BENVENISTE ÉMILE (1902-1976)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le linguistique et le social

Il est vrai que la stricte reconstruction des formes, telle qu'elle est pratiquée dans les Origines, a de plus en plus cédé le pas, chez Benveniste, à d'autres modes d'appréhension des études indo-européennes. Depuis longtemps déjà, il avait paru légitime de restituer, à partir des formes, les réalités objectives de la société et de l'histoire d'un peuple indo-européen. Malheureusement, l'entreprise, brillamment amorcée par Fustel de Coulanges dans sa Cité antique et continuée entre autres par Saussure, Meillet et Vendryès, avait souvent été viciée par l'intrusion d'une imagerie primitiviste, parfois fort suspecte. S'appuyant sur les travaux de Lévi-Strauss et de Dumézil, Benveniste considéra que les structures sociales et les systèmes de représentations étaient organisés suivant des règles analogues à celles qui régissent les structures linguistiques. Il était donc légitime d'étendre à la reconstruction des objectivités signifiées par les formes les méthodes qui permettent de reconstruire les formes elles-mêmes. Mais, en retour, cette reconstruction étendue doit procéder avec une rigueur égale. Furent ainsi soumises à une investigation systématique des dénominations institutionnelles : nom de parenté, nom de l'esclave... Benveniste y fit inlassablement valoir le point de vue de Fustel de Coulanges, distinguant l'entité institutionnelle, et plus généralement symbolique, de la détermination matérielle ou naturelle : ainsi, le père indo-européen n'est pas le géniteur et le nom reconstruit qui le désigne ne saurait être interprété comme le nom d'agent d'une fonction naturelle – engendrement, protection ou surveillance ; le nom de l'esclave, variant de langue à langue, n'est généralement pas susceptible de recevoir une étymologie claire : on peut en conclure que le nom n'est pas inhérent à l'indo-européen et désigne une institution d'origine étrangère. Par la multiplication de telles observations et de tels raisonnements, la figure d'une organisation se de [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages






Écrit par :

  • : ancien élève de l'École normale supérieure, professeur à l'université de Paris-VII (département de recherches linguistiques)

Classification


Autres références

«  BENVENISTE ÉMILE (1902-1976)  » est également traité dans :

PROBLÈMES DE LINGUISTIQUE GÉNÉRALE II, Émile Benveniste - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Gabriel BERGOUNIOUX
  •  • 662 mots
  •  • 1 média

Émile Benveniste (1902-1976) avait déjà une solide réputation de comparatiste, spécialiste des langues indo-européennes (Origines de la formation des noms en indo-européen, 1935, qu'allait prolonger le Vocabulaire des institutions indo-européennes, 1969), quand il s'est décidé à réunir une série d'articles par […] Lire la suite

AUXILIAIRE, linguistique

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 620 mots

Un grand nombre d'éléments linguistiques qui font partie du constituant verbe sont traités par la grammaire traditionnelle comme des verbes, mais au comportement morphologique irrégulier, au contenu lexical moins plein, compensé par un rôle important dans la formation de certains temps ou voix de la conjugaison : on a pris l'habitude de les appeler auxiliaires. Moins une langue est flexionnelle, p […] Lire la suite

CATÉGORIES

  • Écrit par 
  • Fernando GIL
  •  • 6 074 mots

Dans le chapitre « Catégories et langage »  : […] Deux positions peuvent être adoptées face aux rapprochements entre catégories de la pensée et catégories grammaticales : soit – en postulant une conaturalité globale de la pensée et du langage – on en retire une confirmation du bien-fondé des théories catégoriales, soit, à l'inverse, on prétendra que les catégories philosophiques représentent seulement des abstractions obtenues à partir des struct […] Lire la suite

CORPS - Corps et langage

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 5 693 mots
  •  • 1 média

Si la sémiologie est la science des signes, la sémiologie du corps se définira comme la région de cette science dont l'objet est le corps comme signe. Comment le corps humain peut-il être signe ou ensemble de signes ? Comment peut-il signifier ? Quel peut être son type propre de signifiance ? Quelles lois la régissent ? La moindre attention à notre corps, à ses comportements dans la vie sociale et […] Lire la suite

