ROSTAND EDMOND (1868-1918)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

« Mon panache ! »

Cyrano de Bergerac, « comédie héroïque en cinq actes, en vers », offre une succession de péripéties, sur un rythme enlevé, dans les lieux les plus divers : l'Hôtel de Bourgogne, en 1640, où Cyrano empêche de jouer l'acteur qui lui déplaît ; la rôtisserie de Ragueneau, où Roxane confie à son cousin Cyrano son amour pour le baron Christian de Neuvillette ; une place de l'ancien quartier du Marais où demeure Roxane et où a lieu la célèbre scène du baiser ; les remparts du siège d'Arras où Christian est tué ; quinze ans plus tard, en 1655, le couvent des Dames de la Croix, où Cyrano vient voir chaque semaine Roxane qui s'y est retirée après son veuvage. Des déclamations de Cyrano, qui sont autant de morceaux de bravoure, ponctuent ces scènes : la tirade du nez, la proclamation d'une liberté sans Dieu ni maître, la déclaration d'amour à Roxane, les encouragements aux Cadets affamés, le défi à la mort : « Je crois qu'elle regarde... / Qu'elle ose regarder mon nez, cette Camarde ! » Le Cadet de Gascogne a prévu ainsi son épitaphe : « Philosophe, physicien, / Rimeur, bretteur, musicien, /Et voyageur aérien, / Grand riposteur du tac au tac, / Amant aussi – pas pour son bien ! »

Cyrano de Bergerac, de J.-P. Rappeneau, 1990

Photographie : Cyrano de Bergerac, de J.-P. Rappeneau, 1990

Photographie

«Cyrano de Bergerac» d'Edmond Rostand a fait l'objet de nombreuses adaptations au cinéma. Ici, Gérard Depardieu dans la version qu'en donna Jean-Paul Rappeneau en 1990. 

Crédits : Benoît Barbier/ Camera One/ Hachette Première/ UGC/ Album/ AKG-images

Afficher

Duelliste, poète, philosophe – l'esprit et la bravoure qui caractérisent Cyrano sont à la mesure du nez démesuré dont la laideur l'afflige. Son destin s'inscrit dans cette contradiction entre son âme noble et généreuse et sa disgrâce physique. Le sens de l'honneur, la verve railleuse, cocasse ou lyrique, la tendresse cachée sous l'orgueil et l'allure superbe, la haine du mensonge et des mesquineries, l'impitoyable mépris envers les parvenus, les médiocres, les lâches, voilà quelques traits du héros fantasque et émouvant autour duquel s'organise l'intrigue. Amoureux de sa cousine Roxane, une précieuse, il a pris sous sa protection le baron Christian qui plaît à la belle, mais manque d'esprit ; pour lui permettre de la séduire, il va lui prêter ses mots d'amour, sa propre voix. Après le mariage hâtif des amants, et la mort de Christian, tué au combat, c'est encore lui qui écrira les le [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

L’acteur Coquelin dans Cyrano de Bergerac

L’acteur Coquelin dans Cyrano de Bergerac
Crédits : APIC/ Getty Images

photographie

Cyrano de Bergerac, de J.-P. Rappeneau, 1990

Cyrano de Bergerac, de J.-P. Rappeneau, 1990
Crédits : Benoît Barbier/ Camera One/ Hachette Première/ UGC/ Album/ AKG-images

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite des Universités, membre correspondant de la Real Academia Española

Classification

Autres références

«  ROSTAND EDMOND (1868-1918)  » est également traité dans :

CYRANO DE BERGERAC (E. Rostand) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Guy BELZANE
  •  • 1 382 mots

En 1897, Edmond Rostand (1868-1918) s’est déjà fait connaître comme poète et surtout comme dramaturge, avec plusieurs pièces, dont Les Romanesques (1894) et La Samaritaine (1897). Ces succès d’estime sont balayés le 28 décembre 1897, jour de la première de Cyrano d […] Lire la suite

CYRANO DE BERGERAC (mise en scène D. Podalydès)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 1 157 mots

