CANETTI ELIAS (1905-1994)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une double identité

Comme Paul Celan, Canetti a vécu le déchirement de l'écrivain juif de langue allemande : la langue coupée, cette menace qui traumatisa le petit garçon, désigne aussi l'oubli de la langue juive. Coupé de sa première langue maternelle, le judéo-espagnol, Canetti voulut apprendre à parler, à écrire et à vivre en allemand, la langue préférée de sa mère : « C'est à Lausanne, sous l'influence de ma mère, que je naquis à la langue allemande », écrit-il dans son autobiographie ; « Dans les douleurs qui précédèrent cette deuxième naissance, je conçus la passion qui devait m'unir à l'une et à l'autre, je veux dire à la langue et à ma mère. » Cette appropriation ne se réduit pas à une simple assimilation (Fischerle, la créature diabolique du roman Auto-da-fé, est un terrifiant exemple de juif assimilé qui s'exprime comme un antisémite) mais, comme chez Kafka, résulte de la fusion de l'identité linguistique allemande et de l'identité existentielle juive. Dans son essai sur Kafka, L'Autre Procès, inspiré par les lettres à Felice, Canetti définit la position qui résulte de la marginalité du Juif : le rejet du pouvoir sous toutes ses formes et l'identification aux faibles. Dans le même esprit, il définit le magistère de K. Kraus et de son Flambeau comme une « école de la résistance », mais il n'accepte pas son autorité. Pendant la Seconde Guerre mondiale, à Londres, Canetti note cette réflexion dans Le Territoire de l'homme : « La langue allemande restera la langue de mon esprit, et cela parce que je suis Juif. Je veux conserver en moi, en tant que Juif, ce qui reste d'un pays dévasté de toutes les manières possibles. » Il répond ainsi à l'objection de son cousin, B. Arditti, rencontré à Sofia en 1924, qui s'étonnait de le voir écrire en allemand : « Apprends l'hébreu. C'est notre langue. Crois-tu qu'il en existe une plus belle ? » Dans le troisième volume de son autobiographie, Elias Canetti consacre des pages émouvantes à l'érudit hébraïsant viennois, le Dr Sonne qui, sous le pseudonyme d'Abraham ben Yitzchak, fut un des premiers poètes en langue néo-hébraïq [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CANETTI ELIAS (1905-1994)  » est également traité dans :

EXIL LITTÉRATURES DE L'

  • Écrit par 
  • Albert BENSOUSSAN
  •  • 3 323 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Exil et mémoire »  : […] Franchissons l'océan et touchons aux rives de la Méditerranée. Nous trouvons là une écriture qui entretient avec la langue française des rapports de fascination-répulsion. Au célèbre « la langue française est ma patrie » d'un Gabriel Audisio, entraînant avec lui la totalité des écrivains pieds-noirs – d'Elissa Rhaïs à Albert Memmi – farouchement identifiés à la France par la langue, répond le non […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le mélange des genres

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 550 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La scène et les écrans »  : […] Depuis l'apparition du septième art, l'influence du cinéma au théâtre s'est manifestée de différentes manières : intégration d'images projetées sur la scène, contribution à l'évolution de la construction et au rythme de la mise en scène, implication constitutive dans l'écriture dramatique. Historiquement, la référence principale à la première de ces manifestations se situe en 1923, avec la mise e […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jacques LE RIDER, « CANETTI ELIAS - (1905-1994) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/elias-canetti/