouver Y n  = ( y […] Lire la suite

GELFOND ALEXANDRE OSSIPOVITCH (1906-1968)

  • Écrit par 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 158 mots

Mathématicien russe, né à Saint-Pétersbourg et mort à Moscou. Le nom de Gelfond reste attaché à l'étude des nombres transcendants ; on lui doit aussi d'importants résultats sur l'interpolation et l'approximation des fonctions de variable complexe. Depuis 1931, Gelfond a enseigné les mathématiques à l'université de Moscou, où il a occupé successivement des chaires d'analyse, de théorie des nombres […] Lire la suite

HAAR ALFRÉD (1885-1933)

  • Écrit par 
  • Jeanne PEIFFER
  •  • 409 mots

Mathématicien hongrois, né à Budapest et mort à Szeged. Élève de David Hilbert à Göttingen (1905-1910), Alfred Haar, après un court passage à l'École polytechnique de Zurich, devint en 1912 professeur à l'université de Klausenburg (Kolozsvár), où enseigna F. Riesz. Lorsqu'en 1918 Klausenburg devint roumain (Cluj Napoca), Haar et Riesz partirent pour Budapest, puis furent tous les deux nommés profe […] Lire la suite

LA VALLÉE-POUSSIN CHARLES JOSEPH DE (1866-1962)

  • Écrit par 
  • Jacques MEYER
  •  • 230 mots

Mathématicien belge, né à Louvain et mort à Bruxelles. Charles J. de La Vallée-Poussin enseigna à l'université de Louvain de 1891 jusqu'à sa retraite. Il fut membre de l'Académie belge (1909), membre associé étranger de l'Académie des sciences (1945), membre honoraire de la London Mathematical Society (1952), président honoraire de l'Union mathématique internationale. La Vallée-Poussin est surtout […] Lire la suite

LUZIN NIKOLAÏ NIKOLAÏEVITCH (1883-1950)

  • Écrit par 
  • Jean LOUVEAUX
  •  • 846 mots

Mathématicien russe. Né à Tomsk, le 9 décembre 1883, Nikolaï Luzin poursuit ses études secondaires dans cette ville jusqu'en 1901, puis part pour Moscou étudier les mathématiques à l'université, sous la direction de D. F. Egorov. En 1906, il est à Paris où il suit les cours de la Sorbonne et du Collège de France. De retour à Moscou, il prépare une maîtrise (1910), et devient professeur assistant à […] Lire la suite

NUMÉRIQUE ANALYSE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT, 
  • Jean-Luc VERLEY
  •  • 6 645 mots

Dans le chapitre « Approximation des valeurs d'une forme linéaire »  : […] Le problème de l'approximation des valeurs d'une forme linéaire est étroitement lié à celui de l'approximation des fonctions. […] Lire la suite

NUMÉRIQUE CALCUL

  • Écrit par 
  • Jean-Louis OVAERT
  •  • 5 702 mots

Dans le chapitre « Approximation des fonctions »  : […] Le problème consiste à approcher une fonction f sur un intervalle [ a ,  b ] par des fonctions se prêtant mieux au calcul. Au xvii e siècle, on a utilisé l'interpolation par des polynômes de petit degré. Avec Newton et Leibniz apparaît l'emploi de développements en série entière. L'optimisation de telles approximations a fait l'objet de nombreux travaux : méthode des moindres carrés (Legendre, […] Lire la suite

ONDELETTES

  • Écrit par 
  • Alexandre GROSSMANN, 
  • Bruno TORRESANI
  •  • 5 718 mots

Dans le chapitre « La partition de Morlet »  : […] L'analyse par ondelettes, proposée initialement par J. Morlet, plus récente (quoique l'on puisse lui trouver des origines aussi anciennes que l'analyse de Fourier à fenêtres), se fonde sur un concept quelque peu différent de celui de fréquence : le concept d'échelle. Au lieu de considérer des fonctions oscillantes placées à l'intérieur d'une fenêtre, que l'on fait ensuite coulisser le long d'un si […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Louis OVAERT, Jean-Luc VERLEY, « FONCTIONS REPRÉSENTATION & APPROXIMATION DES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/representation-et-approximation-des-fonctions/