Le 28 décembre 1897, Cyrano de Bergerac était créé à Paris, au théâtre de la Porte Saint-Martin. Auteur déjà, à vingt-neuf ans, de deux pièces oubliées aujourd'hui – Princesse lointaine et La Samaritaine –, Edmond Rostand pensait courir à la catastrophe. À peine la représentation achevée, le […] Lire la suite

BOULEVARD THÉÂTRE DE

  • Écrit par 
  • Daniel ZERKI
  •  • 5 989 mots

Dans le chapitre « L'âge mûr (1850-1914) »  : […] Les théâtres des boulevards ont pris du poids, de l'assurance, ils ont créé un genre dramatique et littéraire distinct, la comédie de boulevard ; ils ont essaimé, et s'étendent à Paris tout entier. L'ancienne guerre avec les théâtres nationaux s'est éteinte, et cette paix n'est pas défavorable au Boulevard. La Comédie-Française conserve le quasi-monopole du répertoire classique, ainsi que certaine […] Lire la suite

COMÉDIE

  • Écrit par 
  • Robert ABIRACHED
  •  • 5 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'âge bourgeois »  : […] Avec l'avènement progressif de la bourgeoisie au xix e siècle, les problèmes de la comédie vont se trouver posés en termes nouveaux. À la nouvelle classe prédominante le théâtre va proposer des images où elle puisse se reconnaître sans s'effaroucher et trouver un divertissement qui ne mette pas en cause sa vision du monde. Le formalisme littéraire du postclassicisme cède la place, par degrés, à […] Lire la suite

CYRANO DE BERGERAC SAVINIEN (1619-1655)

  • Écrit par 
  • Jeannine ETIEMBLE
  •  • 1 674 mots

Si l'indiscret Tallemant des Réaux n'accorde, dans ses Historiettes , que quelques lignes à Savinien Cyrano de Bergerac, encore est-ce pour avancer, sur la foi d'un libraire, que sa tragédie, La Mort d'Agrippine , ne dut son succès qu'à « de belles impiétés ». Serait-ce donc le destin de Cyrano de ne susciter que commérages ou contresens ? Ce fut pourtant son lot, jusqu'aux articles de Nodier en 1 […] Lire la suite

DON JUAN

  • Écrit par 
  • Michel BERVEILLER
  •  • 5 639 mots

Dans le chapitre « Derniers avatars. Dissonances et contradictions »  : […] En France, une histoire encore plus fantastique, inventée par Balzac, L'Élixir de longue vie , avait présenté, dès 1830, sous le nom de Don Juan Belvidero , un parricide non moins sacrilège et débauché que les pires « Tenorio », mais aussi, trait nouveau, d'une cupidité monstrueuse. Puis, de plus en plus, à partir de 1850 environ, les traits du héros légendaire, en se multipliant, tendent à se bro […] Lire la suite

MARQUET MARY (1885-1979)

  • Écrit par 
  • André-Charles COHEN
  •  • 504 mots

La gloire de la comédienne Mary Marquet, née à Saint-Pétersbourg en 1885, se situe principalement dans les années 1920 et 1930. Fille d'acteurs, c'est à Sarah Bernhardt qu'elle doit d'avoir découvert les joies du théâtre. Son physique, son indiscutable présence allaient l'imposer dans les grands rôles classiques du répertoire : Athalie et Phèdre notamment. Son jeu théâtral fut la synthèse des mét […] Lire la suite

NAPOLÉON II (1811-1832) duc de Reichstadt, roi de Rome

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 553 mots

La vie et la personnalité de Napoléon II, duc de Reichstadt, l'« Aiglon », fils de Napoléon, roi de Rome, prince de Parme, ont été tout à la fois obscurcies et embellies par la légende. Barthélemy et Méry créent en effet, sous la Restauration, un mythe bonapartiste : François Joseph Napoléon est « le fils de l'Homme » (c'est aussi le titre de leur ouvrage paru en 1829), tenu volontairement par son […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard SESÉ, « ROSTAND EDMOND - (1868-1918) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 décembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/edmond-rostand/