EISENSTEIN SERGE MIKHAÏLOVITCH(repères chronologiques)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

  • 23 janvier 1898 Serge Mikhaïlovitch Eisenstein naît à Riga en Lettonie, d'un père d'origine juive, ingénieur-architecte de la ville, et d'une mère slave.

  • 1906 Eisenstein découvre à Paris le cinéma et le musée Grévin.

  • 1915-1917 Après d'excellentes études secondaires, il entre à l'Institut des travaux publics de Petrograd. Il se passionne pour le théâtre, la musique et les arts plastiques.

  • 26 février 1917 La grève générale est proclamée en Russie.

  • 1917 Entre dans la milice populaire puis à l'École des élèves-officiers. Dessine des caricatures dans les journaux, et des esquisses de costumes pour des spectacles de commedia dell'arte.

  • 18 mars 1918 S'engage dans l'Armée rouge. Lecture de Freud.

  • 1919-1920 Conduit diverses activités d'agit-prop dans l'armée au front.

  • Septembre 1920 Démobilisé, il est envoyé à Moscou pour étudier le japonais. Découvre Malevitch et le suprématisme.

  • 20 octobre 1920 Devient chef-décorateur au Premier Théâtre ouvrier du Proletkult, qui vient d'être rappelé à l'ordre par Lénine pour élitisme.

  • 1921 Fréquente l'atelier théâtral de V. S. Meyerhold et s'intéresse de près à sa conception du jeu de l'acteur, la biomécanique.

  • 1922-1923 Entre en relation à Petrograd avec les jeunes fondateurs de la F.E.K.S. (Fabrique de l'Acteur Excentrique), parmi lesquels Serge Youtkevitch, Grigori Kozintsev et Léonid Trauberg.

  • 1923 Publie dans Lef, la revue du Front gauche de l'art de Vladimir Maïakovski, un article-manifeste sur « le montage des attractions ». De 1923 à 1924, il monte trois pièces de Serguei Tretiakov.

  • 1924 Dans le cadre du Proletkult, Eisenstein réalise La Grève. Le film sort en février 1925.

  • 1925 Réalisation du Cuirassé Potemkine.

  • 1926 Voyage à Berlin, où Eisenstein rencontre F. W. Murnau, Fritz Lang et Thea Von Harbou.

  • 21 juillet 1926 Accueille Douglas Fairbanks et Mary Pickford à Moscou.

  • 1927 Réalisation d'Octobre. Le film sort en mars 1928.

  • Mai 1928 Professeur à l'Institut du cinéma de Moscou (futur V.G.I.K.). Découvre le théâtre kabuki.

  • 19-20 juillet 1928 Publie avec Vsevolod Poudovkine et Grigori Alexandrov le manifeste sur « L'avenir du film sonore et le contrepoint orchestral ».

  • Août 1929 Voyage d'études en Europe et aux États-Unis avec Alexandrov et l'opérateur Édouard Tissé pour étudier les possibilités du film sonore.

  • Septembre 1929-avril 1930 Séjours et rencontres à Berlin (Hans Richter, Alfred Döblin), au Congrès international du cinéma indépendant à La Sarraz en Suisse (d'où le trio est expulsé), en Allemagne (Joseph Von Sternberg, George Grosz, Luigi Pirandello, Erwin Piscator, Béla Balasz), à Bruxelles, Londres (Paul Rotha, John Grierson, Bernard Shaw, Basil Wright), à Paris et en France (James Joyce, Léon Moussinac, Jean Cocteau, Abel Gance, Robert Desnos, Fernand Léger, Paul Eluard, Louis Aragon, Marinetti, Tristan Tzara, Colette, Le Corbusier, Henri Barbusse, Blaise Cendrars, Ilia Ehrenbourg), aux Pays-Bas...

  • 7 octobre 1929 Sortie à Moscou de L'Ancien et le Nouveau, dont la version initiale s'intitulait La Ligne générale.

  • 17 février 1930 Interdiction d'une conférence d'Eisenstein sur « Le cinéma intellectuel » et de la projection de La Ligne générale à la Sorbonne à Paris.

  • 30 avril 1930 Signature d'un contrat avec la Paramount.

  • Mai-juin 1930 Eisenstein, Alexandrov et Tissé séjournent à Hollywood, où ils rencontrent Douglas Fairbanks, Ernst Lubitsch, Joseph von Sternberg, Marlene Dietrich, Charlie Chaplin, Walt Disney, Theodore Dreiser, Upton Sinclair, Erich Von Stroheim, D. W. Griffith, Robert Flaherty...

  • 27 juin 1930 Violente campagne anticommuniste et antisémite contre le « chien rouge » (Eisenstein).

