BOND EDWARD (1934- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Construction et concentration

Edward Bond prolonge ce type de structure avec Café, montée par Alain Françon en 2000, au Théâtre national de la Colline, à Paris, qui prend comme point de départ le massacre de Babi Yar lors de la Seconde Guerre mondiale. Ces pièces à valeur de démonstration entreprennent de sonder les fondements de l'histoire du xxe siècle. Elles font montre d'une architecture complexe, pourvoyeuse d'un large effet d'abstraction, et franchissent sans relâche les frontières entre présent, passé et futur, réel et imaginaire. Jackets or The Secret Hand (Jackets, ou la Main secrète, 1990) repose sur une organisation binaire, une fable japonaise située au xviiie siècle occupant la première partie, tandis que dans la seconde prend place de nos jours un drame en milieu urbain. Tuesday (monté par la troupe de Christian Benedetti en 1999 à Alfortville, autre pôle de dialogue entre Bond et les praticiens français) met à profit la tension entre le cloisonnement d'une chambre d'adolescent et le déchaînement du monde extérieur, qui l'envahit brutalement.

Plus encore, peut-être, que dans l'art de la composition dramatique, la maîtrise de Bond éclate dans l'invention d'images poétiques sans précédent, concentrées à l'extrême et rayonnant d'une étrange puissance, tant allégorique que littérale. On peut en retenir une parmi toutes les autres dans La Compagnie des hommes, tragédie familiale qui se déroule sur fond d'O.P.A. chez les marchands d'armes. Bartley raconte qu'il fut exclu du corps de la marine parce qu'il avait épongé la goutte de sang d'un camarade avec un morceau de pain avant de le manger. Il y a, dans cette eucharistie sacrilège, le type d'énigme que recèle une œuvre où l'aspiration au plus grand passe par une attention infinie au travail du plus petit.

Après Café, les principales mises en scène d'Edward Bond en France sont encore le fait d'Alain Françon au Théâtre de la Colline. L'écriture de Bond adopte alors une inflexion plus morale que directement politique. Il sonde les universaux, s'interroge sur la notion d'« humanité », et procède par fictions ant [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : écrivain, metteur en scène, maître de conférences à l'université de Paris-X-Nanterre

Classification

Autres références

«  BOND EDWARD (1934- )  » est également traité dans :

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Littérature

  • Écrit par 
  • Elisabeth ANGEL-PEREZ, 
  • Jacques DARRAS, 
  • Jean GATTÉGNO, 
  • Vanessa GUIGNERY, 
  • Christine JORDIS, 
  • Ann LECERCLE, 
  • Mario PRAZ
  •  • 28 328 mots
  •  • 28 médias

Dans le chapitre « Le théâtre de la barbarie »  : […] Dans les pièces de Bond, les bébés étaient lapidés ( Saved ), les cadavres disséqués ( Lear ), et les dirigeants de l'Angleterre rien moins qu'anthropophages ( Early Morning ) : le théâtre de la barbarie procède par choc frontal. Les « aggro-effects » (Bond parle de l'effet d'agressivité comme Brecht parlait de l'effet d'étrangeté) font le plus souvent intervenir des scènes de mutilation, d'amputa […] Lire la suite

DRAME - Les écritures contemporaines

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre SARRAZAC
  •  • 6 547 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre «  Le lieu de la question »  : […] Le refus du « bel animal » et d'une dramaturgie du conflit (événementiellement, fabulairement limitée) remonte à la fin du xix e  siècle : Peer Gynt d'Ibsen, en s'appuyant sur le genre limite de la féerie, puis Le Chemin de Damas de Strindberg, en s'en détachant, reprennent l'expérience du Faust de Goethe consistant à aborder au théâtre la vie à la fois comme totalité et comme fragment . Est a […] Lire la suite

PIÈCES DE GUERRE, Edward Bond - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • David LESCOT
  •  • 1 129 mots

On ne saurait séparer les Pièces de guerre ( The War Plays , 1985) d'Edward Bond (né en 1934), du contexte contemporain de leur écriture : la guerre froide du début des années 1980, et la menace nucléaire qui occupait alors les esprits. À tel point que Bond lui-même a pu justifier le choix de son sujet en proclamant que la destruction nucléaire était alors le seul sujet possible pour l'art. Chez B […] Lire la suite

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le nouveau théâtre

  • Écrit par 
  • Bernard DORT
  •  • 5 453 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une autre contestation »  : […] Vers 1960, alors que Beckett et Ionesco commençaient à être joués sur toutes les scènes du monde et faisaient l'objet d'innombrables commentaires, peu ou prou universitaires (américains, notamment), le « nouveau théâtre » des années 1950 était bel et bien mort. Il avait sans doute rempli sa tâche : celle d'un « déconditionnement » de la dramaturgie bourgeoise héritée du xix e  siècle et un peu fro […] Lire la suite

Pour citer l’article

David LESCOT, « BOND EDWARD (1934- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edward-bond/