CANETTI ELIAS (1905-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Puissance des masses

Masse et puissance rassemble une somme transdisciplinaire de réflexions sur les processus de métamorphose de la pluralité indéfinie des individus en une masse compacte. L'individu, caractérisé par sa phobie du contact, et la masse dans laquelle il se dissout s'opposent si radicalement que le passage de l'un à l'autre s'apparente à une petite mort du sujet. Dans Le Flambeau dans l'oreille (1980), Canetti commente Le Triomphe de la mort de Bruegel, un tableau qui se trouve au musée du Prado. Dans ce cortège de danse macabre, il déchiffre l'allégorie de la chute de l'individu dans la masse : « Il faut arracher chacun pour l'entraîner vers ce à quoi il n'entend pas se soumettre. » Résister à la masse, c'est résister à la mort. L'expérience quasi mystique de « l'appel de la masse » a été vécue par Canetti qui raconte, dans La Conscience des mots (1976), comment, lors de la grande manifestation du 15 juillet 1927, devant le palais de Justice de Vienne, il s'était senti devenir lui-même une partie de la masse.

Critique envers le sociologue Gustave Le Bon, dont il trouve l'approche de la « masse panique » trop réduite, mais aussi envers Sigmund Freud, dont il n'approuve pas le schéma explicatif consistant à transposer la psychologie individuelle dans le monde social, Canetti suit une méthode phénoménologique intuitive. Il étudie des événements historiques, des phénomènes sociaux, des processus naturels, des représentations mythologiques, religieuses et littéraires, avec tant de liberté que Theodor W. Adorno lui reprocha son éclectisme et son manque de rigueur. D'autres critiques ont souligné que, pour interpréter les sociétés européennes contemporaines, Canetti se servait d'exemples empruntés en majeure partie à des âges antiques, voire archaïques de l'humanité – ce qui pourrait rapprocher malgré lui l'écrivain de Freud, puisque la psychanalyse met au jour l'archaïque toujours présent dans l'inconscient du sujet et toujours à l'œuvre dans le lien social entre le « moi » et la masse. Considérant sous toutes ses [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CANETTI ELIAS (1905-1994)  » est également traité dans :

EXIL LITTÉRATURES DE L'

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 3 320 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Exil et mémoire »  : […] Franchissons l'océan et touchons aux rives de la Méditerranée. Nous trouvons là une écriture qui entretient avec la langue française des rapports de fascination-répulsion. Au célèbre « la langue française est ma patrie » d'un Gabriel Audisio, entraînant avec lui la totalité des écrivains pieds-noirs – d'Elissa Rhaïs à Albert Memmi – farouchement identifiés à la France par la langue, répond le non […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litteratures-de-l-exil/#i_49420

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le mélange des genres

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 547 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La scène et les écrans »  : […] Depuis l'apparition du septième art, l'influence du cinéma au théâtre s'est manifestée de différentes manières : intégration d'images projetées sur la scène, contribution à l'évolution de la construction et au rythme de la mise en scène, implication constitutive dans l'écriture dramatique. Historiquement, la référence principale à la première de ces manifestations se situe en 1923, avec la mise e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-le-melange-des-genres/#i_49420

Voir aussi

Pour citer l’article

Jacques LE RIDER, « CANETTI ELIAS - (1905-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/elias-canetti/