BENVENISTE ÉMILE (1902-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vers le structuralisme

Conformément à la tradition saussurienne, la grammaire comparée se relie ainsi constamment à des hypothèses et des conclusions de portée générale. C'est par là d'abord que Benveniste prend sa place dans la révolution scientifique qu'a connue la linguistique au xxe siècle et qui a reçu le nom de « structuralisme ». Du reste, le structuralisme européen consistait essentiellement à expliciter avec rigueur et à étendre à la linguistique synchronique les principes fondamentaux mis en œuvre, dans la grammaire comparée, par Saussure et Meillet. Benveniste partait donc des mêmes prémisses que les membres du Cercle de Prague et notamment Jakobson, avec qui il était lié d'amitié. Pendant longtemps, cependant, occupé presque exclusivement de reconstruction diachronique, il ne se réclama pas ouvertement de l'« école » structuraliste. Mais, peu à peu, son intérêt pour la linguistique synchronique se précisa ; parallèlement, il se livra à une réflexion exigeante sur les concepts fondamentaux de la linguistique théorique. Cela le conduisit, dans ses derniers travaux, à revendiquer son appartenance au mouvement structuraliste et à soutenir les efforts de ceux qui, à la suite de Saussure, entendaient construire une sémiologie générale, valant pour des objets non linguistiques.

Les contributions théoriques d'Émile Benveniste portent sur deux points principaux et connexes : la notion de signe et celle de système signifiant. Saussure avait conçu le signe comme l'association arbitraire d'un signifiant et d'un signifié ; dès 1939, Benveniste soutenait qu'une analyse plus précise devait conduire à modifier cette définition : le signe, de l'aveu même de Saussure, n'a aucune subsistance en dehors du système où il fonctionne ; c'est un être purement négatif, oppositif et relatif. Dans cette mesure même, l'association entre signifiant et signifié doit être considérée à l'intérieur du système. Or, dans ce système, l'association, une f [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-VII (département de recherches linguistiques)

Classification

Autres références

«  BENVENISTE ÉMILE (1902-1976)  » est également traité dans :

PROBLÈMES DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE II, Émile Benveniste - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel BERGOUNIOUX
  •  • 662 mots
  •  • 1 média

Émile Benveniste (1902-1976) avait déjà une solide réputation de comparatiste, spécialiste des langues indo-européennes (Origines de la formation des noms en indo-européen, 1935, qu'allait prolonger le Vocabulaire des institutions indo-européennes, 1969), quand il s'est décidé à réunir une série d'articles par […] Lire la suite

AUXILIAIRE, linguistique

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 620 mots

Un grand nombre d'éléments linguistiques qui font partie du constituant verbe sont traités par la grammaire traditionnelle comme des verbes, mais au comportement morphologique irrégulier, au contenu lexical moins plein, compensé par un rôle important dans la formation de certains temps ou voix de la conjugaison : on a pris l'habitude de les appeler auxiliaires. Moins une langue est flexionnelle, p […] Lire la suite

CATÉGORIES

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 6 074 mots

Dans le chapitre « Catégories et langage »  : […] Deux positions peuvent être adoptées face aux rapprochements entre catégories de la pensée et catégories grammaticales : soit – en postulant une conaturalité globale de la pensée et du langage – on en retire une confirmation du bien-fondé des théories catégoriales, soit, à l'inverse, on prétendra que les catégories philosophiques représentent seulement des abstractions obtenues à partir des struct […] Lire la suite

CORPS - Corps et langage

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 5 693 mots
  •  • 1 média

Si la sémiologie est la science des signes, la sémiologie du corps se définira comme la région de cette science dont l'objet est le corps comme signe. Comment le corps humain peut-il être signe ou ensemble de signes ? Comment peut-il signifier ? Quel peut être son type propre de signifiance ? Quelles lois la régissent ? La moindre attention à notre corps, à ses comportements dans la vie sociale et […] Lire la suite

DETTE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 10 475 mots

Dans le chapitre « La dette, fait universel ? »  : […] Pour faire apparaître la connexion entre « devoir » au sens d'« avoir l'obligation », « devoir » comme marque du futur et de la probabilité, et « devoir » au sens d'« être en dette », et, d'autre part, la connexion entre la « dette » et la « culpabilité », nous avons tantôt à nous concentrer sur un état de langue donné, tantôt à recourir à l'histoire des mots, à l'analyse étymologique et comparati […] Lire la suite

ÉNONCIATION

  • Écrit par 
  • Oswald DUCROT
  •  • 7 982 mots

Dans le chapitre « Le sens de l'énoncé comme description de l'énonciation »  : […] Vue à travers la terminologie qui vient d'être proposée, la notion d' énonciation est utile à la fois pour décrire le sens des énoncés (considéré comme le fait, le donné, à expliquer) et pour établir la signification des phrases ( i. e. l'objet au moyen duquel le linguiste explique le sens). En ce qui concerne le premier point, on peut définir le sens d'un énoncé (mais ce n'est évidemment pas la […] Lire la suite

INDO-EUROPÉEN

  • Écrit par 
  • Guy JUCQUOIS
  •  • 7 980 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Principaux caractères morphologiques et syntaxiques »  : […] Le caractère essentiel de la morphologie consistait en un système flexionnel très riche – où les mots étaient fléchis, à l'exception des mots-outils, invariables – et en une distinction précise entre le verbe et le nom. Chaque mot indo-européen fléchi se composait d'au moins deux morphèmes : la racine et la désinence. Entre ces éléments pouvaient se greffer un ou plusieurs suffixes. Chacun de ces […] Lire la suite

INDO-EUROPÉENS (archéologie)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 5 144 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mythologie comparée »  : […] L'effondrement du III e  Reich portera un sérieux discrédit à la théorie nordique et, pendant le quart de siècle suivant, les études indo-européennes délaisseront la recherche du berceau originel. En outre, la méthode structuraliste avait dans le même temps permis d'ouvrir, avec les travaux d'Émile Benveniste et de Georges Dumézil, de nouvelles pistes, en se limitant strictement à l'étude des tex […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Émile Benveniste »  : […] Parmi les héritiers de la pensée saussurienne, il ne faut pas manquer de signaler l'ample synthèse d'un des plus grands maîtres de la grammaire comparée indo-européenne, Émile Benveniste. Ses Problèmes de linguistique générale (1966), qui réunissent ses plus importants essais, conduisent à une distinction trop négligée ; celle du sémiologique, c'est-à-dire des aspects du fait linguistique comma […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 7 692 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théories du discours et les grammaires de textes »  : […] Au début des années 1970, la réflexion linguistique s'est élargie à la dimension du discours. L'un des enjeux majeurs étant de savoir dans quelle mesure le discours relève d'une analyse immanente opérant à l'aide de procédures réglées de nature linguistique – voie qui avait été ouverte, dans le domaine de la littérature, par les formalistes russes et notamment par Vladimir Propp (1895-1970) dans […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Claude MILNER, « BENVENISTE ÉMILE - (1902-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-benveniste/