  • 23 octobre 1930 Après avoir refusé tous les projets d'Eisenstein, Paramount résilie son contrat. Le département d'État ne renouvelle pas le permis de séjour du trio.

  • 24 novembre 1930 Signature d'un contrat avec l'écrivain socialiste Upton Sinclair pour un film tourné au Mexique.

  • Décembre 1931-janvier 1932 Repérages et tournage de Que viva Mexico.

  • Été 1932 Éreintement de l'œuvre d'Eisenstein à Moscou.

  • 21 novembre 1932 Staline écrit à Upton Sinclair qu'Eisenstein est considéré comme déserteur.

  • Mi-janvier 1932 Upton Sinclair interrompt le tournage trop coûteux de Que viva Mexico, et bloquera le négatif aux États-Unis.

  • 19 février-9 mai 1932 Retour à Moscou, en compagnie de Bertolt Brecht.

  • 1er octobre 1932 Titulaire de la chaire de réalisation au V.G.I.K. (Institut d'État du cinéma).

  • Mars 1933 Sortie aux États-Unis de Tonnerre sur le Mexique, montage réalisé sans son accord du matériel tourné au Mexique. Protestations internationales.

  • Août 1934 Travaille avec André Malraux à une adaptation de La Condition humaine.

  • 8-11 janvier 1935 Eisenstein est très critiqué lors de la Conférence des travailleurs du cinéma soviétique qu'il préside. Il est sommé de réaliser un film dans l'année.

  • 17 mars 1937 Le directeur de la Cinématographie soviétique, Boris Choumiatski, interrompt le tournage du Pré de Béjine (retardé par la variole, puis par une grippe contractées par le réalisateur). Eisenstein fait son autocritique : « Les erreurs du Pré de Béjine ». Le film sera détruit.

  • 17 février-25 novembre 1938 Tournage d'Alexandre Nevski, autorisé par Staline sur la requête d'Eisenstein. C'est le premier film parlant d'Eisenstein (avec une musique de Serguei Prokofiev) qui lui permet de matérialiser ses théories sur le rapport son-image.

  • Février-mars 1939 Reçoit l'Ordre de Lénine, et est fait docteur ès arts sans soutenance de thèse.

  • Octobre 1940 Directeur artistique des studios Mosfilm.

  • 15 mars 1941 Première de La Walkyrie, mise en scène par Eisenstein, au théâtre Bolchoï.

  • 15 mars 1941 Grand prix Staline pour Alexandre Nevski.

  • Janvier 1943-décembre 1944 Tournage de la première partie d'Ivan le terrible (musique de Serguei Prokofiev) à Alma-Ata (Kazakhstan) où les studios de Moscou ont été transférés après l'invasion soviétique.

  • 5 septembre 1944 Entre au conseil artistique du Comité des affaires cinématographiques.

  • Janvier 1946 Le conseil artistique approuve le scénario de la seconde partie d'Ivan le Terrible, Eisenstein reçoit le grand prix Staline pour la première partie.

  • 2 février 1946 Le metteur en scène est frappé par une crise cardiaque juste après la fin du montage de cette seconde partie. Pendant les deux années de convalescence qui vont suivre, il va se livrer à un considérable travail autobiographique, qui donnera lieu aux Mémoires (1964).

  • 4 septembre 1946 Le comité central du parti condamne la seconde partie d'Ivan le Terrible, qui ne sortira qu'en 1958.

  • 20 octobre 1946 Eisenstein rédige une autocritique nuancée dans la revue Kultira i jizn.

  • 10-11 février 1948 Mort d'Eisenstein, terrassé par une c [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : critique et historien de cinéma, chargé de cours à l'université de Paris-VIII, directeur de collection aux Cahiers du cinéma

Classification

Autres références

«  EISENSTEIN SERGE MIKHAÏLOVITCH (1898-1948)  » est également traité dans :

EISENSTEIN SERGE MIKHAÏLOVITCH

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 3 072 mots
  •  • 2 médias

Dans le demi-siècle qui a suivi la disparition d'Eisenstein, à l'âge de cinquante ans, sa place au tout premier plan de l'histoire du cinéma s'est confirmée. Ses six films donnent l'image d'un cinéaste démiurge, capable de recréer un monde de toutes pièces pour l'imposer à la vision du spectateur. Plus encore, ce génie qui s'est imposé dans un État totalitaire […] Lire la suite

LE CUIRASSÉ POTEMKINE (S. M. Eisenstein), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 192 mots
  •  • 1 média