DETTE, anthropologie

  • Écrit par 
  • Charles MALAMOUD
  •  • 10 475 mots

Dans le chapitre « La dette, fait universel ? »  : […] Pour faire apparaître la connexion entre « devoir » au sens d'« avoir l'obligation », « devoir » comme marque du futur et de la probabilité, et « devoir » au sens d'« être en dette », et, d'autre part, la connexion entre la « dette » et la « culpabilité », nous avons tantôt à nous concentrer sur un état de langue donné, tantôt à recourir à l'histoire des mots, à l'analyse étymologique et comparati […] Lire la suite

ÉNONCIATION

  • Écrit par 
  • Oswald DUCROT
  •  • 7 982 mots

Dans le chapitre « Le sens de l'énoncé comme description de l'énonciation »  : […] Vue à travers la terminologie qui vient d'être proposée, la notion d' énonciation est utile à la fois pour décrire le sens des énoncés (considéré comme le fait, le donné, à expliquer) et pour établir la signification des phrases ( i. e. l'objet au moyen duquel le linguiste explique le sens). En ce qui concerne le premier point, on peut définir le sens d'un énoncé (mais ce n'est évidemment pas la […] Lire la suite

INDO-EUROPÉEN

  • Écrit par 
  • Guy JUCQUOIS
  •  • 7 980 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Principaux caractères morphologiques et syntaxiques »  : […] Le caractère essentiel de la morphologie consistait en un système flexionnel très riche – où les mots étaient fléchis, à l'exception des mots-outils, invariables – et en une distinction précise entre le verbe et le nom. Chaque mot indo-européen fléchi se composait d'au moins deux morphèmes : la racine et la désinence. Entre ces éléments pouvaient se greffer un ou plusieurs suffixes. Chacun de ces […] Lire la suite

INDO-EUROPÉENS (archéologie)

  • Écrit par 
  • Jean-Paul DEMOULE
  •  • 5 144 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La mythologie comparée »  : […] L'effondrement du III e  Reich portera un sérieux discrédit à la théorie nordique et, pendant le quart de siècle suivant, les études indo-européennes délaisseront la recherche du berceau originel. En outre, la méthode structuraliste avait dans le même temps permis d'ouvrir, avec les travaux d'Émile Benveniste et de Georges Dumézil, de nouvelles pistes, en se limitant strictement à l'étude des tex […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Émile Benveniste »  : […] Parmi les héritiers de la pensée saussurienne, il ne faut pas manquer de signaler l'ample synthèse d'un des plus grands maîtres de la grammaire comparée indo-européenne, Émile Benveniste. Ses Problèmes de linguistique générale (1966), qui réunissent ses plus importants essais, conduisent à une distinction trop négligée ; celle du sémiologique, c'est-à-dire des aspects du fait linguistique comma […] Lire la suite

LINGUISTIQUE - Théories

  • Écrit par 
  • Catherine FUCHS
  •  • 7 692 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les théories du discours et les grammaires de textes »  : […] Au début des années 1970, la réflexion linguistique s'est élargie à la dimension du discours. L'un des enjeux majeurs étant de savoir dans quelle mesure le discours relève d'une analyse immanente opérant à l'aide de procédures réglées de nature linguistique – voie qui avait été ouverte, dans le domaine de la littérature, par les formalistes russes et notamment par Vladimir Propp (1895-1970) dans […] Lire la suite

MYTHE - L'interprétation philosophique

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 12 830 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le modèle structural »  : […] Pour Claude Lévi-Strauss, le représentant le plus important de cette école en France, la mythologie doit être considérée comme une « mytho-logique », c'est-à-dire comme la mise en œuvre d'une sorte de logique qui ne peut être entendue que si l'on recourt aux présuppositions principales d'un modèle structural de langage. Selon ce modèle, élaboré par F. de Saussure, L. T. Hjelmslev, les structuralis […] Lire la suite

ONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 15 647 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Du sens à la référence »  : […] L'aspect du langage qui est ici en cause a été désigné du terme général de « référence ». On y a fait une première allusion en appelant les entités théoriques de la science le référent du discours scientifique. C'est donc la théorie générale de la référence qu'il faut maintenant considérer, sans distinguer entre discours scientifique et discours ordinaire. Précisons ce qu'on entend ici par discou […] Lire la suite

PHRASE, linguistique

  • Écrit par 
  • Christiane MARCHELLO NIZIA
  •  • 1 010 mots

L'introduction dans la grammaire du terme et de la notion de phrase est relativement récente. Le mot lui-même, emprunté, au xvi e siècle, au latin, signifie uniquement, jusqu'à la fin du xvii e siècle, « expression, tournure ». C'est avec ce sens qu'il fait son entrée dans la grammaire à la fin du xvii e siècle, et, au siècle suivant, les dictionnaires et quelques traités encore ne lui reconna […] Lire la suite

PROPOSITION, philosophie

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 658 mots

Il convient d'abord de distinguer la phrase, le jugement, l'énoncé et la proposition. La phrase est une entité linguistique, soumise à des règles grammaticales, qui assurent sa correction, et à d'éventuels critères stylistiques ; on considère qu'elle exprime un jugement ou un énoncé ; elle est susceptible d'être proférée verbalement par un individu, ou d'être écrite, d'être répétée, c'est-à-dire […] Lire la suite

RYTHME

  • Écrit par 
  • Pierre SAUVANET
  •  • 1 489 mots

« Ce mot rythme ne m'est pas clair, écrit Paul Valéry dans ses Cahiers . Je ne l'emploie jamais. Ne s'agissant pas de faire une définition de chose, il faudrait regarder quelques phénomènes les plus simples, de ceux qui font venir le mot rythme ; les regarder de près ; isoler et nommer quelques caractères généraux... » Chacun connaît, ou croit reconnaître, ces phénomènes rythmiques simples : j'en […] Lire la suite

SACRÉ, religion

  • Écrit par 
  • Dominique CASAJUS, 
  • André DUMAS, 
  • Universalis
  •  • 10 203 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « De l'usage de la notion de sacré »  : […] On a donc vu que, si critiquables qu'ils soient aujourd'hui, les travaux cités ici s'appliquaient à des problèmes réels que ne peut esquiver celui qui étudie les religions. À ce titre, le discrédit qui les frappe aujourd'hui n'est pas pleinement justifié. Ce qui, chez eux, était concentré sous un terme unique se retrouve, dispersé, dans tous les domaines de la vie religieuse et, même, simplement s […] Lire la suite

SIGNE ET SENS

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 769 mots

Dans le chapitre « Linguistique du discours »  : […] Cette analyse nouvelle relève encore pour une part de la linguistique ; mais alors il s'agit d'une linguistique du discours et non plus de la langue ; elle relève pour une autre part de la sémantique philosophique, qui attaque la question du sens directement, sans considération de la diversité des langues naturelles et donc de l'investigation des signes ; cette sémantique philosophique connaît un […] Lire la suite

STRUCTURALISME

  • Écrit par 
  • Jean-Louis CHISS, 
  • Michel IZARD, 
  • Christian PUECH
  •  • 24 036 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Genève, Paris et l'héritage saussurien »  : […] L'existence même d'une école genevoise, dont Saussure aurait été le fondateur, est loin d'être assurée, et sa position vis-à-vis de la linguistique structurale qui se réclame de Saussure est nuancée. Les disciples directs, rédacteurs du Cours de Saussure, Charles Bally, 1865-1947 ( Linguistique générale et linguistique française , 1932), et Albert Sechehaye, 1870-1946 ( Programme et méthodes de l […] Lire la suite

TEMPORALITÉ (littérature)

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 1 019 mots

De la notion de temporalité, on ne retient le plus souvent que la signification philosophique : elle désigne la dimension existentielle, vécue, du temps. Mais il s'agit aussi d'un terme grammatical qui indique la valeur ou le caractère temporels d'un fait de langue. Le linguiste Émile Benveniste l'emploie par exemple dans son étude des « relations d'auxiliarité » (reprise in Problèmes de linguist […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean-Claude MILNER, « BENVENISTE ÉMILE - (1902-1976) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/emile-benveniste/