Second film d'un jeune cinéaste de vingt-sept ans, S. M. Eisenstein (1898-1948) Le Cuirassé Potemkine a été classé à de nombreuses reprises « meilleur film du monde » par des jurys de cinéastes, historiens et critiques. En 1925, il vient surtout confirmer qu'un art nouveau est né, dans le droit fil de la révolution d'Octobre, qui ne doit rien à la subjectivité romanesque, à la […] Lire la suite

LE CUIRASSÉ "POTEMKINE", film de Serge Mikhailovitch Eisenstein

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 913 mots
  •  • 1 média

Conscients de la force du cinéma comme instrument de propagande, les premiers dirigeants soviétiques avaient favorisé l'accès à la réalisation de jeunes réalisateurs acquis à la révolution, et formellement innovants. C'est en mars 1925 que la firme d'État Goskino lança la production d'une série de films pour célébrer l'anniversaire de la révolution de 1905, et la confia au réalisateur d'un film co […] Lire la suite

ALEXANDROV GRIGORI VASSILIEVITCH (1903-1986)

  • Écrit par 
  • Victor BACHY
  •  • 442 mots

Scénariste et réalisateur soviétique, Alexandrov exerça d'abord divers métiers secondaires au théâtre, avant de suivre quelques cours et de débuter comme acteur au théâtre du Proletkult de Moscou où il rencontre S. M. Eisenstein dont il devient le collaborateur (1923-1933). Acteur dans Le Journal de Gloumov (1923), corédacteur du scénario, assistant du metteur en scène et acteur (le contremaître) […] Lire la suite

CARASCO RAYMONDE (1939-2009)

  • Écrit par 
  • Raphaël BASSAN
  •  • 987 mots

Née en 1939 à Carcassonne, la cinéaste Raymonde Carasco entreprend, au milieu des années 1970, une recherche sur la pensée-cinéma, « concept » hérité d'Eisenstein et que l'on retrouve, entre autres, dans les écrits de Gilles Deleuze et les œuvres de Jean-Luc Godard. Le tronc central de sa filmographie est constitué d'une quinzaine de films sur la culture des Indiens Tarahumaras (1978-2003), mise e […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 828 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Les grands Soviétiques après 1930 »  : […] À l'avènement du parlant, comment allaient réagir les grands cinéastes soviétiques, eux qui avaient fait du cinéma muet un authentique moyen d'expression ? Il est frappant de voir que leur attitude fut à la fois réactionnaire, lucide et constructive. Dès 1930, Eisenstein, Poudovkine et Alexandrov publient un manifeste devenu célèbre, où ils prennent position : « Le film sonore, écrivent-ils, est […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Les théories du cinéma

  • Écrit par 
  • Youssef ISHAGHPOUR
  •  • 5 375 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Puissances du montage (l'école soviétique) »  : […] « Béla oublie les ciseaux », reproche Eisenstein à Balázs. Cette phrase définit assez l'orientation des théoriciens-cinéastes soviétiques, qui tiennent le montage pour l'essence du cinéma et lui donnent chacun un sens selon leur pratique, liée à la recherche et à l'enseignement. Lev Koulechev (1899-1970) va démontrer, expérimentalement, la puissance du montage en collant le même gros plan d'un […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Montage

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 3 666 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « L'avant-garde soviétique »  : […] Les cinéastes soviétiques des années 1920 vont également faire du montage le centre de leurs préoccupations. En montant un même gros plan d'acteur face à des images différentes, Lev Koulechov démontre que le spectateur produit lui-même les liaisons entre les images et les sentiments qui en découlent. Une série de plans empruntés à des lieux ou à des corps différents montés ensemble donnent l'illu […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - L'expérience esthétique

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 5 076 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'expérience comme expérimentation »  : […] Liée à un sujet, l'expérience fait d'abord problème parce que la subjectivité qui est censée l'éprouver risque d'être labile, de se dérober et de faire défaut. C'est ce que révèle déjà l'étymologie allemande : Erfährung contient le verbe fahren , « voyager ». Ainsi que l'a formulé le musicologue Carl Dahlhaus, s'il est normal que l'interprète désireux d'émouvoir son public soit lui-même ému (ce […] Lire la suite

FLASH-BACK, cinéma

  • Écrit par 
  • Jean-Louis COMOLLI
  •  • 236 mots

Figure narrative permettant, dans le cours d'un récit cinématographique, de traduire le retour en arrière ou le rappel d'un événement passé. Le terme français maintenant recommandé est « retour en arrière ». Les moyens utilisés dans ce but sont assez variés. Le cinéma muet se contentait d'un intertitre indiquant, par exemple, « Six mois avant » ; le procédé le plus classique est le fondu, ou l'une […] Lire la suite

Pour citer l’article

Joël MAGNY, « EISENSTEIN SERGE MIKHAÏLOVITCH - (repères chronologiques) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/eisenstein-reperes-chronologiques/